Dépêche
Accueil » A la une » Fatim Zahra Mansouri : « Le discours du trône a mis le doigt sur les dysfonctionnements de la pratique politique »

Fatim Zahra Mansouri : « Le discours du trône a mis le doigt sur les dysfonctionnements de la pratique politique »

Fatima Zohra Mansouri & Ilyas El Omari

Le dernier discours du trône a été « franc et fort » dans la mesure où il a mis le doigt sur les dysfonctionnements de la pratique politique, « ce qui nous met devant une responsabilité historique et nous exige d’évaluer et développer notre action partisane », a souligné, dimanche à Skhirate, la présidente du conseil national du parti Authenticité et Modernité (PAM), Fatim Zahra Mansouri.

Intervenant à l’ouverture de la session ordinaire du 22è conseil national du parti, Fatim Zahra Mansouri a indiqué que ce qui manque aux acteurs politiques c’est l’élaboration d’une nouvelle approche des politiques publiques, basée sur une vision « claire et audacieuse » plaçant le citoyen au centre des préoccupations de toutes les institutions.

Selon Mme Mansouri, le projet du PAM a réussi à rétablir la confiance du citoyen dans l’action politique et à impulser la rivalité politique après la désaffection ayant marqué les élections de 2007. « Le parti a été créé pour améliorer la vie des citoyens et servir l’intérêt général, étant convaincu que la démocratie reste tributaire d’une élite fidèle et honnête », a-t-elle dit.

« Le Maroc traverse une étape importante et délicate. Nos jeunes sont déçus, inquiets de l’avenir du Maroc et souffrent de chômage. De même, les indicateurs de pauvreté et d’exclusion sociale et les dysfonctionnements de la vie publique s’accentuent », a-t-elle explique estimant également que le taux de croissance « ne permet pas de créer les postes d’emploi nécessaires et que « nos petites et moyennes entreprises rencontrent chaque jour des difficultés multiples ».

Malgré ces indices négatifs, l’action du gouvernement reste « faible et manque de cohésion », a-t-elle déploré reprochant à l’exécutif de « se contenter de la gestion quotidienne sans mettre en place une stratégie globale et intégrée ».

La présidence du conseil national du PAM s’est déclarée confiante que les membres de cette instance « trouvent des solutions pour mettre en œuvre ce projet nécessaire à l’équilibre politique dans notre pays ».

L’ordre du jour de cette session, qui se tient à huis clos, comporte l’examen de la démission du secrétaire général du parti, Ilyas El Omari, présentée en aout dernier.

Une source du parti a indiqué que le secrétaire qu’El Omari s’est dit déterminé à démissionner de son poste.

Il a affirmé que « sa démission intervient en conformité avec le dernier discours du trône », relevant qu’il restera un militant au sein de la formation.

Le rapport du bureau politique et l’amendement des articles du règlement intérieur relatifs aux congrès régionaux de la formation seront également au centre de cette session.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !