• mardi 16 septembre 2014

  • Google+
Map

Les dernières dépêches

En Kiosque Du 12 au 18 septembre 2014

Une
Prévue le 22 septembre,
la quatrième audience
du procès de l’ancien
patron de Wana
promet des révélations
fracassantes sur
les véritables raisons
de son inculpation

 
Qui veut la peau de
Karim Zaz ?
Image
Préserver le patrimoine culturel amazigh et hassani

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1084 - du 12 au 18 septembre 2014 Retour Du 5 au 7 septembre 2014, la ville de Fès a abrité la 10ème édition du festival de la culture amazighe. Les... Lire la suite...
Image
Simon Gray, “Il n’y a aucune velléité de mettre l’économie marocaine sous tutelle”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1084 - du 12 au 18 septembre 2014 Retour Simon Gray, directeur des opérations pour la région du Maghreb à la Banque mondiale   Par Wissam El... Lire la suite...
Image
Les assurances du Maroc

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1084 - du 12 au 18 septembre 2014 Retour Le Maroc fait de la prévention de la torture une priorité. Il s’engage dans la lutte contre cette pratique en... Lire la suite...
Image
L'heure du premier bilan pour Badou Zaki

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1084 - du 12 au 18 septembre 2014 Retour Après cinq matches à la tête de la sélection nationale de football, Badou Zaki semble déjà avoir en tête... Lire la suite...
Image
Jallal Toufiq, “Nous n'avons pas de registre du suicide au Maroc”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1084 - du 12 au 18 septembre 2014 Retour Au Maroc, le nombre de suicides atteint plus de 1.600 cas chaque année, chez les hommes beaucoup plus que chez... Lire la suite...
Image
Un tragique fait divers

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1084 - du 12 au 18 septembre 2014 Retour Vendredi 29 août, aux alentours de 19 heures, une bagarre éclate entre un Camerounais et un Marocain du quartier... Lire la suite...

Edito de Mustapha Sehimi

Bras de fer entre Benkirane et Hassad

edito
Peut-on en même temps souffler le chaud et le froid? Difficile, non? Pourtant, c’est dans cet exercice d’équilibrisme que s’installe de nouveau le Chef du gouvernement. Faisant suite à un meeting qu’il a présidé, le 24 août 2014, où il avait repris sa rhétorique habituelle, un communiqué en date du 4 septembre du secrétariat national de son parti a pris également position. En substance, ce texte dénonce certains agents d’autorité qui font montre de «domination» et même de «corruption» et ce en se distinguant par des pressions et des menées contre le PJD...
 

Chronique de Driss Fahli

Nid de frelons

edito
Notre ministre des affaires étrangère s’est rendu en Égypte pour assister à la messe-basse de coalition des ministres arabes des affaires étrangères avec les Américains et les Anglais pour casser la barbarie Daiche (EIIL). En langage bienséant, il s’agit d’une préparation matérielle et morale pour affronter militairement et politiquement les jihadistes de l’État islamique (EI) qui sévissent en Irak et en Syrie...

[Lire la suite...]

Vidéo du jour

“Un événement d’exception, pour un pays d’exception”

Un événement d’exception, pour un pays d’exception

Le mauvais retour de bâton

Le mauvais retour de bâton
Lundi, 27 Février 2012 17:05   
Alger acculée à se débarrasser du Polisario

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1011 - Du 08 au 14 février 2013

glaoui

CONFLIT. Le Polisario est au cœur du débat sur le terrorisme dans le Sahel. La guerre du Mali a fait resurgir tout le danger d’un groupe armé aux abois que l’Algérie traîne comme un boulet.   

Par Mustapha Sehimi

 

 

C’est une accélération et une cristallisation qui ont été générées par la guerre actuelle au Mali. Les contentieux étaient là, liés qu’ils étaient, pour une bonne partie d’entre eux, à la situation chaotique dans l’espace sahélo-saharien. Mais le conflit ouvert aujourd’hui à Bamako et qui est marqué par l’intervention française et celle des armées africaines des pays de la CEDEAO repose désormais la question sécuritaire en des termes nouveaux. Il exacerbe aussi les enjeux stratégiques en accroissant à l’international les menaces sur la paix et la sécurité du fait, en particulier, de la dimension et de l’articulation des réseaux terroristes locaux. Mais il repose également le dossier du Sahara en des termes nouveaux. Lesquels?
Le premier d’entre eux a trait à la décision prise par Alger de fermer sa frontière méridionale avec le Mali, longue de 1.500 km. Un acte qui ne procède pas du libre arbitre des autorités mais qui a été pratiquement imposé par les pressions internationales, celles de Paris en tête. Pour François Hollande, la lutte contre les terroristes au Mali ne pouvait donner de résultats probants si la frontière algéro-malienne n’était pas fermée et sécurisée. C’est que cette ligne est le lieu de passage des groupes terroristes qui se ravitaillent en vivres, en matériel et en essence pour leurs voitures 4x4 et leurs pick-ups. Sans parler des bases de repli et des sanctuaires qu’ils y trouvent.
Le deuxième élément à relever regarde la nature prise par la guerre au Mali. Ce conflit a pris de l’ampleur. Il s’est même pratiquement autonomisé, devenant de ce fait une équation propre, régie par ses propres règles et sa dynamique particulière.

Zone d’influence
Un schéma qui contrecarre doublement les desseins poursuivis par Alger depuis des lustres. En premier lieu, le régime des généraux faisait du Sahel une zone d’influence ne devant être partagée, ni même endiguée, par aucun autre acteur régional ni international. D’où, soit dit en passant, le refus obstiné opposé à toute solution militaire au profit d’un règlement politique négocié entre les protagonistes. Dans la recherche de cette dernière formule, elle aurait évidemment pesé de tout son poids dans un sens ou dans un autre d’ailleurs...
Or, ce schéma diplomatique, qui permettait de capitaliser bien des dividendes, n’a pas résisté à la nouvelle situation créée au Mali depuis trois semaines: il est même devenu caduc. C’est qu’en effet l’intervention militaire de Paris a contribué à bouleverser les perspectives en exergue jusqu’alors. Cette nouvelle donnée opérationnelle s’est traduite par un coût politique élevé pour le président et les généraux algériens. D’abord, l’autorisation de survol du territoire accordée aux avions militaires français n’est pas qu’une facilité “technique”, mais un acte éminemment politique à forte charge symbolique. Il faut mesurer, comme il se doit, sa portée. N’est-ce pas un feu vert donné à l’ancienne puissance coloniale de revenir avec des contingents militaires pour lutter contre des réseaux terroristes occupant le Nord du Mali, frontalier de l’Algérie? Plus encore: une opération faite dans le cadre de la légalité internationale.
Ensuite, Alger perdait de ce fait la haute main quant au monitoring de la transition politique devant suivre la “pacification” du Mali en vue d’un processus électoral et institutionnel désormais à l’ordre du jour.
Mais il y a plus. Cette guerre au Mali illustre aussi en creux la nouvelle comptabilité devant régir l’appréhension du dossier du Sahara. Sur quelles bases? L’implication de nombreux éléments du Polisario a été établie dans les derniers événements au Mali. Les séparatistes étaient partie prenante dans l’insécurité frappant l’espace sahélo-saharien, et ce au moins à un double titre: par les bases de repli des camps de Tindouf, et par les opportunités de business criminel qui s’y étaient développées (trafics de cigarettes, d’armes, d’immigration clandestine et même d’héroïne). Un “modèle” économique de type mafieux, sauf qu’il se déploie dans un espace saharien. Et l’Algérie dans tout cela? Elle doit désormais pratiquement acter toutes ces nouvelles données. La voilà face à une équation séparatiste qu’elle ne maîtrise plus et qu’elle ne peut même plus espérer réguler a minima. En somme, le Polisario est toujours délocalisé territorialement dans les camps de Tindouf comme c’est le cas depuis près de quatre décennies aujourd’hui. Mais il s’apparente à une entreprise multirégionale en franchise, avec des implantations au Mali, en Mauritanie et ailleurs.

mali2

Le Polisario en franchise
Tout un processus d’autonomisation s’est développé, suivant des modalités diverses. L’Algérie a laissé faire –par calcul, par passivité ou par intérêt? Surtout qu’elle y trouvait son compte, quoi qu’on en dise en dernière instance, sur la base de trois paramètres liés entre eux d’ailleurs: le déploiement continu de sa capacité de nuisance à l’égard du Maroc, un niveau d’insécurité gérable renforçant son statut géostratégique, enfin un business juteux entre les mains des généraux ou de leurs obligés. Or, tel n’est plus le cas en ce début d’année 2013. La fermeture de sa frontière avec le Mali est appelée à durer, faute de quoi de graves accusations seraient encourues à l’initiative de la communauté internationale. Dans ces conditions, l’Algérie va devoir s’atteler à trouver une solution au statut des séparatistes des camps de Tindouf. Les désarmer et en faire des “réfugiés” au sens du HCR et des instruments internationaux pertinents en la matière? La voudra-t-elle? Et, le cas échéant, le pourra-t-elle? Rien n’est moins sûr tant il est vrai que le régime des généraux n’est certainement pas en mesure d’opérer une telle révision déchirante. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le crédo est le statu quo, continuer à “gérer”... Les réinstrumentaliser de nouveau, mais pour faire quoi? Les séparatistes ne sont-ils pas délégitimés de façon rédhibitoire par leurs actes et leur implication dans ce qui se passe dans le Sahel?
Au final, c’est un dossier inédit qui se trouve posé à Alger. Pour la première fois, la question des séparatistes est devenue pratiquement d’ordre intérieur, algéro-algérienne. Elle met à nu bien des ambiguïtés marquées du sceau du double langage et de la duplicité. Elle expose la politique algérienne à des contraintes extérieures nouvelles sur lesquelles elle n’a pas vraiment prise. Et elle repose différemment la politique sécuritaire antiterroriste sérieusement secouée par la dernière prise d’otages d’In Amenas

 
Image
Un cadeau du Ciel pour les exportateurs marocains

Interdire l’introduction sur le marché russe des produits alimentaires européens et américains durant une année ouvre-t-il vraiment la voie aux exportations marocaines? Ce qui apparaît comme une aubaine fait déjà l’objet d’une... Lire la suite...
Image
LES MAROCAINS À BOUT DE PATIENCE

  Pour une rentrée, cela démarre plutôt mal. A preuve, le cafouillage encore persistant à propos d’une session parlementaire extraordinaire en ce mois de septembre. Elle serait prévue dans les deux semaines qui viennent avec trois... Lire la suite...
Image
Aux frontières de l'absurde

Notre envoyé spécial Wissam El Bouzdaini A Oujda, dans la région de l’Oriental, il ne faut surtout pas demander la direction de Zouj Beghal. Au risque de passer pour le dernier des hurluberlus. «Qu’est-ce que vous voulez faire à Zouj... Lire la suite...
Image
Combien sommes-nous, et après?

  Voici venu le temps de nous compter. Le recensement général de la population dite légale est un moment important dans la vie d’une nation. Ainsi formulé, cela ressemble à une lapalissade, un lieu commun, une généralité désolante de... Lire la suite...
Image
L'armée fait le vide autour de Bouteflika

  Le clan présidentiel et l’armée ont sauvé les meubles, pourrait-on dire, avec le quatrième mandat présidentiel du président Abdelaziz Bouteflika, le 17 avril 2014. Gravement handicapé depuis son hospitalisation à Paris, de la fin... Lire la suite...
Image
Mohamed Kacimi, l'Africain 

par kenza alaoui Mohamed Kacimi, grand artiste et humaniste devant l’Eternel, sera à l’honneur à l’hôtel de ventes de la Compagnie Marocaine des Œuvres et Objets d’Art (CMOOA) du 16 septembre au 4 octobre. Il s’agit, bien entendu, de... Lire la suite...
Image
Méfiance et préjugés dans le Nord

  Les affrontements entre Marocains et Subsahariens dans la ville de Tanger n’en finissent plus d’alimenter la chronique judiciaire dans la presse nationale. Mais un nouveau pas a été franchi dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 août... Lire la suite...
Image
Examen de passage pour l'école

  On a l’habitude de dire que les rentrées de classe se suivent et se ressemblent. Quant à la crise du système de l’enseignement, elle persiste, perdure et s’aggrave. C’est avec un œil triste et fataliste que l’on regarde les... Lire la suite...
Image
Et “il Capitano” devint “der Kapitän”

  Par Wissam El Bouzdaini C’était écrit. Un jour ou l’autre, Mehdi Benatia devait atterrir dans un des meilleurs clubs d’Europe. Et puis basta. Ce jour est enfin arrivé. Mardi 26 août 2014, le capitaine de l’équipe du Maroc de... Lire la suite...
Image
Mohamed El Haini, “Le ministre de la Justice a fait de ma mutation une affaire personnelle”

    Maroc Hebdo: Vous venez de renoncer à la démission de votre poste de magistrat. Pourquoi d’abord avez-vous pensé à démissionner? Cela a-t-il rapport avec la sanction du Conseil supérieur de la magistrature dont vous avez fait... Lire la suite...
Image
Poche de sang, du donneur au receveur

  par kenza alaoui   “Chaque don de sang peut sauver 3 vies”, “une goutte de votre sang équivaut à la vie” “Donner son sang, c’est offrir la vie”… autant de slogans conçus pour inciter les citoyens à donner de leur... Lire la suite...
Image
abdellah ferdaous, “La direction du parti doit faire prévaloir le sens de la raison”

  Le tribunal de 1ère instance de Casablanca a invalidé la décision du Bureau politique de l’Union constitutionnelle portant sur le gel de vos activités au sein du parti. Qu’est-ce que cela signifie pour vous? Abdellah Ferdaous: Cela... Lire la suite...

HER Un film de Spike Jonze