Dépêche
Accueil » Culture » La 12-ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira : une nouvelle génération d’artistes à l’honneur

La 12-ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira : une nouvelle génération d’artistes à l’honneur

festival-des-andalousies essaouira

La 12-ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira aura lieu du 29 au 31 octobre sous le signe de l’ouverture, la jeunesse et la créativité.

A travers une quinzaine de concerts, une place de choix sera faite à la nouvelle génération d’artistes musiciens qui ont fait le choix de revisiter, à leur façon, le répertoire de la musique andalouse en s’attachant plus particulièrement à l’aspect judéo-musulman de cette musique.

Amine Debbi et son orchestre Chabab Al Andalous va, pendant trois jours à Essaouira, réunir et accompagner les interprètes les plus emblématiques de ce « Matrouz » qui illustre l’exceptionnelle richesse de la diversité marocaine.

Abir El Abed (Tanger), Nabila Maan (Fès) et Zainab Afailal (Tétouan) appartiennent à cette génération douée et prometteuse. Elles seront à Essaouira avec une autre icône du patrimoine musical judéo-musulman, la grande chanteuse Sanaa Marahati qui fait un parcours exceptionnel, notamment autour des répertoires de Salim Halali et Samy El Maghribi.

Sanaa Marahati retrouvera sur scène Benjamin Bouzaglo, chanteur aux qualités vocales exceptionnelles. Originaire de Casablanca, Benjamin Bouzaglo est né dans une famille de mélomanes qui a su lui transmettre l’amour des musiques judéo-arabes et arabo-andalouses.

Autre nouveauté de cette édition, la place faite aux voix souiries, celles des frères Afriat et de Coco Tordjman bien connues des Casablancais amateurs de Melhoun et de Ala et qui pour la première fois, se produiront ensemble à Essaouira aux côtés de Houssam Guinea (guembri) et de Abdelhak El Kaabe, un autre maître souiri.

figurent également au programme, l’orchestre de Rachid Ouchehad et les frères Abdellaoui, talents confirmés de l’école du Chgouri à Essaouira nourrie et enrichie par ses affluents musulman et juif.

Nouveauté et audace aussi autour de Karinn Helbert et son cristal Bashet, un instrument insolite pour une incursion inattendue dans notre répertoire andalou avec d’autres sonorités et des arrangements musicaux qui nous invitent à une autre façon d’écoute.

Comme chaque année, le flamenco ne sera pas en reste à Essaouira puisque c’est la jeune et prestigieuse compagnie de l’Ecole Flamenca de Séville qui va ouvrir le bal avec aux commandes Jeromo Segura, étoile montante du chant flamenco en Andalousie qui aura à ses côtés la danseuse Anabel Veloso, lauréate à Madrid du 16-ème concours de chorégraphie et de danse espagnole et flamenco.

Enfin cette édition 2015 ne dérogera pas à deux rendez-vous toujours très attendus, l’un au-delà de minuit, pour écouter les confréries souiries, cette année les Aissaoua et les Darkawa et l’autre, chaque matin, pour le Forum des Andalousies d’Essaouira, avec un temps fort qui marquera cette édition, la projection du film Aïda en présence de Driss Mrini, son réalisateur pour un débat qui s’annonce passionnant autour de la place retrouvée du judaïsme marocain dans notre filmographie contemporaine.

(Avec MAP)

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !