• lundi 2 mars 2015

  • Google+
Map

Les dernières dépêches

En Kiosque Du 27 fév au 05 mars 2015

Une
Les prisons marocaines, un vivier
pour la radicalisation islamiste.

LES CELLULES
DU JIHAD
Image
Un Marocain à la tête de l’armée israélienne

Profil. Nommé en novembre 2014 chef d’état-major de l’armée israélienne, le général Gadi Eizenkot est entrée en fonction le 16 février 2015. De ce militaire d’origine... Lire la suite...
Image
Benkirane met en jeu sa popularité

PRIX. La suppression de la subvention du gaz butane, du blé et du sucre est à l’ordre du jour. Le pétrole bon marché n’étant pas durablement acquis, la flambée des prix est... Lire la suite...
Image
Guerre par procuration en Libye

CRISE. L’Organisation des nations unies appuie une médiation marocaine dans le conflit libyen, tandis que le voisin de l’Est s’y refuse obstinément.   Ce jeudi 26 février 2015,... Lire la suite...
Image
Peut-on croire à la bonne foi de nos responsables?

Moralisation. Le Secrétariat général du gouvernement a fixé au 28 février 2015 l’ultime délai pour satisfaire aux prescriptions de la lui sur la déclaration de patrimoine. Les... Lire la suite...
Image
La nouvelle approche de Seddiki

Chômage. Le ministre de l’emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a présenté, mardi 24 février 2015 à Rabat, son approche de la question de l’emploi au Maroc. Une... Lire la suite...

CHRONIQUE de Seddik Mouaffak

QUAND L’UNIVERSITÉ RECONNAÎT LES SIENS

Ballotée entre des réformes éducatives qui se suivent mais ne se ressemblent pas, et empêtrée dans une gestion au jour le jour d’une surpopulation estudiantine en manque de repères, rares sont les occasions où l’Université rend hommage à certains de ses éminents professeurs qui ont tant marqué leur époque. Une fois n’est pas coutume

Chronique de Amale Samie

On a pas été présentés

louay kerdouss
Si tu crois que les soubresauts qui agitent le monde arabe sont uniquement téléguidés par les USA et les Israéliens, tu te plantes. Y a des gens avec eux, et c’est pas du monde propre, vu que c’est des pays arabes qui grenouillent plus ou moins discrétement pour participer à la mainmise des Américains sur le pétrole et la construction d’un monde qui leur conviendrait pour l’éternité… avec la participation des musulmans en fer blanc qui se planquent sous des acronymes mystérieux....

Vidéo du jour

14 signatures pour défendre le droit à la lecture

El Ghazi, nouveau rallié de la sélection de Zaki

Parmi la flopée de talents ayant montré les dents
cette saison 2014/2015 en championnat des
Pays-Bas de football...
Lundi, 27 Février 2012 17:05   
Alger acculée à se débarrasser du Polisario

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1011 - Du 08 au 14 février 2013

glaoui

CONFLIT. Le Polisario est au cœur du débat sur le terrorisme dans le Sahel. La guerre du Mali a fait resurgir tout le danger d’un groupe armé aux abois que l’Algérie traîne comme un boulet.   

Par Mustapha Sehimi

 

 

C’est une accélération et une cristallisation qui ont été générées par la guerre actuelle au Mali. Les contentieux étaient là, liés qu’ils étaient, pour une bonne partie d’entre eux, à la situation chaotique dans l’espace sahélo-saharien. Mais le conflit ouvert aujourd’hui à Bamako et qui est marqué par l’intervention française et celle des armées africaines des pays de la CEDEAO repose désormais la question sécuritaire en des termes nouveaux. Il exacerbe aussi les enjeux stratégiques en accroissant à l’international les menaces sur la paix et la sécurité du fait, en particulier, de la dimension et de l’articulation des réseaux terroristes locaux. Mais il repose également le dossier du Sahara en des termes nouveaux. Lesquels?
Le premier d’entre eux a trait à la décision prise par Alger de fermer sa frontière méridionale avec le Mali, longue de 1.500 km. Un acte qui ne procède pas du libre arbitre des autorités mais qui a été pratiquement imposé par les pressions internationales, celles de Paris en tête. Pour François Hollande, la lutte contre les terroristes au Mali ne pouvait donner de résultats probants si la frontière algéro-malienne n’était pas fermée et sécurisée. C’est que cette ligne est le lieu de passage des groupes terroristes qui se ravitaillent en vivres, en matériel et en essence pour leurs voitures 4x4 et leurs pick-ups. Sans parler des bases de repli et des sanctuaires qu’ils y trouvent.
Le deuxième élément à relever regarde la nature prise par la guerre au Mali. Ce conflit a pris de l’ampleur. Il s’est même pratiquement autonomisé, devenant de ce fait une équation propre, régie par ses propres règles et sa dynamique particulière.

Zone d’influence
Un schéma qui contrecarre doublement les desseins poursuivis par Alger depuis des lustres. En premier lieu, le régime des généraux faisait du Sahel une zone d’influence ne devant être partagée, ni même endiguée, par aucun autre acteur régional ni international. D’où, soit dit en passant, le refus obstiné opposé à toute solution militaire au profit d’un règlement politique négocié entre les protagonistes. Dans la recherche de cette dernière formule, elle aurait évidemment pesé de tout son poids dans un sens ou dans un autre d’ailleurs...
Or, ce schéma diplomatique, qui permettait de capitaliser bien des dividendes, n’a pas résisté à la nouvelle situation créée au Mali depuis trois semaines: il est même devenu caduc. C’est qu’en effet l’intervention militaire de Paris a contribué à bouleverser les perspectives en exergue jusqu’alors. Cette nouvelle donnée opérationnelle s’est traduite par un coût politique élevé pour le président et les généraux algériens. D’abord, l’autorisation de survol du territoire accordée aux avions militaires français n’est pas qu’une facilité “technique”, mais un acte éminemment politique à forte charge symbolique. Il faut mesurer, comme il se doit, sa portée. N’est-ce pas un feu vert donné à l’ancienne puissance coloniale de revenir avec des contingents militaires pour lutter contre des réseaux terroristes occupant le Nord du Mali, frontalier de l’Algérie? Plus encore: une opération faite dans le cadre de la légalité internationale.
Ensuite, Alger perdait de ce fait la haute main quant au monitoring de la transition politique devant suivre la “pacification” du Mali en vue d’un processus électoral et institutionnel désormais à l’ordre du jour.
Mais il y a plus. Cette guerre au Mali illustre aussi en creux la nouvelle comptabilité devant régir l’appréhension du dossier du Sahara. Sur quelles bases? L’implication de nombreux éléments du Polisario a été établie dans les derniers événements au Mali. Les séparatistes étaient partie prenante dans l’insécurité frappant l’espace sahélo-saharien, et ce au moins à un double titre: par les bases de repli des camps de Tindouf, et par les opportunités de business criminel qui s’y étaient développées (trafics de cigarettes, d’armes, d’immigration clandestine et même d’héroïne). Un “modèle” économique de type mafieux, sauf qu’il se déploie dans un espace saharien. Et l’Algérie dans tout cela? Elle doit désormais pratiquement acter toutes ces nouvelles données. La voilà face à une équation séparatiste qu’elle ne maîtrise plus et qu’elle ne peut même plus espérer réguler a minima. En somme, le Polisario est toujours délocalisé territorialement dans les camps de Tindouf comme c’est le cas depuis près de quatre décennies aujourd’hui. Mais il s’apparente à une entreprise multirégionale en franchise, avec des implantations au Mali, en Mauritanie et ailleurs.

mali2

Le Polisario en franchise
Tout un processus d’autonomisation s’est développé, suivant des modalités diverses. L’Algérie a laissé faire –par calcul, par passivité ou par intérêt? Surtout qu’elle y trouvait son compte, quoi qu’on en dise en dernière instance, sur la base de trois paramètres liés entre eux d’ailleurs: le déploiement continu de sa capacité de nuisance à l’égard du Maroc, un niveau d’insécurité gérable renforçant son statut géostratégique, enfin un business juteux entre les mains des généraux ou de leurs obligés. Or, tel n’est plus le cas en ce début d’année 2013. La fermeture de sa frontière avec le Mali est appelée à durer, faute de quoi de graves accusations seraient encourues à l’initiative de la communauté internationale. Dans ces conditions, l’Algérie va devoir s’atteler à trouver une solution au statut des séparatistes des camps de Tindouf. Les désarmer et en faire des “réfugiés” au sens du HCR et des instruments internationaux pertinents en la matière? La voudra-t-elle? Et, le cas échéant, le pourra-t-elle? Rien n’est moins sûr tant il est vrai que le régime des généraux n’est certainement pas en mesure d’opérer une telle révision déchirante. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le crédo est le statu quo, continuer à “gérer”... Les réinstrumentaliser de nouveau, mais pour faire quoi? Les séparatistes ne sont-ils pas délégitimés de façon rédhibitoire par leurs actes et leur implication dans ce qui se passe dans le Sahel?
Au final, c’est un dossier inédit qui se trouve posé à Alger. Pour la première fois, la question des séparatistes est devenue pratiquement d’ordre intérieur, algéro-algérienne. Elle met à nu bien des ambiguïtés marquées du sceau du double langage et de la duplicité. Elle expose la politique algérienne à des contraintes extérieures nouvelles sur lesquelles elle n’a pas vraiment prise. Et elle repose différemment la politique sécuritaire antiterroriste sérieusement secouée par la dernière prise d’otages d’In Amenas

 
Image
El Khalfi défend le bilan du Maroc en 2014

Classement. L’année 2014 a été riche en nouveautés concernant la liberté de la presse. Les chantiers relatifs au cadre législatif régissant la profession ont enregistré de grandes avancées. Résultat: le classement du Maroc... Lire la suite...
Image
L’aéronautique, une industrie florissante au Maroc

  Success-story. Une montée en gamme impressionnante. Le secteur de l’aéronautique a pris son envol et achalande de gros bonnets mondiaux de l’industrie. Un succès qui doit être inscrit dans la durée.   On décèle de la fierté dans le... Lire la suite...
Image
La confusion identitaire de la jeunesse arabe

RENCONTRE. La conférence-débat animée à l’université Mundiapolis par Tariq Ramadan et Alain Gresh a été axée sur la situation des jeunesses arabe et occidentale, plongées dans une crise identitaire majeure due à plusieurs facteurs, dont... Lire la suite...
Image
Un horizon sombre pour l’immobilier

Le secteur de l’immobilier est plus que jamais installé dans une crise systémique. Une crise qui touche aussi bien les grands groupes immobiliers cotés en bourse que la multitude de ces petites et moyennes entreprises, dont une grande frange ne... Lire la suite...
Image
Le circuit parallèle de l’intégration

Immigration. Effet de la crise économique ou choix politique du pays d’accueil, on refoule de moins en moins de Marocains irréguliers d’Italie. Expulser un immigré marocain irrégulier ou clandestin est devenue une équation économique pour... Lire la suite...
Image
Une affaire qui ébranle le groupe Chaabi

SANCTION. Le 25 février 2015 devait avoir lieu, au siège de la bourse de Casablanca, la mise aux enchères des actions d’Ynna Holding dans la société SNEP. Par décision de la cour d’appel de commerce de Casablanca, le 15 janvier dernier.... Lire la suite...
Image
Les services créent des emplois et l’industrie en perd

Rapport. Le secteur industriel perd des emplois. L’économie marocaine en crée de moins en moins et le taux de chômage grimpe à son plus haut niveau depuis au moins une dizaine d’années. Il paraît que le gouvernement Benkirane a battu deux... Lire la suite...
Image
Honneur aux produits du terroir

Promotion. Pour la 3ème année successive, la participation marocaine, organisée par l’Agence pour le développement agricole (ADA) se veut une consécration pour l’agriculture marocaine et sa qualité dans la région. Le Maroc est, encore une... Lire la suite...
Image
Quel avenir pour le Polisario?

  CRISE. Sur fond de rumeurs de santé déclinante de Mohamed Abdelaziz, plusieurs noms sont cités par la presse étrangère, algérienne et mauritanienne notamment, comme possibles successeurs du secrétaire général du Front Polisario. Comme... Lire la suite...
Image
Pour un islam éclairé et apaisé

Contrôle. Le Premier ministre français a appelé à prendre un certain nombre de mesures pour empêcher le financement par les étrangers de mosquées en France. Il a en outre annoncé une série de consultations sur l’avenir de l’organisation... Lire la suite...
Image
Le cycle infernal

RACISME. Face à l’islamophobie aiguë, parfois accompagnée de meurtres, en Europe et aux États Unis, silence assourdissant des médias. Où sont passés tous ceux qui “étaient Charlie”. Les actes provocateurs et les réactions meurtrières... Lire la suite...
Image
Le front du refus de l’opposition

Communales. Les quatre partis de l’opposition (PI, USFP, UC et PAM) ont décidé de boycotter la Commission centrale des élections. Ils récusent le fait que cet organe ad hoc soit présidé par deux ministres. Ils y voient un “diktat” du... Lire la suite...

HER Un film de Spike Jonze