Dépêche
Accueil » A la une » Festival international du Film de Marrakech : L’Etoile d’Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai

Festival international du Film de Marrakech : L’Etoile d’Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai

Le Grand Prix “Etoile d’Or” de la 17ème édition du Festival International du Film de Marrakech a été attribué au film autrichien “Joy” de la réalisatrice Sudabeh Mortezai, a annoncé samedi soir le jury lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée dans le Palais des congrès de la cité ocre.

Ce long-métrage, qui jette un regard provocateur, singulier et féminin sur la traite des êtres humains, raconte le calvaire de Joy, une jeune nigériane qui arpente les trottoirs de Vienne pour rembourser “Madame”, la femme qui l’exploite et à qui elle est redevable d’une dette pour son transit illégal vers l’Europe, et pour soutenir, en même temps, sa famille dans son pays natal et assurer à sa fille une vie meilleure.

A travers cet opus, Mortezai, native de Ludwigsburg en Allemagne et ayant grandi à Téhéran et à Vienne, a réussi à offrir au public un portrait de la résistance humaine face à ce système d’exploitation sans pitié dans un environnement des plus inhumains sur le sol européen.

Cette soirée a été également marquée par la remise du Prix d’interprétation masculine, qui a été décerné à l’acteur tunisien Nidhal Saadi pour son rôle dans le film “Look At Me” (Tunisie) de son compatriote réalisateur Nejib Belkadhi. Il campe le rôle de “Lotfi” dans ce deuxième long-métrage du metteur en scène qui se veut un regard plein d’espoir sur la situation des enfants atteints d’autisme.

L’heureuse actrice allemande Aenne Schwarz a, quant à elle, décroché le Prix d’interprétation féminine pour sa performance dans le film “All Good” (Allemagne) de sa réalisatrice Eva Trobisch. La comédienne incarne le rôle de “Janne” dans cette fiction qui jette la lumière sur le viol d’une jeune femme qui choisit, malgré ce drame, de continuer normalement sa vie.

Quant au Prix de la mise en scène, il est revenu au réalisateur serbe Ognjen Glavonic pour son film “The Load” (Serbie) qui pose un regard dur sur un crime de guerre commis au Kosovo et sur ses implications.

Le jury a choisi de remettre son Prix lors de cette 17ème édition au long-métrage “La Camarista” (Mexique-USA) réalisé par la mexicaine Lila Avilés, qui se veut un focus sur le quotidien d’Evelia, une femme de chambre dans un somptueux hôtel de la ville de Mexico, qui vit entre l’illusion du luxe et des conditions précaires.

S’exprimant à cette occasion, le président du jury, le réalisateur américain James Gray, s’est félicité de la qualité des films sélectionnés dans le cadre de la compétition officielle, qualifiant de “merveilleuse” cette édition qui a rendu la tâche du jury “encore plus difficile parce que chaque réalisateur ici est précieux”.

“Notre jury a pris des décisions juste parce qu’il y a été obligé. Tous les films ont été absolument magnifiques”, a-t-il renchéri, se disant “touché de voir une telle excellence émanant d’horizons aussi divers”. Il s’est de même réjoui que “l’avenir du cinéma sera aussi brillant que par le passé”.

Remettant le Grand Prix “Etoile d’Or”, l’actrice italienne Monica Bellucci a affirmé que “c’est toujours un grand bonheur de se retrouver ici dans cette si belle ville de Marrakech au cœur de ce formidable festival”.

Elle s’est dite heureuse d’avoir vécu cette expérience unique. “C’était un grand moment que je ne suis pas prête d’oublier”, a-t-elle dit.

Prenant la parole, les lauréats de cette soirée de clôture ont été unanimes à exprimer leur “joie et bonheur indescriptibles” pour les récompenses qui font office d’”un réel encouragement des jeunes talents” d’autant plus qu’elles ont été obtenues dans le cadre d’un aussi “grand et prestigieux” rendez-vous cinématographique qu’est le Festival International du Film de Marrakech.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 17ème édition a concocté sur neuf jours une programmation cinématographique riche et diversifiée, célébrant la pluralité des expressions culturelles.

Outre les quatorze longs-métrages qui étaient en lice dans le cadre de la compétition officielle, les festivaliers et cinéphiles ont découvert pas moins de 80 films provenant de 29 pays et répartis en plusieurs sections, à savoir les “Séances de gala”, les “Séances spéciales”, “Le 11ème continent”, le “Panorama du Cinéma marocain”, la section “Jeune public “, les “Projections Jemaa El Fna”, le “Cinéma en audiodescription” et la section “Hommages”.

Ne dérogeant pas à sa règle, le Festival a rendu une série d’hommages à des icônes du 7ème art, dont Robert de Niro, Agnès Varda et Jillali Ferhati, et offert au public des “Conversation With”, en plus d’un nouveau programme d’aide au développement de talents d’Afrique et du Moyen-Orient, baptisé “Les Ateliers de l’Atlas”, au profit de plus de 150 professionnels marocains et internationaux.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !