Dépêche
Accueil » Sports » IAJOUR, L’HEURE DE MATURITÉ A SONNÉ

IAJOUR, L’HEURE DE MATURITÉ A SONNÉ

[quote font= »1″]Goléador. Jouant un rôle  clé dans la victoire (4-0)  du Moghreb de Tétouan  face au champion du  Nigeria, Kano Pillars, en  Ligue des champions de la  CAF, Mouhssine Iajour est  sur la pente ascendante  depuis le début de la  saison 2014/2015. Après  les débuts compliqués de  Tétouan en championnat,  ses buts ont permis  aux rouges et blancs de  redresser la barre.[/quote]

Décidément, Mouhssine Iajour est  l’homme des compétitions internationales.  Face au champion du  Nigeria, Kano Pillars, samedi 21 mars  2015 dans la ville de Tétouan, en Ligue  des champions de la CAF (Confédération  africaine de football), le footballeur du  Moghreb athlétic de Tétouan (MAT) a  inscrit un triplé; jouant un rôle clé dans la  victoire (4-0) de l’équipe tétouanaise. Ses  déplacements ont constamment bousculé  la défense nigériane. Les buts inscrits à  la 14ème et 26ème minutes sont des cas  d’école. Semant ses adversaires, il réussit  à tromper le gardien Theophilus Afelokhai.  Son troisième but, à la 35ème minute, est  plus conventionnel. Il se met en retrait et  conclut en ouvrant le pied droit en pleine  lucarne sur une passe d’Anas Lamrabet.  Un exemple d’opportunisme.
Début 2014, Iajour, à l’époque au Raja de  Casablanca, avait également frappé fort pour son entrée en matière en Ligue  des champions. Face au champion  de Sierra Leone, Diamonds Stars, il  avait inscrit quatre buts lors de la  victoire (6-0) du club dans la ville de  Casablanca. Même si le Raja a été  éliminé en seizième de finale face au  Horoya, champion de Guinée, lui a  terminé deuxième meilleur buteur  avec cinq buts, à un but du premier.  Cette saison 2014/2015, Iajour est  assurément l’homme de la situation  à Tétouan. Après les débuts compliqués  de la formation en championnat,  ses buts ont permis aux rouges et  blancs de redresser la barre. Le MAT  est actuellement cinquième avec 36  points, à 9 points du leader, le Wydad  de Casablanca. Iajour est deuxième  meilleur buteur avec 11 buts. C’est le  total qui avait permis à son coéquipier  Zouhair Naïm de finir meilleur buteur  du championnat en 2013/2014. Mais  c’est surtout sur le plan du jeu que  l’apport de Iajour se fait le plus sentir.

Optique de la compétition
Technique, élevé à l’école «brésilienne  » du Raja de Casablanca, où  il a poursuivi sa formation jusqu’à  ses 22 ans avant de partir au club de  Chiasso en championnat de Suisse  de deuxième division en 2007, ses  capacités d’élimination en un contre  un permettent souvent à Tétouan de  se libérer sur une feinte de corps du  pressing adverse. La circulation de  balle, surtout depuis la nomination  en décembre 2014 de l’entraîneur  espagnol Sergio Lobera, est devenue  plus fluide par rapport à la saison  d’avant, même si l’équipe avait fini  championne nationale. L’entraîneur espagnol Pep Guardiola, qui l’avait vu  à l’oeuvre lors de la Coupe du monde  des clubs qu’avait accueilli le Maroc en  2013 et à laquelle avait pris part Iajour,  ne s’y était pas trompé en louant les  qualités de dévoreur d’espaces de ce  dernier. Les choses avaient pourtant  semblé partir du mauvais pied. En  août 2014, peu après sa signature,  Iajour demandait déjà à partir. Son  agent, l’ancien international Rabie El  Afoui, avait réussi à lui décrocher un  contrat avec Palerme, en championnat  d’Italie. C’était cependant sans  compter sur l’intransigeance du président  du MAT, Abdelmalek Abroun,  bien décidé à garder le joueur. Déçu,  ce dernier s’est souvent pris le bec  avec l’entraîneur de l’époque, Aziz El  Amri.
A la fin d’un match de championnat,  en octobre 2014, face au Wydad de  Casablanca, les deux hommes en  viennent aux mains. Le climax est  cependant atteint en décembre 2014  lors de la Coupe du monde des clubs  à laquelle participait la Colombe  blanche en tant que championne  nationale. Face au champion d’Océanie,  Auckland City, en barrages, Iajour  est sorti à la mi-temps alors que  quelques jours plus tôt M. Abroun  déclarait qu’il s’agissait d’une des  «stars» que le club avait recrutées  dans l’optique de la compétition.  D’après les bruits de vestiaire, Iajour  aurait défié El Amri de le sortir, ce à  quoi ce dernier aurait réagi en le changeant.  Les problèmes comportementaux  de Iajour semblent cela dit loin  derrière désormais et aujourd’hui il est  l’un des rares joueurs du championnat  national auxquels fait régulièrement  appel le sélectionneur national Badou  Zaki. Il fait d’ailleurs partie des vingtcinq  joueurs retenus pour affronter  l’Uruguay samedi 28 mars 2015 dans  la ville d’Agadir. Depuis la nomination  de Zaki en mai 2014, Iajour a disputé  cinq matchs pour trois buts inscrits.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !