• samedi 30 août 2014

  • Google+
Map
Imprimer Adresse email
Gilles Bienvenu. “Notre but est d’éviter les files d’attente”

La Date de Sortie : Du 30 Juin au 6 Juillet 2006

Numéro : 705
Titre de l‘édition :L’homme qui valait 100 million de dollars

Gilles Bienvenu, consul général de France à Casablanca explique
la nouvelle procédure de visa
“Notre but est d’éviter les files d’attente”

Propos recueillis par
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 


Gilles Bienvenu. 82% de demandes de visas satisfaites par an.

 

Maroc Hebdo International: En quoi consiste la nouvelle procédure visant à utiliser l’Internet le cadre de la démarche de demande de visa français?
-Gilles Bienvenu: Notre nouveau système vise à permettre aux gens, depuis là où ils se trouvent, à Settat, à El Jadida, à Mohammedia ou à Casablanca, de prendre rendez-vous sur Internet et de venir le jour et à l’heure qui leur conviennent. Tout le reste est sans changement. Il ne s’agit pas de remplir un dossier sur Internet, comme c’est le cas, par exemple, pour le consulat américain.
MHI: Ce nouveau système réglera donc le problème des files d’attente?
-Gilles Bienvenu: En effet, notre objectif numéro un est de résoudre le problème des files d’attente. Aujourd’hui, dès l’ouverture des portes du consulat, à huit heures, il y a toujours une centaine de personnes qui attendent dans la rue. Donc, elles sont reçues dans l’ordre d’arrivée devant la porte. Quelqu’un qui habite tout près, au quartier Mers Sultan, à Casablanca, par exemple, peut facilement se lever à huit heures moins dix pour venir prendre une bonne place dans la file. Par contre, celui qui habite Beni Mellal ou Settat, à quelle heure lui faut-il se lever pour être en bonne place dans la file d’attente? Ce qui n’est pas normal.
MHI: Cette nouvelle procédure est-elle déjà opérationnelle?
-Gilles Bienvenu: Elle n’est pas encore opérationnelle. Nous sommes dans une phase de communication. Mais tout se mettra en place le 4 juillet 2006.
Désormais, dès cette date, il suffit d’entrer dans notre site, www.consulfrance-casablanca.org, sur lequel nous allons développer une fenêtre d’accès qui servira aux Marocains pour prendre un rendez-vous. Sur ce site, nous avons mis toutes les informations utiles et pratiques dont ils ont besoin pour réussir leur démarche de demande de visa.
MHI: Cette nouvelle procédure concernera-t-elle les touristes, les étudiants et les hommes d’affaires?
-Gilles Bienvenu: Elle concerne uniquement ceux qui partent en France en tant que touristes. Mais les gens qui voyagent pour affaires, notamment les chefs d’entreprises et les cadres adhérents à la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc ou les gens qui ont des coursiers accrédités auprès de notre consulat ou encore les étudiants qui partent pour un long séjour en France, tous ces gens-là n’auront pas à prendre rendez-vous sur Internet. Ils peuvent continuer à venir comme ils le faisaient auparavant dans le cadre de la filiale spéciale des visas. Cela dit, deux autres consulats à part celui de Casablanca, devraient également recourir à terme à ce nouveau système, notamment ceux de Tanger et d’Agadir.
MHI: Vous êtes le consulat le plus décrié par les Marocains parce que vous refusez les visas à pas mal d’entre eux. Qu’est-ce que vous leur répondez?
-Gilles Bienvenu: Ces gens-là à qui nous refusons le visa pensent, à tort, qu’ils remplissent toutes les conditions nécessaires. Mais, en réalité, à chaque fois que nous leur demandons un complément de dossier, ils se trouvent incapables de nous le fournir. Ils savent en général parfaitement pour quelle raison nous leur avons refusé le visa. Je vais vous dire: regardez les chiffres, nous avons reçu en 2005 sur Casablanca 82.500 demandes de visa. Sur ce nombre, nous avons délivré
65.000 visas. C’est-à-dire que nous satisfaisons presque chaque année 82% des demandes. Donc, le taux de refus est de 18%. Ce qui est faible, compte tenu du nombre important des Marocains qui partent chaque année en France.
Quand vous prenez les personnes à qui nous refusons le visa cas par cas, ce sont, généralement, celles qui n’ont pas fourni tous les documents nécessaires, notamment une assurance ou une attestation d’accueil ou encore une réservation d’hôtel. Ce sont aussi des gens qui fournissent de faux documents, ou qui ont un historique migratoire compliqué