Dépêche
Accueil » Economie » BMCE Bank se lance dans la titrisation

BMCE Bank se lance dans la titrisation

othman-benjeloune

BMCE Capital Titrisation  vient de recevoir  l’agrément du ministère de l’économie  et des finances pour exercer l’activité  d’établissement gestionnaire de Fonds  de Placements Collectifs en Titrisation  (FPCT). Cette nouvelle filiale de la  banque d’affaires du groupe BMCE a  pour vocation, notamment, la création  et la gestion de Fonds de placements  collectifs en titrisation. BMCE Capital  Titrisation est, en effet, la société de  gestion de FPCT du Groupe BMCE Bank.  «Cette filiale spécialisée accompagnera  ses clients dans tout le processus de  l’opération, en leur proposant une  offre personnalisée et complète allant  de l’analyse et l’identification de leurs  besoins à la création et la gestion des fonds  de titrisation», précise le groupe d’Othman Benjelloun.

BMCE Capital  Titrisation devrait vraisemblablement, selon certains analystes,  «opérer son baptême de feu en exécutant une opération de titrisation  des créances hypothécaires de sa maison mère». Selon ces mêmes  analystes, «la titrisation partielle du portefeuille de BMCE Bank de  crédits immobiliers, qui totalise, à fin juin 2015, plus de 35 milliards  de DH, permettrait de refinancer la croissance tout en réallouant une  partie des fonds propres durs vers d’autres priorités, telle l’expansion  en Afrique. La titrisation consiste en la transformation d’un ensemble de créances en titres plus liquides négociables sur  le marché financier. Ces créances peuvent être des  prêts détenus par des établissements de crédits ou  par des entreprises publiques ou privées.

Lesquelles  créances sont vendues à une entité ad-hoc appelée  Fonds de Placement Collectif en Titrisation (FPCT)  qui, à son tour, émet des titres qu’elle vend à des  investisseurs.  En plus de la gestion des risques et du bilan, la  titrisation est un instrument de financement  qui permet la transformation des créances, non  négociables sur le marché financier, en liquidités  destinées à financer de nouveaux crédits. Elle  permet aussi à la banque cédante d’accéder au  marché sans utiliser sa propre signature, et ainsi  diversifier ses sources de financement. En outre,  le refinancement par la titrisation peut être moins  coûteux qu’un financement classique par emprunt  obligataire.

Reste que cet instrument financier, malgré les avantages qu’il offre,  est très peu utilisé par les entreprises de la place. L’instrument  n’étant utilisé durant toute la décennie qui a suivi son introduction  sur le marché que par CIH Bank, les autorités, dans l’optique  de le redynamiser, ont élargi en 2010 la titrisation des créances  hypothécaires à d’autres actifs. Malgré cela, la titrisation n’arrive  pas à séduire les investisseurs. BMCE Capital Titrisation devient, ainsi,  le second acteur du marché de la titrisation au Maroc après Maghreb  Titrisation, filiale du groupe CDG, créée en avril 2001

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !