• vendredi 30 janvier 2015

  • Google+

Les dernières dépêches

En Kiosque Du 30 jan au 05 fév 2015

Une
Les musulmans de France
et d’Europe ont peur

Cet islam qui gêne
Image
Un professionnel du tourisme hors du commun

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1103 - Du 30 janvier au 05 février 2015 profil. Le patron de la chaîne Sofitel au Maroc, filiale hôtelière haut de gamme du groupe Accor, a été,... Lire la suite...
Image
Le tourisme marocain a de beaux jours devant lui

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1103 - Du 30 janvier au 05 février 2015 Retour VISION. Malgré la crise, le tourisme n’a rien perdu de son poids stratégique dans l’économie... Lire la suite...
Image
Une vitrine pour 500.000 produits marocains

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour commerce. Une première au Maroc. Près d’un demi-million de produits fabriqués au Maroc par de grandes... Lire la suite...
Image
Des avantages au profit de l’auto-entreprenariat et de l’emploi

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1103 - Du 30 janvier au 05 février 2015 Retour   investissement. L’Etat veut encourager l’auto-entreprenariat et la création d’emploi. Mais... Lire la suite...
Image
Valoriser le patrimoine halieutique national

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1103 - Du 30 janvier au 05 février 2015 Retour STRATÉGIE. Après deux éditions qui ont connu un franc succès, le salon Halieutis prépare sa... Lire la suite...
Image
Ce qui va changer avec le Roi Salmane

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1103 - Du 30 janvier au 05 février 2015 Retour   L’Arabie Saoudite est un allié privilégié du Maroc. Le nouveau monarque, Salmane, va-t-il... Lire la suite...

ÉCLAIRAGE de Mustapha Sehimi

Gouvernance... par intérim

edito
L’adage est connu: on ne peut souffler en même temps le chaud et le froid. Le gouvernement se flatte de faire plus et mieux que tous ceux qui l’ont précédé, Abderrahmane Youssoufi, Driss Jettou et Abbas El Fassi. Abdelilah Benkirane invoque à cet égard les réformes engagées et les mesures prises, mais aussi la volonté divine, comme il l’a fait au dernier Conseil de gouvernement, jeudi 23 janvier 2015. Il paraît comme sur un nuage ces temps-ci... Pourquoi pas !?
Mais il y a la pratique et les faits têtus, qui ne confortent pas un tel état d’esprit...
 

Edito de Abdellatif Mansour

Mieux vaut en rire

edito
Au commencement était un projet d’émission de télévision sur le thème “ironie artistique, ironie journalistique”. Avec des invités qui ont le profil du sujet, le caricaturiste Khalid Gueddar, la journaliste de RMC Sanaa El Aji et l’humoriste Ahmed Snoussi, dit Bziz.
Autrement dit, une belle partition de rigolade qui, contre toute attente, va se prendre au sérieux...

Vidéo du jour

Un souffle de spiritualité gnaouie parcourt l’Institut du monde arabe

La ville ocre fait son cinéma

Chamakh, l’âge de raison

H’Maidat, nouvel
objectif de la sélection
Lundi, 27 Février 2012 17:05   
Alger acculée à se débarrasser du Polisario

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1011 - Du 08 au 14 février 2013

glaoui

CONFLIT. Le Polisario est au cœur du débat sur le terrorisme dans le Sahel. La guerre du Mali a fait resurgir tout le danger d’un groupe armé aux abois que l’Algérie traîne comme un boulet.   

Par Mustapha Sehimi

 

 

C’est une accélération et une cristallisation qui ont été générées par la guerre actuelle au Mali. Les contentieux étaient là, liés qu’ils étaient, pour une bonne partie d’entre eux, à la situation chaotique dans l’espace sahélo-saharien. Mais le conflit ouvert aujourd’hui à Bamako et qui est marqué par l’intervention française et celle des armées africaines des pays de la CEDEAO repose désormais la question sécuritaire en des termes nouveaux. Il exacerbe aussi les enjeux stratégiques en accroissant à l’international les menaces sur la paix et la sécurité du fait, en particulier, de la dimension et de l’articulation des réseaux terroristes locaux. Mais il repose également le dossier du Sahara en des termes nouveaux. Lesquels?
Le premier d’entre eux a trait à la décision prise par Alger de fermer sa frontière méridionale avec le Mali, longue de 1.500 km. Un acte qui ne procède pas du libre arbitre des autorités mais qui a été pratiquement imposé par les pressions internationales, celles de Paris en tête. Pour François Hollande, la lutte contre les terroristes au Mali ne pouvait donner de résultats probants si la frontière algéro-malienne n’était pas fermée et sécurisée. C’est que cette ligne est le lieu de passage des groupes terroristes qui se ravitaillent en vivres, en matériel et en essence pour leurs voitures 4x4 et leurs pick-ups. Sans parler des bases de repli et des sanctuaires qu’ils y trouvent.
Le deuxième élément à relever regarde la nature prise par la guerre au Mali. Ce conflit a pris de l’ampleur. Il s’est même pratiquement autonomisé, devenant de ce fait une équation propre, régie par ses propres règles et sa dynamique particulière.

Zone d’influence
Un schéma qui contrecarre doublement les desseins poursuivis par Alger depuis des lustres. En premier lieu, le régime des généraux faisait du Sahel une zone d’influence ne devant être partagée, ni même endiguée, par aucun autre acteur régional ni international. D’où, soit dit en passant, le refus obstiné opposé à toute solution militaire au profit d’un règlement politique négocié entre les protagonistes. Dans la recherche de cette dernière formule, elle aurait évidemment pesé de tout son poids dans un sens ou dans un autre d’ailleurs...
Or, ce schéma diplomatique, qui permettait de capitaliser bien des dividendes, n’a pas résisté à la nouvelle situation créée au Mali depuis trois semaines: il est même devenu caduc. C’est qu’en effet l’intervention militaire de Paris a contribué à bouleverser les perspectives en exergue jusqu’alors. Cette nouvelle donnée opérationnelle s’est traduite par un coût politique élevé pour le président et les généraux algériens. D’abord, l’autorisation de survol du territoire accordée aux avions militaires français n’est pas qu’une facilité “technique”, mais un acte éminemment politique à forte charge symbolique. Il faut mesurer, comme il se doit, sa portée. N’est-ce pas un feu vert donné à l’ancienne puissance coloniale de revenir avec des contingents militaires pour lutter contre des réseaux terroristes occupant le Nord du Mali, frontalier de l’Algérie? Plus encore: une opération faite dans le cadre de la légalité internationale.
Ensuite, Alger perdait de ce fait la haute main quant au monitoring de la transition politique devant suivre la “pacification” du Mali en vue d’un processus électoral et institutionnel désormais à l’ordre du jour.
Mais il y a plus. Cette guerre au Mali illustre aussi en creux la nouvelle comptabilité devant régir l’appréhension du dossier du Sahara. Sur quelles bases? L’implication de nombreux éléments du Polisario a été établie dans les derniers événements au Mali. Les séparatistes étaient partie prenante dans l’insécurité frappant l’espace sahélo-saharien, et ce au moins à un double titre: par les bases de repli des camps de Tindouf, et par les opportunités de business criminel qui s’y étaient développées (trafics de cigarettes, d’armes, d’immigration clandestine et même d’héroïne). Un “modèle” économique de type mafieux, sauf qu’il se déploie dans un espace saharien. Et l’Algérie dans tout cela? Elle doit désormais pratiquement acter toutes ces nouvelles données. La voilà face à une équation séparatiste qu’elle ne maîtrise plus et qu’elle ne peut même plus espérer réguler a minima. En somme, le Polisario est toujours délocalisé territorialement dans les camps de Tindouf comme c’est le cas depuis près de quatre décennies aujourd’hui. Mais il s’apparente à une entreprise multirégionale en franchise, avec des implantations au Mali, en Mauritanie et ailleurs.

mali2

Le Polisario en franchise
Tout un processus d’autonomisation s’est développé, suivant des modalités diverses. L’Algérie a laissé faire –par calcul, par passivité ou par intérêt? Surtout qu’elle y trouvait son compte, quoi qu’on en dise en dernière instance, sur la base de trois paramètres liés entre eux d’ailleurs: le déploiement continu de sa capacité de nuisance à l’égard du Maroc, un niveau d’insécurité gérable renforçant son statut géostratégique, enfin un business juteux entre les mains des généraux ou de leurs obligés. Or, tel n’est plus le cas en ce début d’année 2013. La fermeture de sa frontière avec le Mali est appelée à durer, faute de quoi de graves accusations seraient encourues à l’initiative de la communauté internationale. Dans ces conditions, l’Algérie va devoir s’atteler à trouver une solution au statut des séparatistes des camps de Tindouf. Les désarmer et en faire des “réfugiés” au sens du HCR et des instruments internationaux pertinents en la matière? La voudra-t-elle? Et, le cas échéant, le pourra-t-elle? Rien n’est moins sûr tant il est vrai que le régime des généraux n’est certainement pas en mesure d’opérer une telle révision déchirante. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le crédo est le statu quo, continuer à “gérer”... Les réinstrumentaliser de nouveau, mais pour faire quoi? Les séparatistes ne sont-ils pas délégitimés de façon rédhibitoire par leurs actes et leur implication dans ce qui se passe dans le Sahel?
Au final, c’est un dossier inédit qui se trouve posé à Alger. Pour la première fois, la question des séparatistes est devenue pratiquement d’ordre intérieur, algéro-algérienne. Elle met à nu bien des ambiguïtés marquées du sceau du double langage et de la duplicité. Elle expose la politique algérienne à des contraintes extérieures nouvelles sur lesquelles elle n’a pas vraiment prise. Et elle repose différemment la politique sécuritaire antiterroriste sérieusement secouée par la dernière prise d’otages d’In Amenas

 
Image
Des consultations qui font peur

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour ÉCHÉANCE. Régulièrement reportées depuis 2012, les élections communales sont annoncées pour l’été 2015. Les notables et l’achat des voix seront-ils... Lire la suite...
Image
Divorce à la française

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Le gouvernement français multiplie les coups bas contre le Maroc. Pourquoi maintenant et dans quel objectif?   par Mustapha SEHIMI   Des signes de dégel entre Rabat... Lire la suite...
Image
Plus de cartes de séjour illimitées pour les Marocains d’Algérie

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Escarmouches. Début décembre 2014, le gouvernement Abdelmalek Sellal a décidé d’imposer aux Marocains d’Algérie des cartes de séjour de trois mois seulement. Côté... Lire la suite...
Image
Les affaires reprennent entre Rabat et Le Caire

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour Réconciliation. Les relations entre le Maroc et l’Egypte commencent petit à petit à se détendre. Le président Abdelfattah Al-Sissi devrait se rendre dans le... Lire la suite...
Image
Un partenariat pour l'avenir

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour Afrique. La commu-nion entre le Maroc et la Côte d’Ivoire est parfaite. Elle a été célébrée lors de la visite d’Etat effectuée par le président ivoirien,... Lire la suite...
Image
Isabelle Coutant-Peyre, “Israël est le seul bénéficiaire des récentes tueries en France”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour   INTERVIEW. Isabelle Coutant-Peyre, avocate de Mohammed Merah, accusé des tueries des villes de Toulouse et Montauban en 2012, revient sur les liens... Lire la suite...
Image
36 milliards de dirhams prévus pour 2015

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour INVESTISSEMENTS. La hausse des commandes publiques dans le secteur du BTP relance l’activité des investisseurs privés nationaux et étrangers, qui devraient, pour en... Lire la suite...
Image
L'automobile détrône les phosphates

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Croissance. Le secteur de la construction automobile au Maroc a exporté environ l’équivalent de 40 milliards de dirhams en 2014. Soit 20% des exportations globales du pays.... Lire la suite...
Image
Un climat de peur s'installe parmi les Musulmans de France

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour Islamophobie. Ce sont 116 actes antimusulmans qui ont été recensés en France en trois jours, soit 110% de plus que ceux comptabilisés pour l’ensemble du mois de... Lire la suite...
Image
Un scientifique pour promouvoir l’emploi

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour profil. Connu pour être pragmatique, bosseur et doté d’un esprit cartésien, Anas Doukkali, 42 ans, a les compétences pour prendre les rênes d’une agence aux... Lire la suite...
Image
La stratégie Birou contre l'intégrisme

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015 Retour   INTÉGRATION. La multiplication des attaques contre les Marocains résidant à l’étranger dans les pays d’accueil a poussé les autorités marocaines à... Lire la suite...
Image
Mohamed Benhamou, “Le couple Maroc-France est condamné à coopérer”

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1102 - Du 23 au 29 janvier 2015   ENTRETIEN. Mohamed Benhamou considère que le Maroc est un élément clé dans la sécurité et la stabilité régionale. La France doit prendre en compte cette... Lire la suite...

HER Un film de Spike Jonze