Dépêche
Accueil » A la une » De plus en plus d’échanges entre le Maroc et Israël

De plus en plus d’échanges entre le Maroc et Israël

Des relations économiques malgré le camouflage

Les relations économiques entre le Maroc et Israël ont toujours été marquées du sceau de la confidentialité. De temps à autre, le voile est levé pour montrer que les échanges continuent et prennent de l’ampleur.

Malgré l’absence de relations diplomatiques avec l’Etat hébreu, le Maroc accueille annuellement 50.000 touristes israéliens, révèle le site israélien Israel Valley, se référant au Centre israélien des statistiques.

Rien d’anormal. Mais quand on sait que même les relations économiques n’ont jamais été rompues, la donne change. C’est ce que nous apprend le même site, qui considère que les relations économiques entre le Maroc et l’Etat hébreu ont toujours été couvertes par le sceau de la discrétion en raison de la position de l’opinion publique marocaine, qui rejette toute forme de normalisation avec Tel Aviv.

Le rapport indique que tous les acteurs dans ce domaine s’engagent à respecter la confidentialité. Ce silence est brisé de temps en temps par des révélations dont celle qui atteste que le Maroc fait partie des 5 grands clients africains les plus prometteurs pour Israël. Le Maroc se classe deuxième après l’Egypte en termes de coopération économique et de commerce entre les deux pays, devant la Mauritanie, l’Ethiopie, l’Ouganda et le Ghana.

Le commerce entre le Maroc et Israël a atteint plus de 4 millions de dollars par mois, à un rythme constant, soit 48 millions durant l’année 2016, contre 24 millions en 2015 pour les exportations marocaines vers Israël. Les médias israéliens rapportent de temps à autre la signature d’accords commerciaux, des transactions financières ou des programmes de coopération avec des instances gouvernementales ou par le secteur privé. Dans la finance, les banques Leumi et Hapoalim ont ainsi mis en place des passerelles pour les opérations d’import-export entre le Maroc et Israël, via des conventions avec plusieurs institutions financières marocaines.

Équipement militaire
Netafim, firme israélienne rachetée en juillet 2017 par un groupe mexicain, leader mondial des systèmes d’irrigation et de micro- irrigation, a ouvert une filiale au Maroc. «L’ouverture de la nouvelle filiale s’inscrit dans le cadre de la croissance du marché et notre volonté d’améliorer la qualité de notre service et de notre assistance à nos clients et partenaires au Maroc», déclare Shavit Dahan, Ddirecteur régional pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Les révélations du site israélien couvrent diverses facettes des échanges économiques, même ceux liés à l’armement. Le site souligne qu’à l’occasion du 62ème anniversaire de la création de l’Académie royale de police de Kenitra, une parade a été organisée, le 17 mai 2018, pour montrer les nouvelles acquisitions et le degré de préparation de la police marocaine. «La star du spectacle a été la parade d’une section des Forces Spéciales Marocaines (FSM) équipée de Tavor X95 9mm, un fusil d’assaut israélien, fabriqué par Israël Military Industries, qui équipe les forces d’infanterie de Tsahal», arrive-t-on à lire. Malgré ces faits, le gouvernement marocain continue d’affirmer qu’il n’existe aucune relation à caractère commercial entre le Royaume et Israël!.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !