• jeudi 17 avril 2014

  • Google+
Map

Les dernières dépêches

En Kiosque du 18 au 24 avril 2014

Une
Un basculement lourd
de conséquences dans
l’affaire du Sahara à cause
d’un rapport tendancieux
de Ban-ki Moon qui
prend de court le Maroc

La volte-face
de l’onu
Image
Les défis de l'intégration

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1067 - Du 11 au 17 avril 2014 Retour L'Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) entre le Maroc et l’Union européenne a fait l’objet... Lire la suite...
Image
Mieux que prévu

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1067 - Du 11 au 17 avril 2014 Retour Pour 2014, les prévisionnistes tablent sur une récolte moyenne autour de 70 millions de quintaux. Le reste, en... Lire la suite...
Image
Il ne fait pas bon être enfant

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1067 - Du 11 au 17 avril 2014 Retour Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a présenté, le 2 avril 2014 à Rabat, son rapport mondial 2014... Lire la suite...
Image
“Il n’y a aucun cas d’Ebola au Maroc”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1067 - Du 11 au 17 avril 2014 Retour Selon le ministre de la Santé, Houssain El Ouardi, il n’y a pas le moindre cas d’Ébola au Maroc. Ce qui a été... Lire la suite...
Image
La nouvelle vie de l'oryx du Sahara

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1067 - Du 11 au 17 avril 2014 Retour Si des mammifères emblématiques du Maroc comme le lion de l’Atlas, la panthère, le guépard, l’oryx, l’oryx... Lire la suite...
Image
Il ne fallait surtout pas s'opposer à Ouahab

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1067 - Du 11 au 17 avril 2014 Retour Grâce à un Lamine Ouahab des grands jours, naturalisé marocain en novembre 2013, la sélection nationale de tennis... Lire la suite...

CHRONIQUE de Mohammed Benmoussa

Le Maroc face au désordre mondial

edito
Le monde de l’année 2014 est en ébullition. Une situation de désordre international prévaut. Les dépêches des agences de presse, les reportages des journaux télévisés de prime time comme les news des chaînes d’information en continu, regorgent d’événements illustrant la montée des périls planétaires. Le droit international est bafoué au Moyen-Orient, où près de 150.000 Syriens sont assassinés par un régime politique sous protection russe et chinoise...
 

Chronique de Driss Fahli

La qamis du parlement

edito
Mêlé à toutes les sauces, le mot islamiste ne veut plus rien dire. Formaté par une vision réductrice occidentale, le terme a perdu son sens lexique pour s’habiller d’un large “qamis” islamo-politique. Pour éviter la polémique, nous dirons qu’un islamiste est celui qui a choisi de faire de l’Islam son guide politique et sa source principale de droit...

[Lire la suite...]

Vidéo du jour

NOES Un film de Darren Aronofsky

NOES Un film de Darren Aronofsky

Interview de Faouzi Skali, " Fès est la capitale
mondiale du soufisme "

Interview de Faouzi Skali,
Lundi, 27 Février 2012 17:05   
Alger acculée à se débarrasser du Polisario

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1011 - Du 08 au 14 février 2013

glaoui

CONFLIT. Le Polisario est au cœur du débat sur le terrorisme dans le Sahel. La guerre du Mali a fait resurgir tout le danger d’un groupe armé aux abois que l’Algérie traîne comme un boulet.   

Par Mustapha Sehimi

 

 

C’est une accélération et une cristallisation qui ont été générées par la guerre actuelle au Mali. Les contentieux étaient là, liés qu’ils étaient, pour une bonne partie d’entre eux, à la situation chaotique dans l’espace sahélo-saharien. Mais le conflit ouvert aujourd’hui à Bamako et qui est marqué par l’intervention française et celle des armées africaines des pays de la CEDEAO repose désormais la question sécuritaire en des termes nouveaux. Il exacerbe aussi les enjeux stratégiques en accroissant à l’international les menaces sur la paix et la sécurité du fait, en particulier, de la dimension et de l’articulation des réseaux terroristes locaux. Mais il repose également le dossier du Sahara en des termes nouveaux. Lesquels?
Le premier d’entre eux a trait à la décision prise par Alger de fermer sa frontière méridionale avec le Mali, longue de 1.500 km. Un acte qui ne procède pas du libre arbitre des autorités mais qui a été pratiquement imposé par les pressions internationales, celles de Paris en tête. Pour François Hollande, la lutte contre les terroristes au Mali ne pouvait donner de résultats probants si la frontière algéro-malienne n’était pas fermée et sécurisée. C’est que cette ligne est le lieu de passage des groupes terroristes qui se ravitaillent en vivres, en matériel et en essence pour leurs voitures 4x4 et leurs pick-ups. Sans parler des bases de repli et des sanctuaires qu’ils y trouvent.
Le deuxième élément à relever regarde la nature prise par la guerre au Mali. Ce conflit a pris de l’ampleur. Il s’est même pratiquement autonomisé, devenant de ce fait une équation propre, régie par ses propres règles et sa dynamique particulière.

Zone d’influence
Un schéma qui contrecarre doublement les desseins poursuivis par Alger depuis des lustres. En premier lieu, le régime des généraux faisait du Sahel une zone d’influence ne devant être partagée, ni même endiguée, par aucun autre acteur régional ni international. D’où, soit dit en passant, le refus obstiné opposé à toute solution militaire au profit d’un règlement politique négocié entre les protagonistes. Dans la recherche de cette dernière formule, elle aurait évidemment pesé de tout son poids dans un sens ou dans un autre d’ailleurs...
Or, ce schéma diplomatique, qui permettait de capitaliser bien des dividendes, n’a pas résisté à la nouvelle situation créée au Mali depuis trois semaines: il est même devenu caduc. C’est qu’en effet l’intervention militaire de Paris a contribué à bouleverser les perspectives en exergue jusqu’alors. Cette nouvelle donnée opérationnelle s’est traduite par un coût politique élevé pour le président et les généraux algériens. D’abord, l’autorisation de survol du territoire accordée aux avions militaires français n’est pas qu’une facilité “technique”, mais un acte éminemment politique à forte charge symbolique. Il faut mesurer, comme il se doit, sa portée. N’est-ce pas un feu vert donné à l’ancienne puissance coloniale de revenir avec des contingents militaires pour lutter contre des réseaux terroristes occupant le Nord du Mali, frontalier de l’Algérie? Plus encore: une opération faite dans le cadre de la légalité internationale.
Ensuite, Alger perdait de ce fait la haute main quant au monitoring de la transition politique devant suivre la “pacification” du Mali en vue d’un processus électoral et institutionnel désormais à l’ordre du jour.
Mais il y a plus. Cette guerre au Mali illustre aussi en creux la nouvelle comptabilité devant régir l’appréhension du dossier du Sahara. Sur quelles bases? L’implication de nombreux éléments du Polisario a été établie dans les derniers événements au Mali. Les séparatistes étaient partie prenante dans l’insécurité frappant l’espace sahélo-saharien, et ce au moins à un double titre: par les bases de repli des camps de Tindouf, et par les opportunités de business criminel qui s’y étaient développées (trafics de cigarettes, d’armes, d’immigration clandestine et même d’héroïne). Un “modèle” économique de type mafieux, sauf qu’il se déploie dans un espace saharien. Et l’Algérie dans tout cela? Elle doit désormais pratiquement acter toutes ces nouvelles données. La voilà face à une équation séparatiste qu’elle ne maîtrise plus et qu’elle ne peut même plus espérer réguler a minima. En somme, le Polisario est toujours délocalisé territorialement dans les camps de Tindouf comme c’est le cas depuis près de quatre décennies aujourd’hui. Mais il s’apparente à une entreprise multirégionale en franchise, avec des implantations au Mali, en Mauritanie et ailleurs.

mali2

Le Polisario en franchise
Tout un processus d’autonomisation s’est développé, suivant des modalités diverses. L’Algérie a laissé faire –par calcul, par passivité ou par intérêt? Surtout qu’elle y trouvait son compte, quoi qu’on en dise en dernière instance, sur la base de trois paramètres liés entre eux d’ailleurs: le déploiement continu de sa capacité de nuisance à l’égard du Maroc, un niveau d’insécurité gérable renforçant son statut géostratégique, enfin un business juteux entre les mains des généraux ou de leurs obligés. Or, tel n’est plus le cas en ce début d’année 2013. La fermeture de sa frontière avec le Mali est appelée à durer, faute de quoi de graves accusations seraient encourues à l’initiative de la communauté internationale. Dans ces conditions, l’Algérie va devoir s’atteler à trouver une solution au statut des séparatistes des camps de Tindouf. Les désarmer et en faire des “réfugiés” au sens du HCR et des instruments internationaux pertinents en la matière? La voudra-t-elle? Et, le cas échéant, le pourra-t-elle? Rien n’est moins sûr tant il est vrai que le régime des généraux n’est certainement pas en mesure d’opérer une telle révision déchirante. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le crédo est le statu quo, continuer à “gérer”... Les réinstrumentaliser de nouveau, mais pour faire quoi? Les séparatistes ne sont-ils pas délégitimés de façon rédhibitoire par leurs actes et leur implication dans ce qui se passe dans le Sahel?
Au final, c’est un dossier inédit qui se trouve posé à Alger. Pour la première fois, la question des séparatistes est devenue pratiquement d’ordre intérieur, algéro-algérienne. Elle met à nu bien des ambiguïtés marquées du sceau du double langage et de la duplicité. Elle expose la politique algérienne à des contraintes extérieures nouvelles sur lesquelles elle n’a pas vraiment prise. Et elle repose différemment la politique sécuritaire antiterroriste sérieusement secouée par la dernière prise d’otages d’In Amenas

 
Image
L'avenir en toute confiance

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour Le groupe OCP mise  avant tout sur l’investissementet de plus en plus sur des produits à forte valeur ajoutée. Objectif : capter 50% de la croissance du marché mondial... Lire la suite...
Image
Un rêve pour Casablanca

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 30 milliards de dirhams pour moderniser la capitale économique du Royaume. Un pôle financier en perspective Par ABDELLATIF MANSOUR Le monstre urbain de Casablanca sera dompté. On ne... Lire la suite...
Image
Casablanca se projette dans le futur

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Le projet “Wessal Casablanca-Port” porte sur la reconversion d’une partie du port de Casablanca. L’augmentation de la compétitivité économique et touristique, notamment de la... Lire la suite...
Image
Le bon prêche du cheikh

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour     Mohamed El Fizazi a dirigé la prière du vendredi 28 mars devant S.M. le Roi. Tout le monde y a vu un signe de la capacité des Marocains à construire ensemble un... Lire la suite...
Image
Manuel Valls pour redresser la barre

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour L’échec du PS dans les élections municipales 2014 a poussé François Hollande, au plus bas dans les sondages, à choisir un nouveau Premier ministre en la personne de Manuel... Lire la suite...
Image
Pourquoi les Marocains consomment moins?

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour La stagnation de la consommation ne date pas d’hier. Elle aurait commencé à baisser dès l’année 2012. seddik mouaffak Le crédit se fait rare, bridant, ainsi, la... Lire la suite...
Image
Royal air Maroc, les ailes de l’Afrique

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour Casablanca est devenue le hub aérien africain par excellence. La RAM relie désormais 30 capitales africaines au reste du monde. Un engagement stratégique qui s’accompagne... Lire la suite...
Image
Regards croisés sur le business et l’éthique

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour L’Université Mundiapolis a invité, le 27 mars 2014, Tariq Ramadan et Azeddine Akesbi, pour animer un débat sur “l’Ethique, business et gouvernance”. Un événement qui... Lire la suite...
Image
Panique dans la ville

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour Les agressions spectaculaires aux épées se multiplient dans les villes marocaines. Un climat de peur s’installe et la police nationale lance des coups de filet pour mettre... Lire la suite...
Image
Qui pour coacher la sélection de football?

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour On attendait Renard; ce sera vraisemblablement Trapattoni. Et si c’était en fait Manuel José? Ou peut-être encore Bielsa? A quelques jours de l’élection du nouveau... Lire la suite...
Image
Le Maroc sommé d'accélérer les réformes

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Retour Si le Maroc a bien suivi les recommandations de l’Union européenne (UE) dans la mise en œuvre des réformes politiques envisagées dans la nouvelle Constitution de 2011, le... Lire la suite...
Image
Le défi d'un demi-million d’emplois en 2020

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1066 - Du 04 au 10 avril 2014 Le Roi Mohammed VI a présidé la cérémonie de lancement du Plan national d’accélération industrielle, qui ambitionne de créer 500.000 emplois et de hisser la contribution de... Lire la suite...

HER Un film de Spike Jonze