Dépêche
Accueil » Culture » INTERVIEW DE IMAD FIJJAJ, « Le théâtre se meurt dans la misère »

INTERVIEW DE IMAD FIJJAJ, « Le théâtre se meurt dans la misère »

Une pauvre infrastructure, une maigre programmation et sans même parler de la formation des nouveaux talents. Face à toute cette triste réalité, les associations, troupes et acteurs protestent, depuis plus de 5 mois, contre le ministère de la culture pour obtenir l’aide financière annuelle.

Cette saison a connu tout de même l’organisation de certains spectacles, où se pose réellement le problème?
Alors que les troupes et artistes honoraient leur engagement face au ministère de la culture, les mois passaient et aucune des 3 tranches de l’aide financière destinée au théâtre, n’a été déboursée. Une réelle crise financière, touche alors les concernés par le problème.

Vous vous êtes entretenus avec le ministre de la Culture, à quel niveau se posait le problème?
Au mois de juillet de la même année, le ministère en question ne semblait toujours pas être décidé à régler notre situation. Ce qui nous a poussés à manifester pour faire entendre notre voix. Mohamed El Aarej, ministre de la Culture et de la Communication, a rapidement réagi et il s’est avéré, finalement, que le budget en question n’a pas été débloqué, pourtant l’ancien ministre avait donné son accord pour procéder aux virements. Une étonnante réalité, qui en même temps laisse poser des questions, mais nous fait rapidement comprendre qu’il y a des conflits internes, sans doute, politiques.
Finalement, le ministère de l’Economie et des Finances a accordé, suite à la demande du ministère de tutelle, un budget supplémentaire “exceptionnel”.

Qu’en est-il aujourd’hui?
Malgré la bonne volonté de M. El Aaraj, le blocage a perduré sur les 5 derniers mois, alors que les troupes et artistes continuaient à animer leurs spectacles. A chaque déplacement au ministère, les responsables tenaient le même et unique discours, avec une promesse du déblocage sur une semaine.
Ce n’est qu’au 3 novembre courant que le ministère a finalement déboursé la 1ère tranche pour 31 troupes sur les 65 ayant l’accord. 22 autres troupes recevront à leur tour la 1ère tranche dans les deux semaines qui suivent, et 12 autres ont reçu en partie la signature du ministre pour une suite normale des procédures, et une étude du dossier pour d’autres.

En quel état vivent les artistes aujourd’hui?
Une grande partie de ces artistes vivent du théâtre, autrement dit de cette aide financière. Alors que les activités se sont maintenues sur la saison, ces acteurs souffrent à l’heure actuelle des crédits, et des endettements.
Ces aides allant de 12.000 Dhs à 550.000 Dhs, selon les troupes et leurs activités, représentent beaucoup pour ces artistes, qui avant tout sont des passionnés. Une situation lamentable, qui se reflète sur les prestations et le nombre de spectacles. Le théâtre en meurt.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !