Dépêche
Accueil » Sports » Et de un pour les Rouges

Et de un pour les Rouges

Le Wydad vainqueur de la Super Coupe d’Afrique

Le Wydad est enfin parvenu, après deux échecs, à remporter la Super Coupe d’Afrique

Par deux fois par le passé, en janvier 1993 et février 2003, le Wydad de Casablanca avait échoué en finale de la Super Coupe d’Afrique face respectivement au club ivoirien de l’Africa Sports et celui égyptien du Zamalek (défaite 3-5 aux penaltys face au premier après un nul 2-2 à la fin du temps réglementaire, puis défaite 1-3 face au deuxième). C’est désormais chose faite, après que les Rouges aient enfin pu remporter la compétition suite à leur victoire (1-0) ce 24 février dans leur fief du Stade Mohammed-V face aux Kino-Congolais du TP Mazembe.

C’est la troisième fois qu’un club marocain parvient à inscrire la Super Coupe dans son palmarès après le Raja de Casablanca en mars 2000 face aux Ivoiriens de l’Africa Sports (2-0) et le Moghreb de Fès en février 2012 face aux Tunisiens de l’Espérance (1-1, victoire 4-3 aux penaltys). Le Wydad a pourtant longtemps craint que le scénario de ses deux précédentes finales ne se répète. Dominateurs dès les premières minutes, les poulains de Faouzi Benzarti, n’allaient d’abord se créer que peu d’occasions franches. L’attaquant nigérian Chisom Chikatara parvient à la 4ème minute, suite à un contrôle orienté qui élimine le capitaine kino-congolais Joël Kimwaki, à se présenter face à Sylvain Gbohouo, mais le gardien ivoirien du TP a vu le coup venir et sort à temps lui prendre le ballon dans les pieds.

Des Casablancais dominateurs
Puis, à la 11e minute, c’est l’arrière droit Abdelatif Noussir, lancé en profondeur par Salaheddine Saïdi, qui écrase trop son centre, de nouveau capté par Gbohouo. Chikatara a encore, à la 22e minute, l’occasion de marquer, mais il ne cadre pas son tir. À la mi-temps, le score est toujours nul et vierge.
Au retour des vestiaires, c’est Amine Tighazoui, transfuge en juillet dernier de l’Olympique de Khouribga, qui va s’illustrer. D’abord sur coup franc à la 53e minute, que Gbohouo ne peut que dévier. Puis, en provoquant, une minute plus tard, un penalty, consécutif à une faute du milieu Miché Mika. Walid El Karti, que le sélectionneur national Hervé Renard avoue au passage suivre de près, s’avance pour transformer, mais Gbohouo sort la balle du bout des doigts (54e).

À la 57e minute, coup de théâtre: l’arbitre zambien de la rencontre, Janny Sikazwe, siffle un deuxième penalty pour le Wydad. Mais il revient aussitôt sur sa décision après avoir eu recours à la VAR (arbitres assistants vidéos), dont c’était la première utilisation en Afrique, et qui montre que le défenseur kino-congolais n’avait pas fait faute. Par la suite, le rythme de la rencontre baisse, jusqu’à la 83e minute. L’attaquant Aymane El Hassouni, entré en lieu et place de Chikatara, se laisse tomber non loin de la surface de réparation après un contact avec le défenseur droit Kabaso Chongo. Tighazoui loge le ballon en pleine lucarne du gardien ivoirien, impuissant sur le coup. Un mois à peine après sa nomination, Benzarti a déjà remporté son premier trophée. «Nous dédions ce titre au public wydadi. Il a bien encouragé son équipe. Nous le félicitons chaleureusement,» a réagi après coup l’entraîneur tunisien.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !