Dépêche
Accueil » Auto & Moto » Essai: Mitsubishi Outlander

Essai: Mitsubishi Outlander

En 2003, le constructeur japonais Mitsubishi a présenté pour la première fois son Outlander. Un véhicule à mi-chemin entre le SUV et le Break, offrant à ses propriétaires la possibilité de rouler en ville sans encombrement et de franchir les routes les plus sinueuses sans soucis. Nous testons aujourd’hui la 3ème génération du Outlander restylé, dans sa finition Instyle 4WD, embarquant un moteur de 2.2L développant 150cv et relié à une boîte automatique à 6 rapports.

On peut dire que les ingénieurs de la firme nippone ne se sont pas efforcés pour modifier le côté mécanique du Outlander durant ce restylage. Mais ils se sont beaucoup plus penchés sur le design et la qualité des matériaux utilisés. De l’extérieur, la nouveauté est fort remarquable sur le devant, avec cette calandre et ces phares totalement redessinés ou encore la nouvelle touche de chrome, inexistante sur la version précédente. Quant à l’arrière de notre 4×4, la principale modification concerne les feux, qui deviennent largement plus étirés et imposants.

Mais la vraie évolution se voit à bord. Le coup de crayon n’a épargné aucun recoin, puisque le volant, la console centrale ou encore la planche de bord se sont tous faits une beauté. Tant qu’on y est, Mitsubishi en a profité pour grimper en qualité des matériaux utilisés.
On retrouve désormais du plastique de meilleure qualité sur la planche de bord, et surtout du vrai cuir cousu sur le volant, les portières et le levier de la boîte à vitesse. Dès les premiers tours de roue, il est remarquable que le japonais Mitsubishi a apporté un soin particulier pour des sensations de conduite des plus agréables. Sur bitume comme sur piste, notre Outlander s’est montré rassurant et capable de mettre à l’aise ses passagers. L’efficacité des suspensions et l’effet de l’insonorisation complètent le confort global du véhicule, traduit par ses sièges en cuir, sa climatisation automatique bi-zone, la précision de la direction et bien d’autres éléments.

Hormis le petit creux ressenti à bas régime, surtout en mode Eco, le moteur se montre coupleux et assure des accélérations franches, de quoi satisfaire les adeptes de longs trajets et même les amoureux du tout-terrain.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !