Dépêche
Accueil » Culture » Exposition de Kim Bennani à la Loft Art Gallery, à Casablanca

Exposition de Kim Bennani à la Loft Art Gallery, à Casablanca

Kim Bennani

Kim Bennani

A Giverny, en France, où  a vécu le grand peintre  français Claude Monet,  l’esprit du maître incontesté de  l’impressionnisme règne toujours.  Dans cette partie du monde qui  a inspiré à l’artiste des chefs  d’oeuvres immortels, le peintre  marocain Kim Bennani avait  rendez-vous avec la création,  en été 2014, le temps d’une  résidence d’artiste de trois mois.  Au terme de ce voyage spirituel  et après une année à fignoler son  travail, Kim Bennani soumet ses  oeuvres aux regards du grand  public à la Loft Art Gallery, à  Casablanca, du 8 octobre au 5  novembre 2015. L’exposition  donne à voir une série de  toiles imprégnées d’un souffle  impressionniste, inspirées de  l’oeuvre de Monet.

La part de Kim
La résidence d’artiste à laquelle  il a participée lui a permis de  s’immerger dans l’univers du  grand peintre français. Durant  les trois mois passés au fin fond  de la campagne normande, il  s’est abreuvé dans la source  intarissable qui nourrissait les  oeuvres de Monet. La beauté  des paysages et la végétation  luxuriante que lui offrait la  nature de cette région ont  choyé son imagination, comme  elles le faisaient, avant lui, avec  Monet. Cette connivence et cette complicité avec la nature ont  donné naissance à des oeuvres à  l’esthétique impeccable. «C’est à  travers l’ombre tutélaire du vieux  maître que Kim s’était totalement  abandonné à l’esprit enchanteur  des lieux comme en une retraite  spirituelle. Il n’était donc pas  incroyable d’imaginer que Giverny  fut bien préservé des désordres du  monde grâce à la bienveillance  occulte de Monet…», témoigne  Jean-Claude Laffitte, photographe,  qui avait accompagné l’artiste  dans sa retraite.

Devant les paysages qui s’offraient  à ses yeux et enchantaient ses  sens, Kim n’avait qu’à saisir  sa palette, son inspiration se  chargeait du reste. Une avalanche  de couleurs et de lumières  l’emportait dans l’univers  pittoresque de la création. L’esprit  de Monet régnait en maître sur  les lieux et guidait les mains de  Kim sur l’espace toile. Monet et  Kim ne faisaient plus qu’un, ou  presque.

Dans cette transe, Kim se ressaisit,  essaie de garder un peu de  distance face à élan de créativité  qui l’envahit. Il tente, quand  même, d’imprimer sa touche  personnelle sur son oeuvre. «Je  conserve toujours en moi ma  palette. Sur les tableaux, ce  seront toujours mes couleurs»,  confie-t-il à Jean-Claude Laffitte.  L’esthétique de Kim et sa griffe  sont préservées

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !