Dépêche
Accueil » Société » La consule du Maroc à Orly accusée par sa femme de ménage de séquestration et maltraitance

La consule du Maroc à Orly accusée par sa femme de ménage de séquestration et maltraitance

Malika Alaoui jetée en pâture

Une très courte vidéo de moins  d’une minute fuitée le 11  mars 2017 sur internet aura  suffi à mettre en alerte le  ministère des Affaires étrangères marocain.  Dans l’enregistrement, on aperçoit  Samira Ghinaoui, la femme de ménage  de la consule générale du Maroc à Orly,  Malika Alaoui, demander de l’aide à  deux voisins devant la porte du domicile  de la responsable consulaire. Cette  dernière essaie de tempérer la situation  en promettant de régler le «problème»,  mais les deux hommes insistent à appeler  la police à la demande de la femme  de ménage, qui menace même de se  suicider.

La vidéo devient virale et déclenche  l’indignation des internautes marocains,  choqués par la «maltraitance» supposée  infligée à son employée par Mme  Alaoui. Cette dernière est alors jetée en  pâture.

Victime d’un procès virtuel où la présomption  d’innocence est bafouée, sa  version des faits est alors ignorée. Certains  médias se sont même empressés  d’annoncer le limogeage de la consule  et son rappel au Maroc. Une information qui s’avèrera fausse  quelques heures après, alors que des  sources diplomatiques marocaines  expliquent que Mme. Alaoui est tout  simplement en congé. Elle aurait été  entendue par l’ambassade du Maroc en  France, à l’instar de la bonne, qui a été  reçue deux fois, le 12 et le 13 mars, par  des responsables de l’ambassade.

Gestion controversée
Selon le site d’information français Atlas  Info, une enquête est actuellement en  cours, après le dépôt par Mme Ghinaoui  de deux plaintes, l’une pour séquestration,  l’autre pour harcèlement sexuel  par le fils de la consule, âgé de 16 ans  au moment des faits. Soutenue par  une association de droits humains qui  lutte contre l’esclavagisme, la femme  de ménage a été placée dans un centre  d’accueil et bénéficie de l’appui d’un  avocat.

Elle reproche à sa patronne le non-respect  de ses droits d’employée, dont sa  déclaration à la sécurité sociale.  Contrairement à ce qui a été avancé  par certains médias marocains, Mme  Ghinaoui n’a pas de contrat avec le  département marocain des Affaires  étrangères.

Certaines parties de la communauté  marocaine en France y voient un complot  pour ternir l’image du Royaume,  d’autant plus que l’affaire remonte à  avril 2016, soit près d’un an. La gestion  controversée du consulat d’Orly revient  également au premier plan sur fond de  soupçons de détournements de fonds.  Selon Atlas Info, les Affaires étrangères  ont envoyé une mission d’inspection  pour enquêter sur de supposées «irrégularités  de gestion de fonds que le  régisseur a du mal à justifier»

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !