Dépêche
Accueil » Chronique » LE LOUP DANS LA BERGERIE

LE LOUP DANS LA BERGERIE

Driss Fahli

CHEZ NOUS, LES DROITS DE L’HOMME ONT ÉTÉ CONFIÉS À UN LOUP GAROU, REDOUTABLE RHÉTEUR.

Faire entrer le loup dans la bergerie est une vieille expression métaphorique tellement imagée qu’elle se passe d’explication. Elle désigne en fait l’introduction d’une personne rusée ou maléfique dans une structure qui va lui permettre de manger les moutons à sa guise. Les exemples sont légion: C’est le pédophile instituteur, le trafiquant député, le voleur président de commune et même le prédateur-hégémoniste ministre du commerce et de l’industrie. Que du pain bénit et des cerises sur le gâteau pour tous ces déviants enrobés d’honorabilité et couverts de légalité. Le top des grands loups dans la bergerie selon Eva Joly serait Jean- Claude Junker, maitre des paradis fiscaux et de l’évasion fiscale qui devient Président de la Commission Européenne.

Tous ces déviants se retrouvent un jour ou l’autre face à la justice s’ils n’ont pas de parrain. Il leur arrive parfois de payer physiquement leurs méfaits si le parrainage n’est pas solide. Quand pour des raisons politiques le loup se retrouve dans la bergerie, il n’y plus ni justice, ni empêcheurs de tourner rond qui puissent contrecarrer l’emport du veau du pauvre. Les consignes du commanditaire sont appliquées avec dévotion au détriment des rêveurs de liberté et de droits de l’homme.

A ce niveau, l’un des piliers fondamentaux de l’assaut du fondamentalisme religieux consiste à introduire des loups dans la bergerie de l’espace public afin de récupérer pour soi le discours et les ressources sémantiques des religions pour en défigurer l’interprétation. Pour cela on attribue des fonctions apologétiques au loup introduit qui fera le nécessaire pour la promotion des idées biscornues du commanditaire. Ce que je viens de relater est une approche universelle valable pour toutes religions ou pouvoirs. Il se trouve même qu’aux USA, des think-tanks créationnistes comme le puissant «Discovery Institute» ne travaillent que pour l’unique promotion de cette approche, appelée «Intelligent Design», dans le seul but de fragiliser l’enseignement de la théorie de l’évolution, attaquer la communauté scientifique qui la soutient et influencer le monde académique et les écoles.

Chez nous, c’est les Droits de l’Homme qui ont été confiés par le Gouvernement Othmani à un loup garou, redoutable rhéteur islamiste capable de défendre l’aliénation de la liberté par des formules mathématico-juridiques. Du coup, le 21 septembre à Genève, lors de la séance du Conseil des Droits de l’Homme consacrée à l’adoption du rapport du Maroc, Mustapha Ramid a jeté aux orties 44 recommandations de l’ONU sous prétexte que plusieurs d’entre elles ne sont pas conformes à l’Islam. Il a également «zappé» la discussion sur 168 d’entre elles en affirmant qu’elles sont en cours de réalisation en se gardant d’ajouter «après toilettage religieux». A quelques exceptions près, la presse n’a pas fait l’écho de ce rejet ni de celui des protestations associatives qui lui ont été réservées. Qu’importe! La presse du Makhzen est là pour s’accaparer le relais, applaudir Ramid et affirmer que le Maroc est un bon élève des droits de l’homme. Vous avez maintenant le choix entre «Ainsi soit-il» ou «Amen»…

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !