Dépêche
Accueil » Société » Les mythiques écoles Mohamed V de Rabat tombées dans l’oubli

Les mythiques écoles Mohamed V de Rabat tombées dans l’oubli

ecoles-mohammed-V
Après l’âge d’or, le déclin

Enseignement. Fondées en 1947 par le célèbre résistant  Othmane Joryo, et réputées être un bastion de la lutte contre  le protectorat français, les écoles Mohamed V de Rabat sont  tombées dans les oubliettes.

En franchissant Bab  Challah, le célèbre portail  de l’ancienne médina  de Rabat, les passants  se trouvent, sans en  être conscients certainement,  tout près d’un monument de  grande valeur historique. Sur  le flanc gauche de cet espace  usurpé par les marchands  ambulants et les Feracha, se  dresse, fièrement, l’imposant  édifice des écoles Mohamed  V malgré ses 60 ans. La porte  principale de l’établissement,  artisanalement façonnée, garde  encore des traces d’un passé  glorieux. Mais à l’intérieur, le goût amer du présent prend  rapidement le dessus. Les écoles  Mohamed V vivent une situation  tristement particulière. S’étalant  sur une large superficie, elles  ont été prises d’assaut par des  “colonisateurs” de tous genres.
Jusqu’au début 2014, une  espace situé entre les terrains  de football et l’une des portes  de l’établissement, servait,  illicitement, de parking. Un  gardien y recevait même des  indemnités sans être inquiété.  Si l’actuel directeur du lycée, El  Mahjoubi Madani, nommé il y a  moins de deux ans, a pu mettre  fin à cette infraction, il n’en  demeure pas moins que d’autres  sévissent encore.

Mythique institution
Dans un coin de l’établissement,  tout près d’une autre porte, un  homme a tranquillement bâti une  baraque de fortune où il séjourne  en violation totale de la loi. Pire  encore, il a fait de cet espace une  étable pour ses quelques moutons  et poules. Il n’hésite pas à se  servir d’une partie de la résidence  du directeur, d’une salle de  cours et des sanitaires du lycée.  L’occupant prétend avoir reçu le  feu vert du défunt fondateur de  l’école pour exploiter l’espace.  Une mythique institution de savoir  située au coeur de la capitale,  réduite à une vulgaire basse-cour.  La déchéance absolue!
«Nous avons sollicité la justice  pour expulser cet intrus, et nous  avons obtenu gain de cause, mais il profite peut-être de son  poste au tribunal pour entraver  la procédure», nous explique le  directeur du lycée, qui compte  quand même revenir à la charge  pour rétablir l’ordre dans son  établissement.

Branches scientifiques
Et pour enfoncer le clou, la  délégation de l’enseignement  de Rabat a cédé une partie  du lycée au collège Attawhid,  actuellement en réparation, alors  qu’une association a choisi de  s’installer dans une autre partie  de l’établissement.
A cela s’ajoute le problème des  vendeurs qui perturbent les cours  avec leurs cris. Certains parmi  eux se réfugient même dans  l’enceinte du lycée, pour éviter  les patrouilles des éléments des  Forces auxiliaires.
Réservées aux filières d’études  originelles depuis leur création,  les écoles Mohamed V accueillent  depuis 2008 des branches scientifiques également.  Néanmoins, il reste l’unique  établissement de la région de  Rabat abritant les branches  islamiques.
Avec une capacité de 30 salles,  les écoles Mohamed V comptent  actuellement 512 élèves, dont 283  filles, ainsi que 34 enseignants et  14 cadres administratifs. A noter  aussi que l’enseignement primaire  et collégial n’est plus assuré dans  cet établissement depuis 2010.

Établissement prestigieux
Fragilisées par les aléas du temps  et de leur environnement, les  écoles Mohamed V possèdent  un passé glorieux. Il suffit de  rappeler que leur fondateur et  premier directeur, Haj Othman  Jorio, avait été nommé par Dahir  par feu Mohamed V. Par ailleurs,  Hatim Loukili, Secrétaire général  de l’Association des lauréats  des écoles Mohamed V, créée  le 31 mai 2014, nous révèle que  plusieurs personnalités sont  passées par cet établissement.  Pour la petite histoire, Mustapha  Ouali Sayid, fondateur du front  séparatiste Polisario, en était  une. Ahmed Biaz, ancien patron  de l’ONDA (Office national  des aéroports), ainsi qu’un  grand nombre d’avocats et de  magistrats, sont passés par les  tables de cet établissement  prestigieux.
Cette association cherche  d’ailleurs à venir en aide à  l’établissement, en organisant  quelques activités en faveur des  élèves actuels. Une salle baptisée  “Haj Othamne Jorio” à l’initiative  de l’association, a abrité en  mars 2015 une conférence sur la  question du Sahara marocain.
Mais, sans un engagement  sérieux des parties concernées,  notamment l’académie régionale  de l’enseignement et les autorités  locales, les célèbres écoles  Mohamed V continueront de  sombrer et perdront le peu d’éclat  d’antan qui leur reste.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !