Dépêche
Accueil » Courrier » Décès de Francesco Smalto, 87 ans

Décès de Francesco Smalto, 87 ans

Francesco Smalto - CREDIT PHOTO: DR

Francesco Smalto – CREDIT PHOTO: DR

Le couturier de Hassan II s’en va

Dimanche 5 avril 2015, Francesco Smalto s’est éteint à Marrakech.  C’est dans la ville ocre qu’il séjournait  le plus; il y trouvait une quiétude et  une qualité de vie dans un environnement  de chaleur, d’odeurs et de couleurs  qui lui rappelait sans doute son Italie du  Sud, la Calabre dont il était natif.

Francesco Smalto, c’est une vie –une  longue vie même, il était âgé de 87 ans.  Mais aussi un destin exceptionnel servi  par les circonstances sans doute mais  aussi et surtout par un talent, un don de  Dieu. À 8 ans déjà, il confectionnait les  costumes de théâtre de marionnettes de  son village natal. Une légende peut-être?  Puis, suit un cursus par étapes qui le  conduit à Paris, dans plusieurs maisons de  couture jusqu’à devenir premier coupeur.  Après un détour aux Etats-Unis, il revient  dans la capitale française et y lance sa  propre griffe pour hommes en 1962, rue  La Boétie. Son style se singularise: une  silhouette. Celle-ci est un “mix”, entre  la ligne des artisans napolitains qui l’ont marqué et celle de leurs confrères anglais.
Mais c’est quoi au juste? De la légèreté  et de la souplesse dans l’architecture  intérieure des vestes, la composition et  la finition des entoilages et des finitions  d’une grande simplicité. Mais il y a aussi autre chose et c’est la signature Smalto:  l’épaule avec un montage de la manche  en crête, un revers large –toujours– et  cranté d’en haut, et d’autres détails.
Ce n’est pas vraiment une rupture avec  ce qui se fait, bien sûr, dans l’habillement  masculin. Mais ses modèles mettent en  valeur la silhouette de ses clients quels  qu’ils soient avec un travail fait main, des  boutonnières jusqu’à des petits points.  Des créations où l’on retrouvait sans peine  sa “pâte”…

Un savoir-faire qui l’a conduit à ouvrir  une boutique rue François 1er, dans le  “triangle d’or” du VIIIème arrondissement  de Paris. Il a été l’habilleur d’hommes  politiques (Mitterrand), d’acteurs internationaux  (Belmondo, Moore, Connery) et  de têtes couronnées, dont feu Hassan II  et de tant d’autres. Une paire de ciseaux,  un crayon ou une craie tailleur: voilà sa  boîte à outils, si l’on ose dire, mais entre  les mains d’un grand nom et d’une griffe.  Un créatif. Alors, salut, l’artiste!

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !