Dépêche
Accueil » Chronique » Et le silence fut!

Et le silence fut!

Driss Fahli

CHEZ NOUS, L’ENDOCTRINEMENT WAHHABITE A PLUS DE POIDS QUE LA MORALE ET LE CODE PÉNAL RÉUNIS.

Il y a de cela quelques semaines, à la fin du mois d’août 2017, une vidéo d’agression sexuelle choquante mise en ligne, montrant une pauvre fille violée, et le mot n’est pas assez fort, par quatre voyous adolescents frustrés dans un bus casablancais sans que personne ne vienne à son secours avait fait le buzz, poussé la machine policière marocaine à agir ponctuellement et jeté un éclairage particulier sur la culture du viol et la sexualité misérable, bridée, entravée, réfrénée et étouffée des Marocains. Depuis, l’actualité, charriant son flot d’évènements quotidiens, a remis, à nouveau, l’habituelle chape de silence sur cet événement et ses congénères. La vie continue en attendant le prochain viol, la prochaine agression qui fera du buzz ou qui sera une «hchouma» (un truc social miteux qui condamne au silence, qui étouffe les Marocains depuis le début des temps et qui est un savant dosage entre la honte, la pudeur, la morale et la culpabilité) pour le Maroc pour encore agir à nouveau sous la pression des média internationaux ou la vague d’indignation des réseaux sociaux.

Le pire dans cette affaire, en dehors de l’agression elle-même, c’est la réaction des nombreux autres frustrés sexuels de quartiers. Pour eux, les adolescents ne faisaient rien de méchant, ils s’amusaient, ils jouaient entre eux avec le corps d’une fille qui n’avait pas à être là. Elle n’avait qu’à rester chez elle et puis, au fait, comment était-elle habillée?

Imaginons un seul instant que le cas n’est plus une agression sexuelle mais une rupture du jeûne en journée par une personne. Le bus se serait arrêté, la personne serait lynchée avant le débarquement immédiat de la police. L’endoctrinement wahhabite a plus de poids que la morale et le code pénal réunis. Les gens qui étaient dans le bus devraient être poursuivis pour absence de réaction. Il est normal d’avoir peur de s’interposer mais il n’est pas normal de rester passif.

Dans une autre juridiction ces passagers inactifs du bus sont passibles de 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende (art 223-6 CP français). Notre société est devenue individualiste et peureuse. Avec des écouteurs dans les oreilles et Smartphones dans la main on ne voit plus autrui, on n’écoute que les inconsistances charriées par Whatsapp, Facebook, Youtube ou autres inanités d’une présomptive modernité. Ce qui était supposé être un électrochoc pour faire réagir le gouvernement sur les violences faites aux femmes et sur la culture du viol n’est plus qu’un ballon de baudruche qui s’est dégonflé. Le projet de loi contre les violences et le harcèlement sexuel, vidé de sa substance, dort toujours dans les tiroirs de la Chambre des conseillers. Ce n’est pas avec une Bassima Hakkaoui, ministre PJD d’une solidarité de papier, qui estime, dans un déni total que le viol est étranger à notre société, ni avec un Mustapha Ramid, autre Ministre PJD chargé des droits de l’Homme qu’il risque de voir le jour, même dans sa version la plus religieusement étriquée.

Certes violenter qui que ce soit, et à fortiori une femme, n’est pas conforme à l’Islam véritable. Le discours de l’Islam politique, de l’extrémisme religieux ou du rigorisme wahhabite est tout autre. Il réserve à la femme une position dévalorisante. Pour toutes ces franges déviantes, «Bats ta femme tous les jours, si tu ne sais pas pourquoi, elle, elle le sait» est toujours d’actualité

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !