Dépêche
Accueil » Société » Moins d’une Marocaine sur 3 allaite ses bébés au sein

Moins d’une Marocaine sur 3 allaite ses bébés au sein

©ph:DR

Une pratique utile mais menacée de disparition

Plus de lait naturel pour nos bébés  marocains, et moins de biberons  remplis de lait industrialisé. Ceci est  le mot d’ordre pendant près d’une semaine,  notamment dans les centres  de santé de plusieurs villes du Royaume.

«Une voisine à moi m’en a parlé et je suis là par  curiosité. J’ai peu de choses à faire à la maison  ce matin, alors pourquoi pas venir assister»,  nous explique Soumia, une jeune maman, venue  prendre part à une activité de sensibilisation  sur l’importance de l’allaitement naturel qui  se tient dans un centre médical urbain à Salé.  En effet, la semaine nationale de la promotion  de l’allaitement s’est déroulée du 10 au 16 avril  2017. «Conscient de l’importance de cette pratique idéale d’alimentation de l’enfant et  conformément au plan d’action 2012-2016, le  ministère de la Santé a retenu la promotion, le  soutien et la protection de l’allaitement maternel  comme une stratégie prioritaire», estime le  département d’El Houcine Louardi.

Une alimentation idéale
Il faut dire que la situation est loin d’être rassurante.  Elle est même très inquiétante. Actuellement,  seulement 27,8% des femmes au Maroc,  soit à peu plus d’une femme sur quatre, allaitent  leur bébé exclusivement au sein durant les six  premiers mois. D’autant plus que la tendance  baissière n’est pas à démontrer. En effet, en  1992, 51% des enfants étaient nourris exclusivement  au sein durant les six premiers mois  de leur vie.

En 2004, ils n’étaient plus que 32%.  Sans oublier que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise une moyenne d’allaitement  naturel de 24 mois, alors que cette  moyenne ne dépasse pas les 16 mois. Cette  semaine de sensibilisation étant organisée  sous le signe «Aidons les mères à allaiter leurs  enfants, partout et à n’importe quel moment»,  un problème majeur entravant le recours à  l’allaitement naturel revient en force. Car «partout  » et «n’importe quel moment» impliquent  bien évidemment les heures de travail, dans  les lieux de travail pour les mamans qui pratiquent  un métier. Sachant que le nombre de  femmes impliquées dans le marché de travail  ne cesse d’augmenter, cela pose problème.  A titre d’exemple, le congé maternité est limité  à 14 semaines, soit moins de 4 mois. Insuffisant  alors que la durée minimale d’allaitement  naturel préconisée par l’OMS est de 6 mois.  Les médecins pédiatres insistent également  sur ce point-là.

Les souhaits du ministère de la Santé se  heurtent aux obstacles de la réalité. Notamment  le cadre de juridique en vigueur au Maroc.  Sur le plan juridique, le Code du travail de  2003 stipule que la mère salariée a le droit quotidiennement  d’allaiter son enfant durant les  heures de travail, rémunérées comme temps  de travail, d’une demi-heure le matin et d’une  demi-heure l’après-midi.

Par ailleurs, toute entreprise employant plus  de 50 femmes doit mettre à la disposition  des mères un «espace allaitement» répondant  à des critères précis d’hygiène et de  surveillance.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !