Dépêche
Accueil » Chronique » Les Chinois débarquent

Les Chinois débarquent

Hausse attendue de 3.500% des touristes Chinois au Maroc

Abdellatif Mansour

Abdellatif Mansour

Le flux de touristes  chinois qui pourraient  visiter le Maroc prochainement  devrait  connaître une hausse de  3.500%. Pas besoin d’être statisticien  aguerri pour sursauter face à  ce chiffre dont on n’a pas l’habitude.  À moins que le point de départ  soit 1, pour faire un saut de puce  jusqu’à 3.500. On serait alors dans  des paramètres quasi-conformes  à la logique statistique. Par contre,  si les Chinois ne sont que mille  dans nos murs, ils seraient alors  3.500.000 à arpenter les ruelles  des anciennes médinas, de Marrakech  à Fès, en passant par Tanger  et Agadir. Des chinatowns du  genre Derb Omar, à Casablanca,  pourraient prendre racine et  se surmultiplier, alors bonjour le  péril…

Un vieux fantasme qui avait  jusqu’ici la peau dure, avant que  des pays d’Europe et d’Amérique  ne deviennent demandeurs d’un  nouveau profil de Chinois, argenté  celui-là.  Le Maroc, pays historiquement  ouvert, n’a jamais été dans cet  état d’esprit. Autrement, il faudrait  croire que les Chinois seraient  réellement partis à la conquête  du Maroc. Ils débarquent physiquement  chez nous, après avoir  fait du commerce international un  hyper-marché où tout ou presque,  ouvertement ou subrepticement,  est made in China.

En fait, ce chiffre de 3.500% est à  la dimension de la Chine. Un pays qui regroupe le quart de l’humanité  et qui représente la première  puissance commerciale du monde,  poussant l’audace jusqu’à financer  la dette américaine. C’est pratiquement  le seul pays à avoir affiché,  pendant longtemps, un taux  de croissance à deux chiffres.  Lorsque cette tendance a fait  un recul aux alentours de 8% et  une grosse virgule, sous l’effet  de la crise mondiale, le gouvernement  chinois a failli mettre le  drapeau rouge en berne, sur la  place Tian’anmen. Alors que, loin  derrière, les puissances occidentales  souffrent sous des taux qui  menacent d’être franchement  négatifs.

Par rapport à ces données hors  norme, nos 3.500% de visiteurs  chinois de plus, paraissent  presque dérisoires. Mais cela suffit  à notre bonheur et à celui des  préposés à la chiffrite du secteur  touristique. D’autant plus que ces  touristes chinois ne se sont pas  auto-invités. On leur a facilité la  procédure, à juste titre, en supprimant  le visa.
Même à ce rythme, il ne faut pas  se leurrer. Car, sur ce terrain, la  concurrence est rude. Bien que le  contexte international paraît favorable  à la villégiature marocaine,  par rapport à la situation dramatique  des destinations habituellement  concurrentes.

Sous l’égide d’un parti communiste  qui s’est parfaitement  accommodé d’un libéralisme spécifique,  la Chine n’est plus retranchée  derrière sa grande muraille.  Elle s’ouvre sur le monde. Elle a  désormais ses nouveaux riches  et ses milliardaires qui investissent  et prennent des parts  de marchés chez les autres. La  classe moyenne, qui connaît un  développement spectaculaire,  ne demande qu’à changer d’air,  ne serait-ce que l’espace d’une  semaine de vacances.

C’est essentiellement à cette catégorie  de touristes potentiels que  s’adresse l’offre marocaine. Aussi  colossale soit-elle, cette niche  reste spécifique. Elle est chinoise,  porteuse d’une culture de cinq  mille ans, en plein rajeunissement,  sans remonter plus loin.  Avons-nous les structures d’accueil  et d’intéressement, adéquates  et incitatives, pour cette  clientèle pas comme les autres?  La Chine, qui s’est finalement  éveillée, tape à notre porte. Réveillez-  vous.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !