Dépêche
GCAM
Accueil » Economie » CDG Développement cède ses actions dans la société Med Paper au profit d’Anas Sefrioui

CDG Développement cède ses actions dans la société Med Paper au profit d’Anas Sefrioui

La première facture d’une orientation stratégique

Le retrait de CDG Développement du tour de table de la société Med Paper, au profit de la société Aliken fait dégager des pertes. S’agit-il là de la première tactique de la nouvelle stratégie déployée par le directeur général de la CDG, Abdellatif Zaghnoun?

Unique producteur au Maroc de papier en bobine et en rame, le titre de la société Med Paper a été suspendu de la cote lundi 10 juillet 2017. Une offre publique d’achat obligatoire (OPA) sur les actions cédées par CDG Développement est attendue. L’information sûre relative à cette suspension est l’opération de désengagement de CDG Développement, filiale du groupe CDG, de cette société dont le chiffre d’affaires s’inscrit dans une courbe descendante depuis l’année 2014 où il affichait 116,9 millions de dirhams (MDH), alors qu’en 2016, il a atteint à 88,4 MDH.

Le résultat net de Med Paper est déficitaire depuis plusieurs années. En 2016, elle a perdu 29,1 MDH. Selon ses managers, la dégringolade est due à une montée des importations de papier en bobine et en rame (+283% en 2014 par rapport à 2013) par les opérateurs locaux. Ces derniers arguent leur recours à l’importation en évitant les produits Med Paper, par une qualité supérieure des produits étrangers, une meilleure adaptation aux besoins des clients et une ponctualité dans la livraison qui respectent les délais impartis.

Un bras-de-fer qui s’est prolongé deux années durant avant que le ministère de l’Industrie ne donne raison en 2016 à Med Paper, qui a bénéficié d’une mesure de sauvegarde sous forme d’une taxation de 25% ad valorem sur les importations des produits papier, malgré les contestations des professionnels de l’imprimerie et des importateurs, qui craignent, selon leurs dires, pour la compétitivité du secteur.

Protection commerciale
Med Paper fut créée, en 2010, suite à la fusion- absorption de Safripac (société tangéroise de la famille Sefrioui, fondée en 1979), par Papelera de Tetuan (créée en 1948 à l’initiative d’une famille espagnole et rachetée en 1996 intégralement par Cellulose du Maroc, avant son introduction en bourse en 1998). A ce moment-là, CDG Développement en détenait 10,3% du capital au prix de 165,5 dirhams/ action, tandis que Cellulose du Maroc SA en détenait 23,7%. le reste appartenait toujours à la famille Sefrioui (60,5%). En 2011, CDG Développement acquiert 649.461 actions, au prix unitaire de 86 DH. Aujourd’hui, cette société, qui n’a pas réellement profité de la mesure anti-dumping vu que les acheteurs locaux continuent de s’approvisionner de l’étranger, a cédé à perte la totalité de ses actions, à savoir 820.931 titres Med Paper, soit une participation d’environ 36%.

La majorité de ces actions (814.037 exactement, soit 31,52% du capital de la société) ont été transférées au portefeuille d’Aliken, une entreprise représentée par Anas Sefrioui, pour la modeste somme de 23,3 MDH, soit un peu plus de 28 DH l’action. Un changement dans le tour de table s’en suit. La famille Sefrioui (Mohsin, Fouad, Ilham et Anas) retrouve sa position de force initiale et détient désormais plus de 54% des parts dans Med Paper. Avec à la clé une mesure de protection commerciale qui peut être bien exploitée.

Une tactique perdante à première vue pour le groupe CDG. Mais qui s’avèrera peut-être gagnante à court et à moyen termes puisque Abdellatif Zaghnoun compte céder d’autres filiales. Mais le moindre faux pas peut s’avérer fatal

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !