Dépêche
Accueil » Société » Grave acte de violence dans un lycée à Khouribga

Grave acte de violence dans un lycée à Khouribga

L’enseignant mis sous écrou

Énième scène de maltraitance scolaire à Khouribga. Suspendu de son poste, le professeur impliqué est sous les verrous. Le ministère affirme qu’il traitera avec fermeté ce genre de comportements anti-pédagogiques.

La cité de Khouribga a vécu, la deuxième semaine de mai 2018, au rythme d’un gros scandale éducatif qui a fait largement sensation dans les réseaux sociaux. La vedette de ce scandale n’est autre qu’un professeur de collège, Ahmed Bioui, 59 ans, montré dans une vidéo diffusée, le samedi 19 mai 2018, sur les réseaux sociaux, en train de frapper avec une rare violence une jeune fille de 14 ans. L’insoutenable scène s’est déroulée, le mercredi 16 mai 2018, dans le lycée Anas Ibnou Malik. Aussitôt diffusée, la vidéo a mobilisé les services de police qui ont procédé, le lendemain matin, à l’arrestation de l’enseignant.

Après une garde à vue de 48 heures, il a été transféré à la prison civile de Khouribga. Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet général de la ville pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette grave affaire de violence scolaire. En même temps, le ministère de l’Éducation nationale a décidé, pour sa part, d’enquêter sur l’affaire en dépêchant une commission éducative, présidée par l’inspecteur général des affaires pédagogiques.

Enquête judiciaire
Le ministère de tutelle a décidé de suspendre le professeur en question en attendant la fin des deux enquêtes. Tout en condamnant cet acte répréhensible qui n’a aucun lien avec les principes universels de l’éducation, le département ministériel affirme qu’il traitera avec fermeté ce genre de comportements anti-pédagogiques et prendra les mesures nécessaires à même de préserver l’enceinte de l’établissement scolaire et garantir des relations saines basées sur le respect mutuel entre le corps éducatif et administratif d’une part et l’ensemble des élèves d’autre part.

Sur les réseaux sociaux et les sites électroniques, les témoignages foisonnent. Les camarades de classe de la jeune fille affirment que celle-ci n’a jamais cessé de provoquer le prof en lui jetant parfois de la craie alors qu’il se mettait à expliquer son cours. Quant à son épouse, elle affirme que son mari est constamment sous pression et gère trois classes, ce qui lui fait une charge de travail assez importante. Mais, de l’avis de beaucoup de spécialistes, l’acte de l’enseignant est très condamnable et mérite d’être sévèrement sanctionné.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !