Dépêche
Accueil » Economie » La nouvelle approche de Seddiki

La nouvelle approche de Seddiki

Le ministre de l’emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a présenté, mardi 24 février 2015 à Rabat, son approche de la question de l’emploi au Maroc. Une urgence, car le taux d’activité dans le pays est l’un des plus bas au monde.

Le ministre de l’emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a présenté, mardi 24 février 2015 à Rabat, son approche de la question de l’emploi au Maroc. Une urgence, car le taux d’activité dans le pays est l’un des plus bas au monde.

“La problématique de l’emploi est une question sociétale qui appelle un engagement collectif et volontariste des organisations patronales et des autorités locales, et le succès de la Stratégie nationale pour l’Emploi est tributaire de l’engagement de l’ensemble des acteurs économiques et sociaux”, c’est par ces termes-là, que le ministre de l’emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a résumé, mardi 24 février 2015 à Rabat, son approche de la question de l’emploi au Maroc. M. Seddiki, qui présidait la réunion du comité de pilotage de la stratégie nationale pour l’emploi dans le cadre d’un processus de concertation, de préparation et de formulation qui a débuté en juin 2014, a insisté sur l’écart qui existe entre l’offre et la demande en matière d’emploi; sur la relation entre, d’une part, le développement démographique et la réforme du système d’éducation et de formation, et, d’autre part, la question de l’emploi.

Une nouvelle approche
La nouvelle Stratégie nationale de l’emploi est une première, estime M. Seddiki. «Son originalité se situe à trois nouveaux niveaux», nous confiet- il. Au niveau de la démarche globale, fondée sur l’implication de tous les départements, partenaires sociaux et acteurs concernés tant au niveau du diagnostic participatif entrepris que de la conception des solutions, partagée et inclusive. Puis au niveau de la vision, il s’agit d’une stratégie qui aborde à la fois les niveaux macro- et méso-économiques qui affectent l’offre d’emploi ainsi que les variables liées aux tendances démographiques et aux politiques de l’éducation, la formation et de la protection sociale. Et, enfin, au niveau de sa mise en oeuvre, elle prévoit un partage complémentaire des rôles entre les échelons nationaux, sectoriels et territoriaux.

Selon une étude de diagnostic sur la situation de l’emploi au Maroc, préalable à la formulation de la Stratégie nationale de l’emploi, la population active occupée âgée de 15 ans et plus a augmenté de 1,4% par an entre 2000 et 2012, avec un taux de féminisation de l’emploi autour de 26%. La part des jeunes (15 à 24 ans) dans l’emploi a diminué de 25,2% à 16,4% (2000-2012). Le taux d’activité est l’un des plus bas au monde, surtout en raison de la faible participation des jeunes et des femmes au marché du travail, relève l’étude

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !