Dépêche
Accueil » Economie » Interview de Khalid Cheddadi: « Tous les Marocains sont éligibles à notre système de retraite »

Interview de Khalid Cheddadi: « Tous les Marocains sont éligibles à notre système de retraite »

KHALID CHEDDADI, PDG de la Société mutuelle de retraite

Après voir changé, il y a six mois, son statut réglementaire, la Société mutuelle de retraite (SMR), ancienne CIMR, aborde l’avenir avec de nouvelles prestations de retraite pour démocratiser son régime. Son président-directeur général, Khalid Cheddadi, s’en explique.

Vous venez de lancer un nouveau produit, “Al Moustakbal Individuel”, destiné à séduire les professions libérales. Qu’en est-il au juste?
Il s’agit d’un produit destiné aux adhésions individuelles. Jusqu’à présent, la SMR a géré des produits destinés exclusivement aux salariés des entreprises. Et ce jusqu’au dernier changement statutaire, opéré depuis janvier 2017. Avec le nouveau statut, nous sommes devenus ouverts sur les particuliers. Je pense que c’est une merveilleuse opportunité pour tous ces gens qui ne pouvaient pas accéder au régime de retraite de la CIMR.

Votre base d’adhérents s’est donc élargie par rapport au passé?
Oui, effectivement, c’est une ouverture sur les autres professions. Pour accéder à ce nouveau produit, il n’y a pratiquement aucune condition. Sauf une, peut-être: il faut être majeur. Au niveau des contributions, elles sont très limitées. D’abord, c’est un produit qui a des caractéristiques particulières. C’est une retraite pour l’adhérent lui-même et pour son conjoint après son décès. La liquidation des droits peut se faire soit totalement soit moitié en pension, moitié en capital. Il y a également une pension pour orphelins à hauteur de 20% pour chaque orphelin.

En quoi ce produit diffère-t-il des autres?
Ce nouveau produit apporte beaucoup d’innovation sur le plan du fonctionnement. C’est un produit entièrement accessible sur le web. L’adhérent s’inscrit à travers la plateforme électronique de la SMR en faisant entrer un certain nombre d’informations. L’authentification se fait par la suite par l’intermédiaire de la carte bancaire.

Comment?
Lorsque le client introduit les informations relatives à sa carte bancaire (numéro de la carte, par exemple), ces informations tombent automatiquement sur la plateforme électronique du Centre monétique interbancaire (CMI), qui procède à l’authentification nécessaire. Une fois authentifié, l’adhérent revient sur notre site web pour achever son inscription. Il reçoit, par la suite, les statuts et tous les documents relatifs à son affiliation.

Et pour la signature?
Il n’y a pas de signature. Tout se fait électroniquement. C’est une procédure innovante approuvée par la nouvelle Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS). Après avoir accompli toutes les démarches d’affiliation, les prélèvements financiers se font, mensuellement, sur carte bancaire. Mais avant le prélèvement effectif, on avise l’adhérent 7 jours à l’avance. Cela lui permet d’aller sur notre site web pour modifier le montant à prélever ou carrément reporter ce prélèvement de quelques jours. Grâce à cette flexibilité et à cette souplesse, les adhérents peuvent procéder aux remodelages nécessaires.

Outre les professions libérales, d’autres professions sont-elles visées par ce produit?
Toutes les personnes sont éligibles à notre système de retraite complémentaire, et notamment à ce produit. Il n’y aucune distinction ni exclusion. Dans ce cadre, nous avons signé récemment un partenariat avec la fédération des sucriers (Fimasucre), présidée par Mohamed Fikrat. A travers cette fédération, nous allons pouvoir toucher plus de 80.000 agriculteurs qui ne sont même pas déclarés au régime de retraite de la CNSS. A terme, après avoir expliqué nos prestations aux agriculteurs, nous allons signer avec la Cosumar un contrat fédérateur, qui va permettre à celle-ci de prélever sur les montants d’achats de bettrave et de cannes à sucre qu’elle doit aux agriculteurs et verser les sommes prélevées à la SMR au titre de leurs cotisations au régime de retraite. Chaque agriculteur pourra par la suite suivre son compte à la SMR.

Etes-vous satisfaits de cette digitalisation de vos prestations?
En vérité, on n’est pas totalement satisfaits. Parce que nous n’avons pas atteint le niveau que nous souhaitons atteindre. Non seulement, nous voulons que ce produit soit géré sur le web, mais nous souhaitons aussi développer une stratégie marketing et de commercialisation propre au canal digital. Concernant le produit “Al Moustakbal individuel”, une campagne test est en cours de déroulement, depuis fin mai dernier, sur les réseaux sociaux, principalement Facebook. L’objectif est d’attirer le plus grand nombre de Marocains susceptibles de souscrire à ce produit.

Votre insatisfaction se manifeste probablement au niveau de votre présence sur les réseaux sociaux…
Oui, tout à fait. Cette présence est encore, à mes yeux, très faible. Et l’usage de ces réseaux sociaux à des fins commerciales et marketing me paraît également très insatisfaisant. En revanche, je peux vous dire que nous sommes satisfaits de tout ce que nous entreprenons sur notre plateforme électronique. Les entreprises adhèrent totalement à notre offre digitale, qui leur permet de déclarer les salaires de leurs adhérents et de suivre régulièrement nos produits.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !