groupe crédit agricole du maroc
Dépêche
groupe crédit agricole du maroc
Accueil » A la une » Jemaa El Fna transformée en une salle de cinéma à l’occasion du Festival de Marrakech

Jemaa El Fna transformée en une salle de cinéma à l’occasion du Festival de Marrakech

© ph:DR

© ph:DR

La mythique place Jemaa El Fna s’est transformée à l’occasion de la 16ème édition du festival international de film de Marrakech en une salle de cinéma à ciel ouvert avec la projection de plusieurs films en présence de stars nationales et internationales.

Chaque soir, les spectateurs se massent devant l’écran géant mis en place dans ce haut-lieu traditionnel et populaire, classé patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco, pour découvrir des films de différents horizons.

Le film indien « you don’t get life a second time » du réalisateur Zoya Akhtar a ouvert le bal des projections, emportant les cinéphiles, ravis de la présence de la star de Bollywood Kalki Koechlin, une des actrices principales du long métrage, dans un voyage avec Kabir qui vient d’enterrer sa vie de garçon.

Le Festival, qui comme à l’accoutumée célèbre la diversité, a offert au public une deuxième soirée sous le signe de l’Asie avec la projection du film « the good, the bad et the weird » du réalisateur sud-coréen Kim Jee-woon, présent à cette occasion.

La science-fiction n’était pas en reste avec la projection en quatrième soirée du film Robocop du réalisateur Paul Verhoeven qui a tenu à se rendre à la place Jemaa El Fna, point de rencontre pour les habitants de la ville et d’ailleurs, pour saluer ses fans.

L’œuvre du cinéaste néerlandais revient sur la décision de la ville de Détroit de faire à appel à l’aube de l’an 2000 à un agent de police spécial. Robocop, une nouvelle arme infaillible, mi-homme, mi-robot se veut la solution idoine pour faire face au crime et à la corruption.

Moment fort des soirées de la place Jemaa El Fna était la présence de l’icône de l’humour au Maroc Abderrahim Tounsi, alias « Abderraouf », honoré dans le cadre de cette édition, à la projection du film « Majid » du réalisateur marocain Nassim Abbasi.

Le public de tous âges a été au rendez-vous pour rendre un hommage appuyé à cet humoriste hors pair, tout en profitant de ce long métrage marocain qui narre l’histoire d’un orphelin de dix ans.

Vivant à Mohammedia, Majid ne peut plus se souvenir des visages de ses parents, morts dans un incendie. Son grand frère Driss, qui s’occupe de lui tout en rêvant de partir pour la Norvège, lui apprend que d’anciens voisins vivant actuellement à Casablanca pourraient avoir une photo de leurs parents. Avec la complicité de son ami Larbi, il se lance dans cette aventure et décide de tout faire pour trouver cette photo.

Du Maroc aux Etats Unis, la sixième soirée a été consacrée au film « In the Valley of Elah » du réalisateur Paul Haggis, présent à Jemaa El Fna.

De retour d’Irak pour sa première permission, Mike Deerfield disparaît mystérieusement et est signalé comme déserteur. Son père Hank, un ancien membre de la police militaire, et sa mère Joan, se lancent à sa recherche avec le concours d’Emily Sanders, officier de police de la juridiction du Nouveau-Mexique, où Mike a été aperçu pour la dernière fois.

Pour la 6ème soirée, les organisateurs ont prévu « La Planète des Singes » du réalisateur Matt Reeves. Ce film, digne de conte de fées, imagine une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, livrant une guerre sans merci à l’Homme pour décider de l’espèce dominante sur Terre.

La programmation de Jemaa El Fna prendra fin ce vendredi par la projection du film Subway du réalisateur Luc Besson. Le long métrage relate l’histoire d’un homme se réfugiant dans l’univers fascinant et agité du métro parisien après avoir dérobé des documents compromettants.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !