Dépêche
Accueil » Politique » Documentaire de France 24 sur les Palestiniens de Cisjordanie

Documentaire de France 24 sur les Palestiniens de Cisjordanie

James André et Lyana Saleh.

Drame et désillusion

“Palestine, l’état second” est le titre d’un documentaire réalisé par Lyana Saleh et James André. Ce dernier nous fait part de ses impressions sur son séjour en Cisjordanie.

C’est un documentaire poignant que France 24 a diffusé, samedi 12 mai 2018, sous le titre Palestine, l’État second. Un documentaire de James André et Lyana Saleh, dont la réalisation a nécessité près de deux semaines en Cisjordanie, au cours desquelles les deux grands reporters de la chaîne française ont pu jauger le quotidien des Palestiniens vivant dans la zone C, un territoire presque sous système d’apartheid. Le tournage a eu lieu alors que se préparait la grande Marche du retour, qui a connu, ce lundi 14 mai 2018, plus de cinquante morts et des centaines de blessés parmi les Palestiniens, cette fois-ci à Gaza.

«Votre documentaire n’est-il pas dépassé avec ce qui s’est passé, depuis ce massacre commis par l’armée israélienne ce lundi 14 mai?». A cette question posée par Maroc Hebdo à James André, ce dernier répond en relevant deux points essentiels. Le premier, c‘est que la situation à Gaza est plus dure, plus catastrophique qu’en Cisjordanie. «Dans cette dernière zone, les gens peuvent bouger, voyager… alors qu’à Gaza, tout est bloqué. Sur le plan des conditions de vie, également. Notre objectif, à travers ce documentaire, c’était de montrer au monde ce visage-là. Cette réalité frappante au delà du factuel, aussi dramatique soit-il…»

Complicité internationale
Le deuxième point consiste à prendre connaissance sur place du quotidien des Palestiniens et leur aspiration à une vie meilleure. Leurs rêves et leurs illusions. Sur ce dernier aspect, James André est catégorique: «Nous avons senti cette détermination des Palestiniens à poursuivre le combat, à maintenir vivante leur résistance. Mais, en même temp s, ils sont conscients que tout le monde les a lâchés. Les Arabes, les Occidentaux et le reste… Ils ont l’impression que l’idée d’un État palestinien s’éloigne plus que jamais… Ils réfléchissent à d’autres moyens de lutte. Pour eux, les accords d’Oslo, c’est fini…»

Peut-être parce qu’aucun président américain n’a pu transférer l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Al Qods jusqu’à l’arrivée de Donald Trump, qui s’est aligné sur les positions du Premier ministre israélien. A cette remarque, M. André répond en signalant que «la décision du transfert a été prise en 1995, sous Bill Clinton, et, depuis, les présidents successifs ne l’ont pas exécutée. M. Trump, pour des raisons internes, a franchi le pas. Mais le problème reste entier: quelle solution pour cette situation qui dure depuis des décennies?»

En attendant, chaque jour, ce sont des Palestiniens qui sont tués, blessés, emprisonnés ou chassés de leurs maisons sous l’oeil, sinon approbateur, du moins complice de la communauté internationale.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !