Dépêche
Accueil » Economie » JAWAD CHAMI: « Le SIAM est un rendez-vous continental incontournable »

JAWAD CHAMI: « Le SIAM est un rendez-vous continental incontournable »

Jaouad Chami

Le Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM), un des plus grands évènements de l’Afrique et rendez-vous incontournable de l’agriculture et des opérateurs du secteur agricole, est à sa 13ème édition. Cette année, il sera centré sur le thème mobilisateur de la logistique et les marchés agricoles. La logistique est désormais un enjeu majeur pour la pérennisation de notre agriculture et le développement de ses débouchés. Jawad Chami nous parle des enjeux et des nouveautés de cette édition dans cet entretien.

D’édition en édition, le Siam innove, se développe et accroît sa notoriété auprès des professionnels de l’agroalimentaire. C’est devenu un rendez- vous incontournable. Quel est le taux de fidélisation des exposants et comment l’interprétez-vous?
Le SIAM est l’oeuvre d’un nombre très important de partenaires qui, ensemble, participent à la réussite de cette oeuvre nationale. Nous avons déjà l’honneur d’avoir eu, depuis la 1ère édition, la sollicitude de S.M. le Roi Mohammed VI. Et M. le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime veille, lui-même, personnellement, aux grandes décisions qui concernent ce projet. Nous avons aussi parmi le conseil d’administration un grand nombre de professionnels avec lesquels nous arrivons à réunir de larges consensus à chaque édition.

Le SIAM est un projet professionnel qui reçoit pour une large majorité des entreprises privées qui reviennent chaque année grâce à une dynamique de plus en plus soutenue, que ce soit sur un plan purement commercial, de communication, ou de participation aux grandes décisions qui caractérisent le secteur de l’agriculture. En effet, cet événement, devenu aujourd’hui incontournable, regroupe pour près d’une semaine des acteurs de l’offre et de la demande sur une seule plateforme, ainsi que plusieurs décideurs aux niveaux les plus importants de l’Etat et du privé. C’est pour cela que le SIAM peut se targuer d’atteindre un taux de fidélisation de 87%.

La dimension internationale s’affirme d’année en année. Qu’en est-il de la dimension africaine?
Nous recevons depuis plusieurs éditions une vingtaine de pays africains et à leur tête des délégations officielles conduites très souvent soit par des chefs d’Etat ou par des ministres. Pour rappel, l’édition de l’année dernière a été inaugurée par Son Excellence Alpha Condé, Président de la République de Guinée et Président en exercice de l’Union Africaine.
Le SIAM est un rendez-vous continental dans lequel beaucoup de pays africains ont décidé de défendre les intérêts de leur agriculture. C’est en tout cas la volonté de M. le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime que nous essayons d’accompagner, car nous avons la foi que le Maroc doit consolider sa place de plateforme d’échange, principalement entre le Nord et le Sud (Europe/Afrique). Nous nous sommes récemment ouverts à quelques pays d’Afrique de l’Est, et ceci grâce à la dernière visite royale effectuée. Nous attendons d’ailleurs plusieurs pays qui vont exposer, comme l’Ethiopie, ainsi que plusieurs officiels de cette région.

Cette dimension a été acquise en partie grâce à des campagnes de promotion à l’étranger. Pouvez-vous nous en parler?
Comme il a été dit précédemment, de nombreuses visites en Afrique ont été effectuées par Sa Majesté le Roi. Le retour du Maroc au sein de l’UA et, récemment, la signature par le gouvernement de la ZLECA (zone de libre-échange continentale africaine) entre aussi dans la droite ligne de la vision panafricaine portée par le Roi Mohammed VI.
De nombreuses visites africaines ont aussi été effectuées par le M. le ministre de l’Agriculture, visant à promouvoir l’émergence d’une agriculture africaine forte, ainsi que pour exporter l’expertise marocaine dans le domaine de l’agriculture, acquise durant la mise en place de la stratégie du Plan Maroc Vert. L’équipe du SIAM a aussi aidé à l’organisation et à la mise en place du SARA en Côte d’Ivoire.

Le choix du thème n’est pas fortuit. Convenez-vous que l’accès et la percée des marchés est tributaire d’une bonne maîtrise de la logistique?
En effet la logistique est un segment fondamental de la prestation entre l’amont et l’aval. Nous nous enorgueillissons au Maroc d’avoir des professionnels en la matière qui nous rapprochent des marchés lointains. C’est en partie grâce à ce professionnalisme que nous pouvons rapprocher certains marchés de nos agriculteurs. C’est une dimension qui est prise en compte dans la politique du ministre de l’Agriculture, et nous attendons beaucoup d’experts nationaux et internationaux qui vont débattre de ce maillon essentiel dans la chaine de valeur.

Quel effet d’entrainement peut générer le SIAM pour le secteur agricole marocain?
Le SIAM est une plateforme qui permet de divulguer et de diffuser l’information, sur les nouveaux enjeux de l’agriculture, sur les politiques menées par le pays dans ce domaine, ainsi que sur les nouvelles technologies et innovations. En proposant des promotions spéciales SIAM sur les machines agricoles, et en regroupant tous les organismes de financement comme les banques, les assurances et les représentants du ministère de l’agriculture, le Salon facilite les acquisitions de machines par les agriculteurs, et participe de ce fait à la modernisation du secteur.

Le SIAM participe à stimuler les marchés agricoles et agroalimentaires. En réunissant tous les acteurs du pays, de l’offre et la demande, il contribue à créer une forte dynamique intérieure et à favoriser des signatures de conventions et de partenariats. La dimension internationale du SIAM contribue aussi à favoriser les investissements étrangers au Royaume, ainsi qu’à stimuler les exportations du secteur agricole et agroalimentaire marocain vers les marchés étrangers. Par le biais des conférences et de la thématique, le Salon contribue à informer les agriculteurs sur les enjeux et les défis majeurs que l’agriculture marocaine et mondiale va traverser, et propose des pistes de réflexions sur des sujets comme le développement durable ou la gestion des ressources hydriques.

Peut-on avoir une idée sur les profils des visiteurs du salon?
Le SIAM est d’abord fait pour le petit agriculteur qui vient chercher des expériences réussies, des financements et des expertises. Il a aussi un rôle important comme vecteur de développement pour les coopératives et associations. Il faut savoir que les coopératives réalisent plus de 65% de leur chiffre d’affaires annuel durant la période du Salon. Elles étaient 393 à exposer au SIAM en 2017, contre 26 lors de la première édition. Il y a aussi les grands agriculteurs qui permettent au Maroc de nourrir sa population avec une agriculture compétitive et de qualité.
C’est grâce à eux que le secteur agricole connaît une forte dynamique et est considéré comme le moteur de la croissance marocaine.

En quoi le modèle néerlandais constitue- t-il un benchmark intéressant par rapport à la thématique du SIAM 2018?
Les Pays-Bas font partie des meilleurs commerçants au monde, et sont considérés parmi les pionniers historiques du commerce international. Ils sont aujourd’hui les seconds exportateurs de produits alimentaires au monde derrière les Etats-Unis.

Les Pays-Bas possèdent une agriculture intensive et très optimisée, très peu gourmande en ressources naturelles, cela donne un produit moins cher et respectueux de l’environnement. De ce fait leur production agricole respecte l’équilibre entre les 3 P (planet, people, profit). Grâce à une agro-industrie de pointe, Les Pays-Bas importent, transforment puis réexportent en créant une forte plus-value sur des denrées agricoles de base. Il faut savoir que 12 des 40 plus grandes industries agroalimentaires se trouvent aux Pays-Bas. Mais ce qui fait vraiment la force de la Hollande, c’est avant tout son secteur logistique très performant et diversifié. En plus d’un dense réseau routier, ferroviaire, fluvial, et de grandes infrastructures aéroportuaires comme Schiphol, la Hollande peut compter sur le port de Rotterdam.

Ce port est le premier du continent européen, et c’est une plateforme multimodale extrêmement automatisée qui joue le rôle de plaque tournante pour tous les produits circulant en Europe. D’où son surnom de «Porte de l’Europe». Les Néerlandais sont des experts de la logistique et du transport, notamment en ce qui concerne leur technique de pointe en matière de réfrigération, ainsi que dans la transformation et l’agro-logistique. Nous avons donc beaucoup à apprendre de ce pays qui s’est forgé une place centrale dans le commerce européen en valorisant sa position géographique.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !