Dépêche
Accueil » Culture » Abdellah Mountassir, l’ami des stars

Abdellah Mountassir, l’ami des stars

Diplômé en commerce devenu animateur radio et télé et acteur, Abdellah Mountassir est doté d’une culture générale très poussée.

C’est parti d’un rêve… à 7 ans déjà, c’était un fou de Drucker, plus tard, il acheta son transistor et sa cassette marron. Muni d’un micro, il joue à ce qu’il est devenu. Abdellah Mountassir, l’animateur radio, et avant tout préambule, nous déclare net «C’est un luxe de vivre de sa passion». Une passion taillée sur une persévérance sans plis qui fit de Mosaïque, son émission radio diffusée par les antennes de Médi 1 Radio, un septénaire.

Visiblement l’animateur de tous connu retrouva le sérieux qu’il avait au jeu étant enfant, car c’est à son tour d’interviewer ceux et celles qu’ils ne voyaient que de loin. Oui, des stars. Jennifer Lopez, Akon, Wiz Khalifa, et d’autres passèrent à son micro. Comme chaque année que Mawazine fait, on le voit dans un tour de micro et de vitesse échanger avec les grands. A ce propos, Mountassir semble avoir une petite prédilection pour Maria Carey «de deux minutes auxquelles j’avais droit d’interview, nous sommes passés à 11, c’est que la diva aime le Maroc», nous dit-il. L’animateur diplômé d’une école de commerce, passa outre la fibre textile, car c’est là qu’il fit ses débuts à Casablanca en tant que manager, pour renouer avec sa fibre plutôt artistique.

Le souvenir le reprend à sa première interview, à juste trois mois de son arrivée à Médi 1 Radio, alors appelé «Le jeune» par son boss, on lui confie à lui, le novice, Julien Clerc, «Vous imaginez le stress qu’il y a derrière… alors que d’autres étaient plus expérimentés que moi… mais finalement Julien Clerc était aimable, tout s’est bien passé».

No way!
Mountassir, dans un va et vient, entre passé et présent, se montre plus nostalgique, il a le souvenir de sa maman qui l’attend à 4 h du matin dans les escaliers, alors qu’il était Dj, chose que sa maman lui refusait d’être… c’est dire la pugnacité de sa passion pour l’animation. Une animation qui a un prix… celui des valeurs. Oui, Mountassir, au-delà de toute modernité, avoue être vieille école, il insiste en tout sur l’éducation, et le respect de l’autre. Il raconte à ce propos une anecdote qu’il eut avec Wiz Khalifa, qui, chemise ouverte, compte monter sur la scène d’OLM. L’animateur responsable de la scène, et par souci de choquer, lui recommande de se boutonner, quelle fut la réponse du rappeur américain si ce n’est «No way!»? à ce propos il nous dit «la sagesse me recommanda de capituler car de deux maux il faut choisir le moindre » pour rajouter «je tiens à ce que l’art puisse rentrer dans nos foyers sans pour autant nous agresser».

Un choix qui se confirme dans le tri qu’il fait et pour ses diffusions et pour ses invités. Mountassir croit dur comme fer que le goût comme la couleur s’apprennent avant qu’ils soient hissés en habitude, pour cela, étant conscient que les médias ont un poids lourd et doivent, comme un quatrième pouvoir, nous tirer plutôt vers le haut, et d’ainsi raffiner nos goûts. Mountassir, âgé aujourd’hui de 50 ans, et après ses succès à la radio, pour ne citer que l’émission Tam Tam, ou Bayt Sadaqa, une émission de dédicaces qui dura 15 ans, et aujourd’hui Mosaïque, est aussi connu de la télé.

Au-delà de l’émission Mawazine, l’on retient Enigma, qui à l’exemple de Pékin Express, fit connaître les coins reclus du pays. Ou, encore un talent caché, le cinéma. Mountassir a joué dans Les Bandits de Saïd Naciri, Ex-chemkar, ou encore le court métrage La Cible. Non, Mountassir n’est pas un touche à tout comme il reproche à beaucoup, il a derrière lui cinq ans de formation théâtrale. A bon entendeur, salut !.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !