Dépêche
Accueil » Société » Drame de Sidi Boulaâlam, ou la détresse collective d’une contrée oubliée

Drame de Sidi Boulaâlam, ou la détresse collective d’une contrée oubliée

La tragédie de l’absurde

La tragédie de Boulaâlam lève le voile sur les manquements de l’administration territoriale et l’absence du mouvement associatif. Une pauvreté qui conduit à la mort. L’autre Maroc.

Au Maroc d’aujourd’hui, peuton mourir pour une poignée de farine? C’est la question qui tue. Après ce constat macabre et quelques éléments de circonstances mortifères, reste à démêler le pourquoi du comment. Ce dimanche 19 novembre 2017, Douar Sidi Boulaâlam, dans la province d’Essaouira, semblait avoir subi un bombardement aérien d’une rare intensité. Pétrifiés à jamais par une mort inattendue, les corps de quinze femmes jonchaient le sol, comme si elles étaient délibérément ciblées. La guerre sauvage du Golfe et du Moyen Orient se serait-elle déplacée chez nous? Rien de tout cela. La cause de cette tragédie infamante est d’un terre à terre insoutenable.

À l’origine était la distribution gratuite de produits alimentaires offerts par un individu qualifié de bienfaiteur, Abdelkébir El Hadidi, imam de son état au quartier Californie, à Casablanca, et président d’une association à caractère socio-religieux.

Entre fiction et réalité
Déjà une foule d’interrogations demandent quelques éclaircissements sur l’origine de la donation, la motivation réelle de l’intermédiaire et la nature même d’un groupement où il y a comme un air d’utilisation du support religieux à bon ou à mauvais escient. Voire. Toujours est-il que cet acte de solidarité affichée est si mal organisé qu’il va très vite se transformer en drame collectif. Dès l’ouverture de cette opération caritative, ce sont plus de 3.000 personnes, venues de toute la région qui se piétinent à mort. Le fait lui-même est surréaliste. Il dépasse l’entendement sur la réalité même du rapport à la pauvreté. Incroyable mais vrai, au Maroc on meurt pour cinq kilos de farine, deux litres d’huile et un pain de sucre; un panier évalué à 150 dirhams. Les médias étrangers s’en sont emparés presque à l’instantané. Un déferlement de clichés endurcis et de réactions préconçues. En quelques heures, le Maroc de l’abondance alimentaire, au point d’avoir un trop plein exportable en toute saison, a vécu. L’image du pays en a pris un coup. Cette fois-ci, du moins, il ne l’a pas volé.

Misère absolue
Avant ce dimanche noir, rares sont les Marocains qui pouvaient localiser avec précision l’emplacement géographique de Sidi Boulaâlam. Un trou perdu entre Marrakech et Essaouira, qui n’a même pas l’avantage d’être sur la route nationale. Aucun panneau de signalisation n’indique son existence, comme si celle-ci n’était pas vraiment réelle. Comme pour dire, pour le trouver, il faut aller le chercher. Des localités pareilles, entre fiction et réalité existentielle, il y en a à profusion au Maroc d’aujourd’hui. On ne les découvre qu’à l’occasion de faits dramatiques, souvent après mort d’homme. Elles donnent ainsi l’impression d’être hors du champ de vision des centres de décision, en temps normal.

Avec le drame innommable de Boulaâlam, on n’aura pas découvert qu’un autre type d’enclavement, semi désertique celui-ci, des contrées où la nature ne lâche rien sans une volonté politique centrale et sans initiative locale. À cette réserve près que des actions de solidarité ne soient pas des oeuvres d’assistanat aux allures de charité publique. À Boulaâlam, on a surtout assisté, sans être vraiment surpris, à l’étalage d’une misère absolue au point que les demandeurs d’aide se sont rués vers un panier dérisoire au risque de leur vie.

Le banc des accusés
La ligne de démarcation, d’une seule traite, du général Lyautey, entre Maroc utile et Maroc inutile par rapport au Protectorat, ne rend plus compte de la réalité socio-économique d’aujourd’hui. Pour être mise à jour, il faut qu’elle soit un peu plus sinueuse pour pointer des collectivités humaines vivant pratiquement hors du temps, avec les moyens qu’une nature ingrate veut bien leur accorder. Ce sont, encore une fois, deux Maroc qui se superposent, se côtoient, parfois, se regardent, mais ne se voient pas. Ils s’ignorent royalement.

Cette autre forme d’unité territoriale et humaine, pour laquelle nous sommes sur tous les fronts de par le monde, paraît en porte-à-faux par rapport à des situations où toutes les parties du pays ne sont pas logées à la même enseigne.

Population en détresse
Les disparités régionales sont toujours criantes. La centralité politique, noyau fondateur de l’État-nation, tarde à passer la main à la régionalisation annoncée. Avant Boulaâlam, même si la géographie n’est pas la même, on a eu un exemple édifiant avec Al Hoceima et sa résonnance amplificatrice aux quatre coins du pays. Tout porte à croire que les enseignements nécessaires n’ont pas été tirés de cet épisode pénible. Nul doute que, une fois de plus, la gouvernance territoriale sera sur le banc des accusés. Des dysfonctionnements sur la hiérarchie des responsabilités et la chaîne de commandement administratif seront certainement identifiés et sanctionnés. Mais pour faire quoi après avoir neutralisé cette partie visible de l’iceberg? Donnera-t-on de quoi vivre par le travail dans la durée, à ces populations en détresse?

Histoire de ne pas faire une fixation sur l’administration, il faut bien interpeller, aussi, les éventuelles associations non gouvernementales à caractère local. On n’en a pas entendu parler dans cette affaire de Boulaâlam, sauf si elles n’existent pas. Auquel cas, les ONG à rayon d’action national auraient pu combler le vide, ne serait-ce que par l’indignation comme acte de présence. Elles n’ont pas donné signe de vie. Un manque à l’appel remarqué tellement ces ONG, qui ratissent large, pouvaient aider à lever l’ambiguïté sur l’association qui a parrainé l’opération mortuaire de Boulaâlam. Ce sont toutes ces failles de structure que les femmes de Boulaâlam ont payées de leurs vies.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !