Dépêche
Accueil » Politique » AHMED LAHKIM : « Le Maroc fait preuve d’une grande stabilité »

AHMED LAHKIM : « Le Maroc fait preuve d’une grande stabilité »

Ahmed Lahkim, président de l’Union Démocratique pour la Liberté Egalité Fraternité (UDLEF|

Natif de Safi en 1926, Ahmed Lahkim, naturalisé français, préside l’UDLEF. Il nous livre ici les points forts du nouveau parti, de ce qu’il peut apporter aux Marocains de France, de sa contribution quant au renforcement des relations bilatérales entre la France et le Maroc.

Comment l’Union Démocratique pour la Liberté Egalité Fraternité peut-il être différent des partis existant déjà en France?
Les partis politiques se divisent entre ceux pour qui c’était mieux avant, c’est le cas des partis extrêmes de gauche ou de droite, et ceux qui pensent que le pays ne pourra jamais aller mieux qu’aujourd’hui; ceux-là sont au pouvoir depuis trente ans. L’UDLEF s’engage pour une société où tout un chacun peut s’épanouir librement, nous souhaitons une économie au service de l’homme et non l’inverse. Nous sommes convaincus que, pour progresser, il faut tendre vers plus de responsabilité et de solidarité. L’UDLEF dépasse les jeux de l’alternance politique. En ce sens, M. Macron et le mouvement En marche ont déjà fait un premier pas. Nous sommes intimement convaincus que réguler l’Europe monétaire par le lancement de l’Europe politique est l’une des clefs du retour à plus de dynamisme et d’équité.

Qu’est-ce que le parti peut apporter aux Marocains de France?
L’immigration devient un phénomène anxiogène pour certains, sujet tabou pour d’autres et fait l’objet, depuis plusieurs années, d’une surenchère de mesures. On a tendance à appliquer le principe de précaution qui met tout dans le même panier. Porteur de valeurs de la république, l’UDLEF souhaite rappeler que les étrangers vivant sur le sol français sont avant tout une richesse pour le pays. Les Marocains de France, comme tout immigré en situation régulière depuis 10 ans, devraient avoir le droit de vote aux élections locales. Certaines banlieues, comme certaines régions de France, ont été délaissées. Un pays tel que la France doit pouvoir proposer à ses jeunes des formations en prise avec les besoins. Les formations professionnelles ont trop longtemps été négligées et doivent reprendre leurs lettres de noblesse pour accueillir et insérer nos jeunes. L’éducation est une base mais aussi un tremplin pour la vie. Nous proposons d’axer les cours de français aux primo-arrivants sur les priorités: logement, éducation, emploi, santé, droits et devoirs, et simplifier les démarches administratives. Aussi créer un réseau de parrains pour soutenir les enfants issus de l’immigration pendant leur scolarité.

Comment l’UDLEF peut-il renforcer les relations bilatérales entre le Maroc et la France?
Je pense que la première alliance politique de notre parti avec l’Afrique pourrait être avec un parti politique marocain proche de nos valeurs. Le Maroc est un pays de paix, de tolérance et de droit. Le Roi Mohammed VI, depuis son accession au trône, a lancé plusieurs chantiers structurants allant de la réforme du Code de la famille à la refonte de la Constitution sans oublier la modernisation des infrastructures routières et ferroviaires, donnant des moyens modernes de télécommunications, et même le lancement d’un satellite marocain. Le Souverain est aimé par son peuple et le Maroc fait preuve d’une grande stabilité. L’UDLEF ne peut que renforcer davantage les relations bilatérales existant entre le Maroc et la France dans les domaines tels que l’enseignement supérieur et la recherche, la santé, l’éducation, la modernisation des administrations, et les renseignements généraux.

Propos recueillis par Hicham Aboumerrouane

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !