Dépêche
Accueil » Chronique » Le drame du poissonnier d’Al Hoceima vu de Tunis

Le drame du poissonnier d’Al Hoceima vu de Tunis

Indignations sélectives…

Abdelaziz Dahmani

Abdelaziz Dahmani

Deux nouvelles tombent  pratiquement le même  jour. Elles concernent  notre monde islamico-  arabe… Au Maroc,  ce malheureux vendeur de poisson  «hors saison», tué par une benne à  ordures. Horrible, bien sûr. A l’autre  bout du monde arabe, les nouvelles  terribles sont d’un autre tonneau…  véhiculées par les grandes agences  de presse: 1,5 million d’enfants  yéménites sont menacés de famine  et 400.000 d’entre eux sont en stade  avancé de mort certaine, parce que  le Yémen en guerre civile et guerre  extérieure est soumis à des embargos  des plus dramatiques, vivres et  médicaments compris…

C’est une coalition de pays du Golfe  qui mène la guerre extérieure, bombardant,  fin octobre 2016, une école.  80 morts, sûrement par inadvertance….  Dégâts collatéraux…  Quelques intellectuels de chez nous,  coeur saignant sur la main, générosité  certaine, mais sélective, ont  voulu encourager à aller manifester  devant l’ambassade marocaine à  Tunis, assimilant la mort du malheureux  vendeur de poisson à un début  de révolte «printanière» à la tunisienne.  Une «révolution», la nôtre,  qui a tourné, hélas, au vinaigre, odeur  du Jasmin quand il se flétrit et se  fane… Alors que le père du poissonnier  d’Al Hoceima, meurtri de douleur,  a demandé, dignement, que l’on  n’utilise pas le malheureux accident  de son fils en motif pour déstabiliser  son pays, le Maroc… Maroc qui, à ce  jour, a échappé à cette terrible spirale  qui empoisonne l’ensemble du  monde arabe!

Le Maroc n’est point exempt de  reproches, mais il tente courageusement,  de pallier les défaillances, de  corriger des inégalités flagrantes par  un essor économique fiable. Un meilleur  équilibre de justice sociale. Et il  est sur le bon chemin, sans encore  atteindre la vitesse du TGV, bientôt  en exploitation sur la ligne Casa-Tanger…  Alors que moi, hier, j’ai eu honte  de terminer, en TGM, le parcours  Tunis-Marsa… Et ce n’est pas en  voulant tirer ce Maroc vers le bas,  partager malheurs et souffrances,  que l’on sort grandi, par une fausse  image de défenseur d’une bonne justice  égalitaire.

Le courage, le vrai, est de persuader  les Saoudiens, «gardiens des Lieux  saints» de lever la main au Yémen.  Eux qui manipulent le monde grâce  à une opulente richesse, pour nous  imposer leur extrême rigorisme religieux.  Un rigorisme devenu la source  idéologique de l’extrémisme, inspirant  les combattants, tueurs, assassins  de centaines de milliers d’innocents  et briseurs d’un bon nombre de  pays arabo-musulmans, dont la Syrie,  l’Irak, le Yémen, la Libye et autres…  Même si les destructions de ces pays  cités ont aussi d’autres causes, et  d’autres criminels de guerres.  Alors pourquoi vouloir entraîner le  Maroc dans cette infernale spirale?  Parce que, à ce jour, ce Maroc a  échappé à cette terrible dégringolade  collective et suicidaire, de nos pays  arabo-musulmans.

La Tunisie a échappé, partiellement,  à cette dégringolade, avec l’aide  de l’Égypte, en résistant, par intelligence,  à ce gouffre qui a entraîné  d’autres pays, dont notre voisin  du Sud, la Libye… Pays parti en  vrille, ciblé par le duo Sarkozy-Bernard  Henry Lévy, là où nos propres  enfants jouent depuis et en très  grand nombre, aux soldats de Dieu et  candidats au Martyre… Financés par  qui? Si ce n’est par ceux, drapés dans  le prestige de leurs coffres forts… et  diffuseurs d’un Islam radicalisé pour  cacher leurs faiblesses et l’indigence  de pensées arabes en déclin depuis  des siècles. Notre Trou Noir …

Tant mieux si nous avons encore le  réflexe de nous indigner, de souffrir  pour les malheurs individuels  ou collectifs des autres. Mais point  les rabaisser à ceux qui voient un  arbre abattu, en fermant les yeux sur  toute la forêt qui brûle, brasier qui  s’approche de nos portes et de nos  libertés…

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !