Dépêche
Accueil » Culture » Le festival international de la mode Islamique à Paris

Le festival international de la mode Islamique à Paris

festival-mode-islamique-paris

Un marché de 350 milliards d’euros

Pour sa deuxième édition, le  festival international de la mode  islamique regroupera, les 4 et 5  mai 2016 à Paris, une pléiade de  stylistes venus d’Europe, du Moyen-Orient  et des pays du Golfe montrer au public  parisien leurs toutes dernières créations  en mettant en avant toute la diversité et  la richesse de la tradition vestimentaire  musulmane.

Connus déjà dans d’autres styles de  mode, ces stylistes représentant plusieurs  grandes marques internationales, ont  décidé, à travers le festival, d’orienter  leurs ciseaux cette fois sur les vêtements  islamiques englobant foulards, robes,  jupes longues, pantalons, tuniques,  vestes, âbayas et autres articles de mode  musulmane.

Une chose est certaine dans cette  orientation en masse vers les vêtements  islamiques: il y a de l’argent à se faire.  Ce marché mondial, estimé à plus de  220 milliards d’euros en 2015, pourrait  atteindre plus de 350 milliards en  2020. De quoi susciter l’intérêt pour les  grandes marques à conjuguer valeurs  traditionnelles et créations stylistiques, en  vue de faire de Paris un pôle d’excellence  en matière de conception de lignes de  vêtements islamiques pour femme.

L’innovation serait donc au rendez-vous  de ce festival, qui se veut un lieu de  rencontres entre des créateurs qui ont  à coeur de séduire cette catégorie de  femmes qui, attachées à leur apparence,  veulent s’habiller tout en conciliant entre  religion, élégance et habillement pratique.  Sa projection dans le futur est de donner  naissance à un marché spécialisé dans la  mode islamique et permettre aux créateurs  de fructifier leurs marques et de valoriser  les vêtements islamiques pour en faire un  véritable créneau socio-économique.

Outre les défilés et ateliers de mode  éthique complétés par des espaces de rencontres et de shopping entourant  l’événement, le festival aménagera un  grand espace-collection où on trouve  différents articles de mode musulmane.

Débats contradictoires
Sur la base de matériaux de qualité, tels  que le lin, la soie, la laine et le coton, les  collections qui portent le cachet islamique  commencent à séduire un public de plus  en plus large, sachant qu’il y a quelques  décennies, le nombre de femmes  marocaines de France à porter la tenue  islamique était insignifiant. Aujourd’hui,  difficile de se balader sans tomber sur une  femme attifée du hijab, devenu un symbole  d’identité culturelle, en plus d’un signe  religieux. Et, face à l’ampleur que connaît  la mode islamique à l’échelon mondial,  nos jeunes femmes sont aujourd’hui  quotidiennement sous la pression de “Quel  vêtement élégant et de pratique à la fois  ce matin?’’.

Source de débats contradictoires, la mode  islamique a pris par ailleurs des proportions  inquiétantes au sein d’une bonne tranche  de la société française, qui y voit un  phénomène d’envahissement culturel  venu du Moyen-Orient, des pays du Golfe et même du Maghreb. De nombreuses  femmes, quoique convaincues de son  fondement religieux, refusent de porter  la tenue islamique, y compris le hijab.  Elles estiment qu’il est étouffant et aussi  encombrant. D’autres refusent d’adopter  ce genre de vêtements pour ne pas être  étiquetées de sous-cultivées. Pour elles,  le musulman se distingue beaucoup plus  par les valeurs humaines qu’il incarne que  par son habit.

La polémique en France sur ce vêtement  islamique s’étale jusqu’à mettre dos-à-dos  deux camps: ceux qui défendent la laïcité  et appellent au boycott de ces marques.  Et ceux qui se réclament relativistes,  avec cette idée que tout se vaut. Là où la  discussion dérape, c’est quand cette mode  islamique est brandie comme un symbole  de pudeur et de vertu

Par : Ahmed Elmidaoui

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !