Dépêche
Accueil » Courrier » Appel à la suppression de la deuxième Chambre

Appel à la suppression de la deuxième Chambre

En toute conscience, j’estime que le renouvellement  en 2015 de la Chambre des Conseillers n’a  plus raison d’exister, d’autant plus que je ne suis pas  le seul à suggérer son éradication purement et simplement.  Nabil Benabdellah, secrétaire général du  PPS, propose un débat sur la nécessité de supprimer  la deuxième Chambre suivant son point de vue de  l’interview dans MHI n° 1135 du 9 octobre 2015. A  ce sujet, je me fais fort d’indiquer que les sondages  sont aux gouvernements ce que les phares sont à  la voiture. Les Marocains peuvent prendre la parole  pour exprimer leur opinion sur le maintien ou la  suppression de la 2ème Chambre.

A mon avis, cette  seconde Chambre est une surcharge pécuniaire pour  les contribuables, outre le fait qu’elle ne fait que  retarder le travail de l’État. En témoigne le double  emploi, le gouvernement doit s’expliquer devant  les deux Chambres pour les mêmes questions. L’actuelle  Constitution ne reconnaît pas explicitement à  la Chambre des Conseillers le droit de créer des Commissions  de contrôle, ni ne lui confère le pouvoir de  sanction politique. Il est notoire que les principales  raisons de l’adoption du bicaméralisme au Maroc  sont politiques.

Compte tenu de la stratégie de 1996, feu Hassan  II a voulu octroyer satisfaction à l’opposition en  acceptant l’élection de la totalité des membres de  la Chambre des Représentants au suffrage universel  et en prévoyant, en contrepartie, une deuxième de  Chambre élue eu suffrage indirect. A noter que le  Maroc s’est inspiré du Sénat en France, tantôt supprimé,  tantôt rétabli, qui est une assemblée parlementaire  composée de personnalités désignées ou  élues au suffrage indirect, en fonction de leur âge  et de leur notabilité. En une phrase, il est de bonne  politique qu’il n’y a pas de démocratie sans des  démocrates qui savent détruire pour reconstruire de  nouvelles réformes à l’ère de la haute technologie,  au diapason de la mondialisation et sous le signe de  l’innovation.

Par Ali Alaoui, Salé

A propos de marochebdo

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

 
NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !