Dépêche
Accueil » A la une » El Ouardi veut poursuivre le dialogue avec les médecins internes et résidents

El Ouardi veut poursuivre le dialogue avec les médecins internes et résidents

el_ouardi-maroc-hebdo

Le dialogue avec les médecins internes et  résidents est le moyen « idoine » pour répondre à leurs demandes, a indiqué mardi  le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi.  « Le temps est venu pour un dialogue efficace et productif avec cette  catégorie de médecins, loin de toute instrumentalisation politicienne », a  souligné  El Ouardi en réponse aux questions orales sur le statut des  médecins internes et résidents, posées par plusieurs groupes parlementaires à  la chambre des Conseillers.

Après avoir rappelé les différentes réunions tenues par le ministère avec  cette catégorie de médecins depuis le début de leur mouvement de grève en  septembre dernier, M. El Ouardi a tenu à réaffirmer que son département n’a  jamais fermé la porte au dialogue et a salué toutes les revendications  « raisonnables et faisables ».  Et de conclure que le ministère est soucieux de « mettre en œuvre » l’accord  portant sur le dernier cahier revendicatif ayant fait l’objet d’un consensus  entre les médecins concernés.

Répondant par ailleurs à une question du groupe Authenticité et Modernité  (PAM) sur « le sort des engagements du gouvernement relatifs à l’ouverture des  maternités dans le monde rural », M. El Ouardi a souligné que le ministère  attache une grande importance à la réduction du taux de mortalité maternelle et  néonatale, mettant l’accent sur les grands efforts consentis par le Maroc dans  ce domaine sous les gouvernements précédents, ce qui a abouti à la diminution  du nombre de décès maternels de 332 décès par 100 mille habitants en 1990 à 112  décès par 100 mille habitants.

La situation actuelle témoigne de l’ampleur du retard accusé par le Maroc en  la matière, notamment en termes de disparités  entre les mondes urbain et  rural, a dit le ministre, imputant cette situation aux déséquilibres et lacunes  entachant le système de santé, dont notamment la difficulté d’accès des femmes  enceintes aux établissements de santé, d’où, selon lui, l’intérêt du programme  gouvernemental 2013-2016 visant à accélérer la cadence de la réduction de la  mortalité maternelle et néonatale.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !