Dépêche
Accueil » Edito » Inquisition toute

Inquisition toute

Wissam El Bouzdaini

Wissam El Bouzdaini

À croire que l’Etat n’aurait  plus le monopole de la violence  physique légitime. Sur  ce registre, il semble désormais  trouver une nouvelle concurrence.  Ce mois de Ramadan 2016 a  en effet vu se multiplier des actes où,  ici et là au Maroc, de simples citoyens  ont cru bon se substituer à la police.  Dans la capitale Rabat, un jeune  homme a dû être hospitalisé après  avoir été tabassé: qu’il ait bu de l’eau  en pleine rue semble avoir au plus  haut point insupporté ses agresseurs.  Il se trouve qu’il était diabétique; une  situation que l’Islam a pourtant prévue  et prise en considération.

Allah ne dit-il pas dans le Coran que  “quiconque” était “malade ou en  voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours”; ouvrant par là la voie  à la tolérance à l’égard des personnes  en incapacité d’accomplir le quatrième  pilier de la religion? Peut-on,  in fine, mieux maîtriser le texte sacré  que Dieu lui-même et son prophète  Muhammad? Certains donc croient  que oui. Ils croient pouvoir se poser  en gardien de la morale publique.

Mais  de quelle morale s’agit-il ? A Rabat  toujours, un étudiant a été verbalisé  parce qu’il tenait la main à une camarade  de classe dans un tramway. Le  procès verbal mentionne un “outrage  aux bonnes moeurs”. Heureusement,  la réaction de la société qui s’occupe  de gérer le tramway, la Société du  tramway de Rabat-Salé, a été saine.  Sur sa page sur le site web “Facebook”,  elle a qualifié le PV d’”arbitraire”  et de “sans fondement”. Elle  l’a, depuis, annulé. Résolument un  bon point. Ce n’est malheureusement  pas toujours le cas.

Le Maroc vit sans doute une époque  de transition. D’un côté sur le papier,  c’est un Etat de droit, lié par des  conventions internationales dûment  ratifiées par lui, qui légifère, exécute  et rend justice. Son actuelle Constitution,  adoptée à plus de 99% en  2011, est sans doute l’une des plus  avant-gardistes de la  région WANA (Asie  de l’Ouest/Afrique du  Nord). Mais le pays  demeure cela dit foncièrement  conservateur.  En 2013, un sondage du  Pew Reseach Center,  un think tank installé  aux Etats-Unis, avait  fait ressortir qu’environ  83% des Marocains étaient même  pour l’application de la “charia”, le  droit coutumier musulman.

Entre ces deux réalités, l’une moderne  et l’autre toujours traditionnelle, nous  semblons encore avoir un long chemin  à parcourir. Celui nécessaire  pour aboutir à un véritable vivre-ensemble,  qui transcende les croyances  et accorde sa juste place à toutes les  représentations

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !