• mardi 2 septembre 2014

  • Google+
Map

Les dernières dépêches

En Kiosque Du 25 jui au 04 sep 2014

Une
15 années de règne.
DES réformes et des résistances sa majesté.

 
SEUL AU FRONT
Image
Que faire pour mieux supporter grosse chaleur

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1082 - du 25 juillet au 04 septembre 2014 Retour Il est bien beau, l’été, avec ses promesses de vacances et de farniente. Mais quand la température... Lire la suite...
Image
Naufrage social pour des centaines de marins

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1082 - du 25 juillet au 04 septembre 2014 Retour Le tribunal de commerce de Tanger a déclaré la liquidation judicaire du Groupe Comarit et des biens de... Lire la suite...
Image
Le code de la construction enfin finalisé

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1082 - du 25 juillet au 04 septembre 2014 Retour Après l’effondrement de trois bâtiments dans la ville de Casblanca, faisant 23 morts et de nombreux... Lire la suite...
Image
Le ras-le-bol des postiers

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1082 - du 25 juillet au 04 septembre 2014 Retour C’est la troisième fois que les postiers, déçus par l’attitude intransigeante et incompréhensible... Lire la suite...
Image
Ismail Bellali, “La confiance dans le paiement en ligne est renforcée”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1082 - du 25 juillet au 04 septembre 2014 Retour Selon le Centre Monétique Interbancaire (CMI), le montant des paiements en ligne a augmenté de 25%... Lire la suite...
Image
Le Maroc rêve de fabriquer des avions

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1082 - du 25 juillet au 04 septembre 2014 Retour S’il y a une industrie qui monte au Maroc, c’est bien la filière aéronautique. Tout récemment, deux... Lire la suite...

Edito de Mustapha Sehimi

Relations Maroc-Égypte

Savoir raison garder, mais...

edito
La vie politique nationale –ni en interne ni à l’international– n’est pas un “long fleuve tranquille”, c’est une vérité d’évidence. Et si des pans entiers peuvent être maîtrisés, d’autres ne sont ni prévisibles ni programmables. Ainsi en est-il de la tension diplomatique créée par une journaliste égyptienne dans son émission de la chaîne de télévision “ON TV”. De quoi s’agit-il? Elle a déclaré, le 15 juillet 2014, sans autre forme de procès, que l’«économie du Maroc repose sur la prostitution et que le Royaume est l’un des pays les plus touchés par le virus du Sida»...
 

Chronique de Driss Fahli

Causes profondes

edito
Et trois de plus… des immeubles qui s’effondrent, il y en avait, il y en a et il y en aura. Le scénario est maintenant rodé. Un procureur se déplace sur les lieux du drame, une police qui essaye de démêler l’écheveau de premier niveau du pourquoi en occultant le comment, un procureur général qui se déplace pour déclarer aux media que l’enquête sera menée jusqu’à obtention des explications précises sur les causes -non profondes- de l’effondrement, et que les conclusions seront communiquées au public...

[Lire la suite...]

Vidéo du jour

LES GARDIENS DE LA GALAXIE

Maroc-Espagne, l’état de grâce

Lekjaâ fait le bilan

La planete des singes: L’affrontement Un film de
Matt Reeves
Lundi, 27 Février 2012 17:05   
Alger acculée à se débarrasser du Polisario

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1011 - Du 08 au 14 février 2013

glaoui

CONFLIT. Le Polisario est au cœur du débat sur le terrorisme dans le Sahel. La guerre du Mali a fait resurgir tout le danger d’un groupe armé aux abois que l’Algérie traîne comme un boulet.   

Par Mustapha Sehimi

 

 

C’est une accélération et une cristallisation qui ont été générées par la guerre actuelle au Mali. Les contentieux étaient là, liés qu’ils étaient, pour une bonne partie d’entre eux, à la situation chaotique dans l’espace sahélo-saharien. Mais le conflit ouvert aujourd’hui à Bamako et qui est marqué par l’intervention française et celle des armées africaines des pays de la CEDEAO repose désormais la question sécuritaire en des termes nouveaux. Il exacerbe aussi les enjeux stratégiques en accroissant à l’international les menaces sur la paix et la sécurité du fait, en particulier, de la dimension et de l’articulation des réseaux terroristes locaux. Mais il repose également le dossier du Sahara en des termes nouveaux. Lesquels?
Le premier d’entre eux a trait à la décision prise par Alger de fermer sa frontière méridionale avec le Mali, longue de 1.500 km. Un acte qui ne procède pas du libre arbitre des autorités mais qui a été pratiquement imposé par les pressions internationales, celles de Paris en tête. Pour François Hollande, la lutte contre les terroristes au Mali ne pouvait donner de résultats probants si la frontière algéro-malienne n’était pas fermée et sécurisée. C’est que cette ligne est le lieu de passage des groupes terroristes qui se ravitaillent en vivres, en matériel et en essence pour leurs voitures 4x4 et leurs pick-ups. Sans parler des bases de repli et des sanctuaires qu’ils y trouvent.
Le deuxième élément à relever regarde la nature prise par la guerre au Mali. Ce conflit a pris de l’ampleur. Il s’est même pratiquement autonomisé, devenant de ce fait une équation propre, régie par ses propres règles et sa dynamique particulière.

Zone d’influence
Un schéma qui contrecarre doublement les desseins poursuivis par Alger depuis des lustres. En premier lieu, le régime des généraux faisait du Sahel une zone d’influence ne devant être partagée, ni même endiguée, par aucun autre acteur régional ni international. D’où, soit dit en passant, le refus obstiné opposé à toute solution militaire au profit d’un règlement politique négocié entre les protagonistes. Dans la recherche de cette dernière formule, elle aurait évidemment pesé de tout son poids dans un sens ou dans un autre d’ailleurs...
Or, ce schéma diplomatique, qui permettait de capitaliser bien des dividendes, n’a pas résisté à la nouvelle situation créée au Mali depuis trois semaines: il est même devenu caduc. C’est qu’en effet l’intervention militaire de Paris a contribué à bouleverser les perspectives en exergue jusqu’alors. Cette nouvelle donnée opérationnelle s’est traduite par un coût politique élevé pour le président et les généraux algériens. D’abord, l’autorisation de survol du territoire accordée aux avions militaires français n’est pas qu’une facilité “technique”, mais un acte éminemment politique à forte charge symbolique. Il faut mesurer, comme il se doit, sa portée. N’est-ce pas un feu vert donné à l’ancienne puissance coloniale de revenir avec des contingents militaires pour lutter contre des réseaux terroristes occupant le Nord du Mali, frontalier de l’Algérie? Plus encore: une opération faite dans le cadre de la légalité internationale.
Ensuite, Alger perdait de ce fait la haute main quant au monitoring de la transition politique devant suivre la “pacification” du Mali en vue d’un processus électoral et institutionnel désormais à l’ordre du jour.
Mais il y a plus. Cette guerre au Mali illustre aussi en creux la nouvelle comptabilité devant régir l’appréhension du dossier du Sahara. Sur quelles bases? L’implication de nombreux éléments du Polisario a été établie dans les derniers événements au Mali. Les séparatistes étaient partie prenante dans l’insécurité frappant l’espace sahélo-saharien, et ce au moins à un double titre: par les bases de repli des camps de Tindouf, et par les opportunités de business criminel qui s’y étaient développées (trafics de cigarettes, d’armes, d’immigration clandestine et même d’héroïne). Un “modèle” économique de type mafieux, sauf qu’il se déploie dans un espace saharien. Et l’Algérie dans tout cela? Elle doit désormais pratiquement acter toutes ces nouvelles données. La voilà face à une équation séparatiste qu’elle ne maîtrise plus et qu’elle ne peut même plus espérer réguler a minima. En somme, le Polisario est toujours délocalisé territorialement dans les camps de Tindouf comme c’est le cas depuis près de quatre décennies aujourd’hui. Mais il s’apparente à une entreprise multirégionale en franchise, avec des implantations au Mali, en Mauritanie et ailleurs.

mali2

Le Polisario en franchise
Tout un processus d’autonomisation s’est développé, suivant des modalités diverses. L’Algérie a laissé faire –par calcul, par passivité ou par intérêt? Surtout qu’elle y trouvait son compte, quoi qu’on en dise en dernière instance, sur la base de trois paramètres liés entre eux d’ailleurs: le déploiement continu de sa capacité de nuisance à l’égard du Maroc, un niveau d’insécurité gérable renforçant son statut géostratégique, enfin un business juteux entre les mains des généraux ou de leurs obligés. Or, tel n’est plus le cas en ce début d’année 2013. La fermeture de sa frontière avec le Mali est appelée à durer, faute de quoi de graves accusations seraient encourues à l’initiative de la communauté internationale. Dans ces conditions, l’Algérie va devoir s’atteler à trouver une solution au statut des séparatistes des camps de Tindouf. Les désarmer et en faire des “réfugiés” au sens du HCR et des instruments internationaux pertinents en la matière? La voudra-t-elle? Et, le cas échéant, le pourra-t-elle? Rien n’est moins sûr tant il est vrai que le régime des généraux n’est certainement pas en mesure d’opérer une telle révision déchirante. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le crédo est le statu quo, continuer à “gérer”... Les réinstrumentaliser de nouveau, mais pour faire quoi? Les séparatistes ne sont-ils pas délégitimés de façon rédhibitoire par leurs actes et leur implication dans ce qui se passe dans le Sahel?
Au final, c’est un dossier inédit qui se trouve posé à Alger. Pour la première fois, la question des séparatistes est devenue pratiquement d’ordre intérieur, algéro-algérienne. Elle met à nu bien des ambiguïtés marquées du sceau du double langage et de la duplicité. Elle expose la politique algérienne à des contraintes extérieures nouvelles sur lesquelles elle n’a pas vraiment prise. Et elle repose différemment la politique sécuritaire antiterroriste sérieusement secouée par la dernière prise d’otages d’In Amenas

 
Image
Israël coupable de génocide

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Dès le début des attaques israéliennes contre Gaza, les Marocains ont manifesté leur solidarité avec le peuple palestinien. Les manifestations se suivent et ne se... Lire la suite...
Image
À QUI LA FAUTE?

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour La catastrophe de Bourgogne dévoile l’urbanisation sauvage, le laisser-aller et la corruption. Quand culpabilité rime avec impunité.   Par abdellatif mansour Le... Lire la suite...
Image
Le Maroc terrorisé

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 C’est officiel, le Maroc est dans le point de mire de l’État islamique, proclamé dimanche 29 juin 2014, et qui menace de perpétrer des attentats dans le pays. Le niveau de... Lire la suite...
Image
Le Maroc en état de guerre

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour     Les jihadistes marocains d’Irak et de Syrie arrivent. Ils promettent la terreur et le meurtre. Les services de sécurité sont sur les dents.   par... Lire la suite...
Image
2015, l'année de tous les dangers

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour L’année 2015 s’annonce sans doute charnière pour le règlement du conflit du Sahara. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération vient de dévoiler... Lire la suite...
Image
Boudrika rend ses comptes

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Malgré une fin d’exercice mitigée, avec seulement la deuxième place du championnat national, le bilan du président du Raja de Casablanca, Mohamed Boudrika, a été... Lire la suite...
Image
Le temps d'une pause

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Le compromis proposé par les négociateurs européens concernant le fonctionnement du nouveau système de dédouanement des fruits et légumes accédant au marché... Lire la suite...
Image
2.500 entreprises dans le rouge

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Les défaillances d’entreprises ont significativement augmenté cette année, confirmant ainsi, une tendance qui se poursuit depuis cinq ans et qui risque de se... Lire la suite...
Image
Un plan de contrôle rigoureux pour l’été

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Un plan de contrôle routier pour la saison estivale vient d’être lancé par le Comité national de prévention des accidents de la circulation, avec un budget de 25... Lire la suite...
Image
Un banquier à la tête des annonceurs du Maroc

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Après en avoir été vice-président, Mounir Jazouli a été élu président du Groupement des annonceurs du Maroc. L’homme est réputé pour ses qualités... Lire la suite...
Image
Jalil Berrada, “Les dentistes illégaux sont au nombre de 40.000 environ”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014 Retour Une loi d’exercice de la médecine dentaire est en cours d’élaboration. Retour sur les problèmes qui gangrènent la pratique de cette médecine avec le Dr Jalil... Lire la suite...
Image
Hécatombe à Bourgogne

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1081 - du 18 au 24 juillet 2014   Par Marouane KABBAJ Quartier Bourgogne, Casablanca, 2h30 du matin, vendredi 11 juillet 2014. A cette heure, la plupart des habitants étaient chez eux, encore réveillés.... Lire la suite...

HER Un film de Spike Jonze