Dépêche
GCAM
Accueil » A la une » Fini le rêve

Fini le rêve

©ph:DR

United 2026 désignée pour la Coupe du monde 2026 au détriment du Maroc.

Le Royaume perd son duel contre la candidature nord-américaine pour l’organisation de la reine des compétitions footballistiques.

Le rêve, pour la cinquième fois en trente ans, d’accueillir la Coupe du monde de football s’est de nouveau évaporé pour le Maroc. Ce mercredi 13 juin 2018 à Moscou, où vingt quatre heures plus tard devait s’ouvrir la reine des compétitions footballistiques internationales, les 200 associations membres de la Fédération internationale de football association (FIFA) ayant pris part au vote ont désigné, à plus des deux tiers des voix (67%) la candidature conjointe du Canada, des États-Unis et du Mexique, baptisée «United 2026». Résultat somme toute logique, tant la différence en termes de moyens et de capacités d’organisation entre les deux candidatures était visible.

D’ailleurs, ce n’est qu’au forceps que le Maroc avait pu atteindre l’étape du vote, après avoir obtenu à peine plus que la moyenne (2,7/5) de la part de la Task Force de la FIFA, groupe de travail de l’instance suprême du ballon rond chargé d’évaluer les candidatures sur différents critères, à savoir la conformité, les risques et une évaluation technique. Mais pour autant, le Royaume n’a pas démérité.

Au contraire, il aurait même pu créer la surprise, si ce n’était le mauvais rôle joué par la FIFA tout au long de la campagne. En effet, cette dernière, voyant la candidature marocaine marquer des points au fil des mois, après avoir débuté sa campagne le 23 janvier 2018, a commencé à privilégier de façon plus ostentatoire et violente «United 2026».

“Trahison arabe”
Dès décembre, le président de la FIFA, Gianni Infantino, avait d’ailleurs confessé préférer une Coupe du monde nord-américaine plutôt que marocaine. Il sera publiquement pris à partie le 25 mars par le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ, après que l’instance ait changé à H-24 seulement, le 15 mars, certains critères d’évaluation des candidatures. M. Infantino avait également empêché, le 2 février, le Maroc de présenter sa candidature à l’assemblée générale ordinaire de la Confédération africaine de football (CAF) tenue dans la ville de Casablanca, où il était présent, tout en permettant à «United 2026» de le faire deux semaines plus tard devant les quatorze associations membres du Conseil des associations de football en Afrique australe (COSAFA).

C’était donc David contre Goliath. Quoiqu’il en soit le président du comité de candidature marocain, Moulay Hafid Elalamy, avait annoncé que quel que soit le résultat à Moscou, le. Maroc allait continuer son bonhomme de chemin sur la voie du développement. On regrettera surtout la «trahison» de plusieurs pays arabes, la Jordanie, le Bahrein, le Koweit, les Emirats arabes unis, l’Irak et surtout l’Arabie saoudite, qui non seulement a voté contre le Royaume, mais a carrément fait campagne pour «United 2026». Il est toujours bon cependant, quand les temps sont durs, de connaître ses vrais de ses faux amis.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !