Dépêche
Accueil » Culture » Décès du critique de cinéma Mostafa Messnaoui

Décès du critique de cinéma Mostafa Messnaoui

MOSTAFA MESSNAOUI

MOSTAFA MESSNAOUI

Le paysage culturel marocain a  perdu, le mardi 17 novembre  2015, un grand nom de la critique  cinématographique au Maroc.  Mostafa Messnaoui est mort, à l’âge  de 62 ans, des suites d’une crise cardiaque  en Egypte alors qu’il couvrait  le 37ème Festival du Cinéma du Caire.  Une disparition soudaine qui laisse  sans voix ses nombreux amis. Mostafa  est parti, comme il a toujours  vécu, dans le calme et la discrétion.  La dépouille mortelle de l’écrivain  a été rapatriée jeudi, 19 novembre  2015 et enterrée à Casablanca.

Sur sa page Facebook, les messages  ne cessent de tomber pour exprimer  la douleur qu’a provoquée son décès  mais également pour témoigner de  la qualité de cet écrivain, journaliste  et critique hors pair. «Il fut un grand  intellectuel à l’humour fin et délicat,  un homme engagé pour la liberté  d’expression», écrit l’un de ses amis  sur le mur de la page Facebook du  défunt, alors que le réalisateur Adil  Elfadili, encore sous le choc, écrit:  «Un oeil aiguisé s’est fermé pour  toujours…».

Un amoureux du 7ème art
Cet intellectuel, qui a laissé ses  empreintes dans le domaine de la  critique cinématographique, du  journalisme, de la traduction et de  l’écriture littéraire, était apprécié  de tous pour sa candeur et la vivacité  de son esprit. Fou amoureux  du cinéma, il ne ratait aucun événement  qui célébrait le 7ème art,  pour dévorer les films et pondre de  précieux articles de critique comme  seul un connaisseur de son acabit  sait le faire.

Né en 1953 à Casablanca, Mostafa  Messnaoui fait ses études à la Faculté  des Lettres et des sciences humaines  de Rabat. En 1973, il rejoint l’Union  des Ecrivains du Maroc. Engagé et  très près des préoccupations du  peuple, ses opinions lui valent en  1974 deux ans de prison. Son esprit  éclairé et son sens de l’analyse le  mènent à la philosophie. En 1977, il  obtient une licence puis un diplôme  d’études approfondies dans cette  discipline. Il enseigne à la Faculté  des Lettres et des sciences humaines  de Casablanca et commence à écrire  des nouvelles et à traduire des livres  français et espagnols.

En parallèle, Mostafa Mesnaoui se  met à la critique de cinéma à travers  des articles publiés dans les journaux  et revues spécialisées. En 2001, il publie  à la maison d’édition Azzaman  un livre intitulé «Essais sur le cinéma  marocain»

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !