Dépêche
Accueil » Chronique » Bon dos, la sûreté aérienne !

Bon dos, la sûreté aérienne !

Driss Fahli

Les compagnies américaines en ont assez de la concurrence

Avant de commencer, il  est nécessaire de dire que  sécurité n’est pas sûreté.  La première, intelligente  et bénéfique, s’applique à réduire,  à un niveau acceptable, le risque  de l’exploitation aérienne de façon  proactive et s’attaque à tous les  dangers potentiels présents dans les  systèmes opérationnels des exploitants.  La sûreté, moins intelligente  et plus invasive, est là pour faire face  aux interventions illicites, criminelles  ou terroristes.

Après l’émotion de l’attentat du  World Trade Center en 2001, la  sûreté a pris une telle impulsion  qu’elle en est devenue un gros  business aux gras profits. Des millions  d’emplois d’agents de sécurité  ont été créés aux USA et en Europe  pour réduire le chômage invétéré qui  les ronge.

Les équipementiers américains et  européens s’en sont donné à coeur  joie pour fabriquer des appareils de  plus en plus pointus et chers qui  farfouillent jusqu’aux plus intimes de  nos intimités, lisent nos iris comme  un livre ouvert, enregistrent nos  empreintes, nos odeurs et même  notre démarche qui, d’après Balzac,  est le prodrome exact de notre pensée  et de notre vie.

A titre d’exemple. Un jour, en se  réveillant, un lobbyiste industriel a  estimé que toutes les portes des  cockpits des avions qui atterrissent  aux USA doivent être blindées et  certifiées par les autorités de l’aviation  fédérale américaine. Belle idée  génératrice d’un nouveau marché  mondial. Des milliards de dollars  vont pouvoir tomber dans les caisses  du trésor américain et celles des  multinationales qui fabriquent ce  genre de gadgets. Ce fut chose faite.  Depuis, sauf erreur, presque aucune  tentative de violation de portes de  cockpit n’a été signalée. Par contre,  la dernière catastrophe de l’Airbus  A320 de Gemanwings avec ses  150 fatalités a bien eu pour cause  majeure une porte de cockpit blindée  verrouillée.

Jusqu’à présent, toutes les mesures  limitatives de sûreté avaient  concerné toutes les compagnies  aériennes sans distinction de race  ou de religion.
Aujourd’hui la donne a changé. Le  transport des ordinateurs, Ipad,  cameras personnelles, etc., n’est  plus autorisé dans les cabines passagers  des compagnies arabes opérant  sur des lignes à destination des  USA. Ce n’est certainement pas une  mesure de sécurité car ces appareils  peuvent être passés au crible  par les agents de sécurité avant  l’embarquement en vue d’y détecter  toute trace de malfaisance.

En réalité,  les compagnies américaines et  leurs suiveuses en ont assez de la  concurrence des compagnies arabes  et turques, qui raflent tous les passagers  à haute contribution, grâce  à une qualité de service inégalable.  Pour permettre à leurs compagnies  aériennes de se rétablir, rien de  mieux que l’instauration unilatérale  de règles de sûreté distinctives  applicables aux seuls Arabes, Turcs  et musulmans.

Pire que cela, le transport en soute  d’appareils munis de batteries au  lithium présente un énorme danger  de feu non maîtrisable avec émission  de gaz inflammable et explosif.  Grâce à la décision américaine,  ce danger est maintenant multiplié  du fait de la présence de plusieurs  batteries au lithium juxtaposées en  soute. Soumises à un niveau de  chaleur donné, un feu intense est  produit en chaîne.

La température engendrée pourrait  atteindre les 1000°C. En présence  d’une telle température, la protection  incendie de la soute restera très  hypothétique.  Vous me diriez que tout cela n’est  pas grave. Quelques accidents de  compagnies moyen-orientales ou  quelques Arabo-musulmans en  moins ne sont rien devant un grand  projet que celui de «Make America  Great Again»

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !