Dépêche
Accueil » Culture » Exposition « Only God can play », de Simohammed Fettaka

Exposition « Only God can play », de Simohammed Fettaka

Simohammed Fettaka. - © Ph : DR

Simohammed Fettaka. – © Ph : DR

Le jeu, c’est du sérieux

Ludique. Du 15 mai  au 6 juin 2015, les  cimaises de la galerie  CulturesInterface, à  Casablanca, porteront  les oeuvres du jeune  artiste Simohammed  Fettaka. Masculinité et  jeu seront au coeur de  l’exposition “Only God  can play”.

“Only God can play” est  le titre de l’exposition  qui aura lieu du 15  mai au 6 juin 2015, à la galerie  CulturesInterface, à Casablanca.  Réunissant les oeuvres de  l’artiste Simohammed Fettaka,  elle met en scène l’univers du  jeu exclusivement réservé aux  hommes, tel qu’il est imaginé par  l’artiste.
On y retrouve “Aaram tchich”,  “Baby-Foot” ou encore “Cachecache”,  des jeux qui ont bercé  notre enfance et qui nous ont  accompagnés même à un âge plus  avancé. Ludique et divertissante,  cette activité physique, qui est  plutôt de l’ordre du loisir, est tout  de même soumise à des règles  conventionnelles.

Mimer le monde
Alors, quand Simohammed Fettaka  décide de la représenter, c’est avec  beaucoup de sérieux qu’il s’y met.  Il appréhende cette thématique  avec beaucoup de philosophie. Du coup, le jeu prend plus de  relief sous sa touche. Au-delà du  plaisir et de l’amusement qu’elle  procure, l’activité ludique a une  dimension un tantinet plus grave  et plus complexe. C’est carrément  une manière de raconter le  monde. «Le jeu se déroule dans  la vie et il se nourrit de la vie, il  imite les conflits des hommes,  le joueur devient acteur de la  vie de son personnage, violent,  brutal voire grotesque», affirme  Simohammed Fettaka.
Aussi, les oeuvres de l’artiste  sont-elles riches en métaphores,  qu’il s’agisse de vidéos, de photographies, de sculptures ou  de tableaux réalisés sur différents  supports et selon différentes  techniques. Elles vont au-delà  de la simple reproduction de  la réalité pour suggérer une  nouvelle vision, propre à l’auteur.  Les objets sont souvent détournés  de leur rôle premier pour acquérir  un sens plus profond et une  apparence plus esthétique et plus  artistique.
Dans l’oeuvre intitulée “Baby-  Foot”, ce jeu est représenté sans  poignets. Il met en scène vingtdeux  figurines de vingt-deux  personnages, exclusivement  masculins. Des têtes que le  spectateur reconnaît au premier  regard puisqu’il s’agit de celles  de personnalités connues de  l’histoire de l’humanité. Platon,  Albert Einstein, Staline, Bob  Marley ou encore Martin Luther  King se retrouvent alignés sous le  même étendard.
Dans la continuité de ce jeu, ces  personnalités, qui ont marqué  de leur empreinte le grand livre  de l’Histoire, se voient attribuer  des maillots avec leurs noms et  leurs numéros dessus, tels des  joueurs de football. De couleurs  vives, les maillots sont également  estampillés du symbole berbère  de la fertilité (taureau) sur la  poitrine.
Né en 1981, Simohammed Fettaka  est un artiste pluridisciplinaire  basé entre Paris et Tanger.  Dans son travail, il ne cesse de  questionner l’art et de pousser,  chaque fois plus loin, les limites  de sa créativité.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !