Dépêche
Accueil » A la une » Clôture en apothéose de la 17ème édition de Tanjazz

Clôture en apothéose de la 17ème édition de Tanjazz

tanjazz-yerma-band

La 17ème édition du festival Tanjazz a été clôturée, dimanche soir, en beauté avec des prestations époustouflantes données par des musiciens marocains, qui ont enchanté le public avec un mélange de jazz, rock, funk, samba, gnaoui, blues ou encore de l’oriental.

Les Tangérois et les visiteurs de la ville du Détroit, marocains et étrangers, se sont ainsi livrés à des horizons aventureux et empreints de bonheur et de magie, avec une prestation hors du commun donnée par le compositeur et bassiste de musique jazz fusion, Ilyess Khattar, qui a interprété un répertoire riche comprenant ses propres compositions avec un savant mélange de jazz, rock, funk, reggae, blues, oriental et du hindi.

Nouveaux morceaux et nouveau défi pour le groupe « Ilyess Khattar Live Project » qui repousse ses limites en devenant tout-terrain capable de jouer sous plusieurs versions : amplifiée ou acoustique. Sa musique autoproclamée fusion internationale a déversé un flot d’énergie et d’enthousiasme devant un public venu très nombreux.

La cérémonie de clôture du festival Tanjazz, organisé par la Fondation Lorin depuis 1999, a été également rehaussée par un autre concert animé par 3RIBAND, un groupe marocain de Fusion originaire de Oujda, qui a conquis le public aussi bien par sa musique d’une grande créativité qui fusionne le gharnaty, le Rai, le hip hop, le ragea et la Gasba, que par sa liberté instrumentale.

Le public a été aussi gratifié d’autres concerts hauts en couleur donnés par la jeune découverte casablancaise, Salma Charif Khalifi, qui s’est produite pour la deuxième fois lors de cette édition, le groupe « Tagrawla » (révolution en Tamazight), l’autrichienne Susana Sawoff, et les groupes Yerma Band et STIBIDIK, ainsi qu’Ayoub El Machatt, qui ont présenté des oeuvres inspirées par des rythmes puisés du creuset de la musique marocaine, mais aussi par des sonorités venues d’ailleurs.

Quatre jours durant, les Tangérois et les visiteurs de la ville du Détroit ont vibré au rythme du jazz, un périple hors des clichés et des sentiers battus, avec des prestations hors du commun données par des femmes des plus talentueuses au monde pour le plus grand bonheur du public de la 17ème édition de Tanjazz.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette édition qui a été parrainée par « ONU Femmes », l’entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, a été aussi marquée par les concerts de la trompettiste Andrea Motis et la batteuse Laura Klain de la formation Two Late.

« Tanjazz », l’unique festival marocain soutenu depuis l’édition précédente par le label de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le cadre des célébrations du 70ème anniversaire de l’instance onusienne, tend ainsi à une ouverture effective sur le monde, avec la promotion des valeurs de tolérance et de paix.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !