Dépêche
Accueil » Politique » Ban Ki Moon en Algérie cherche des solutions sur la question du Sahara

Ban Ki Moon en Algérie cherche des solutions sur la question du Sahara

Le secrétaire général de l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU

La course à une solution définitive sur  la question du Sahara continue. Après sa visite en Mauritanie, le secrétaire générale de l’ONU Ban Ki Moon est en visite officielle depuis Samedi en Algérie pour  tenter de relancer les pourparlers entre Rabat, le front Polisario basé à Tindouf en Algérie.

Le SG des Nations-Unis a été ferme à ce sujet : « Aucun progrès réel n’a été fait dans les négociations » autour de la question du Sahara par les deux parties.

Au cours de sa visite dans le pays voisin, Ban Ki Moon s’est entretenu d’abord avec  le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Mohamed Abdelaziz, également secrétaire général du Front Polisario,  durant la journée de samedi lors de sa visite dans les camps des réfugiés sahraouis, puis, a rencontré le président de l’ Algérie Abdelaziz Bouteflika.

Pour rappel, l’Algérie est considérée  comme le principal soutien du Polisario, qui a célébré le 27 février les 40 ans de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

La solution selon  le diplomate américain et spécialiste de la région Robert Holley serait que le régime algérien et le chef ad vitam aeternam des séparatistes laissent « les populations qui croupissent dans les goulags de Tindouf choisir leur propre destinée ( ) et regagner la mère patrie en vue de retrouver les leurs et où ils sont les bienvenus ». Il a rajouté que Alger et le polisario doivent, dans ce contexte, « libérer la voie et laisser le Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés mettre en place un programme de rapatriement volontaire vers le Maroc », a-t-il insisté, ajoutant que la communauté internationale se doit de mettre le polisario et l’Algérie face à leurs responsabilités pour ce qui est de la situation humanitaire affligeante qu’endurent les pensionnaires dans les camps de Tindouf.

Par ailleurs se conflit fragilise encore plus cette  région menacée par les groupuscules terroristes selon le politologue Mustapha Tossa « A cause de l’instabilité sécuritaire qui menace l’ensemble de la région du Sahel, conjuguée au chaos libyen et l’effervescence terroriste dans le sud algérien, Ban Ki Moon doit expliquer à Alger que continuer à entretenir des camps de réfugiés et à armer ses habitants est une stratégie dangereuse pour la paix et la stabilité de la région », a souligné M. Tossa dans un article publié samedi sur le site d’information français « Atlasinfo », notant que l’Algérie est une partie prenante indéniable du conflit du Sahara.

Le politologue a rajouté que « Ban Ki-Moon doit profiter de ses rencontres avec la présidence algérienne et la direction du polisario pour les inciter à accepter la seule offre politique réalisable pour la paix et la prospérité de la région, celle qui consiste à mettre en pratique la large autonomie proposée par le Maroc aux provinces du Sud », a t-il indiqué, rappelant que cette offre fait non seulement l’unanimité au Maroc mais bénéficie d’une large adhésion de la communauté internationale qui y voit l’unique possibilité de sortie de crise d’un confit vieux de quarante ans.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !