Dépêche
Accueil » Société » 5 millions de Marocains souffrent d’impuissance sexuelle

5 millions de Marocains souffrent d’impuissance sexuelle

Une étude alarmante du CHU Averroes de Casablanca sur la sexualité au Maroc

Près d’un Marocain adulte sur deux connait des dysfonctionnements érectiles . Ahmed Elmansouri, urologue, nous parle des causes, des conséquences et des traitements de cette maladie.

Presque un Marocain sur deux serait sexuellement impuissant. C’est ce que ce relève l’étude du CHU Averroes de Casablanca. Un constat qui nourrit plus d’une inquiétude. Car si l’on appelle aux statistiques, qui sont de 46%, c’est plus de 16 millions de Marocains qui seraient concernés. N’est-ce pas beaucoup? Qu’en est-il de ce chiffre cinglant? Estil le produit d’un échantillon représentatif de la population marocaine? Ahmed Elmansouri, urologue, dit que oui. Il s’agit d’un échantillon de 220 femmes à même de rendre un résultat probant.

Des femmes qui se disent insatisfaites et qui font état d’un débordement caractériel venant de leurs conjoints, souvent frustrés de ne pas mener à bien une relation sexuelle. Un débordement fait d’agressivité, souvent de violence, ou même de tentatives de suicide. Une situation d’autant plus préoccupante que seul 6% des personnes concernées acceptent de se faire soigner. Se soigner est le bon mot, car, comme le réitère Ahmed Elmansouri, «L’impuissance sexuelle est une maladie, et ça se soigne». Se soigner est d’autant plus à propos que, selon l’urologue, et au jour d’aujourd’hui, tous les cas sont traitables, contrairement à il y a 10 ou 20 ans, quand on restait les mains liées devant plus de 80% des situations. Si les soins font l’objet d’une réticence à l’excès, c’est souvent dû au déni du concerné.

«Beaucoup nient le fait d’être des impuissants sexuels alors qu’ils le sont en réalité… Pour eux une absence d’érection se traduirait par une absence de virilité», nous dit l’urologue. Ne dit-on pas qu’accepter sa maladie est le premier pas vers la guérison? Alors, qu’estce que l’impuissance sexuelle? Une impuissance sexuelle se traduit soit par une absence complète d’érection, par une érection insuffisante ou incomplète, ou une érection non maintenue jusqu’à l’aboutissement de l’acte sexuel ou de l’orgasme.

Toujours selon Ahmed Elmansouri, les causes de cette maladie sont de deux sortes. D’abord, organique, où le diabète constitue à lui seul 75% des cas. S’ensuit l’hypertension artérielle, le cholestérol, les maladies liées à la prostate et au foie. Remarque, un taux insuffisant de testostérone, d’androgènes ou d’antigène prostatique spécifique (PSA) peut être à l’origine de ces troubles érectiles. Egalement, un taux élevé de prolactine peut en être responsable. Parfois, il peut s’agir de nodules formés autour du corps caverneux empêchant ainsi l’érection. S’y rajoutent le tabac et l’alcool. Afin de parer à ces dysfonctionnements, le traitement se fait d’abord par voie orale, injectionelle, ou chirurgicale si besoin est.

Manque de confiance
La deuxième cause est psychique. Elle est le résultat d’une angoisse, d’une timidité, d’une non-familiarisation avec le partenaire. Une angoisse qui peut être due à une pseudo-normalisation trompeuse de ce qu’est la sexualité, poussée à l’excès par l’industrie pornographique ou autre et qui placerait assez haut la barre de la performance sexuelle.
Quant aux conséquences liées aux troubles érectiles, elles ne se font pas attendre. D’abord, un manque excessif de confiance en soi, du fait que l’érection soit liée majoritairement à la virilité. Se rajoute à cela l’agressivité, la violence verbale et conjugale, la dépression ou la tendance suicidaire. L’on cerne d’autant mieux cette hypersensibilité liée à l’impuissance sexuelle quand on sait que nombre de Marocains, au lieu de se rendre chez un médecin pour se soigner, lui préfèrent des charlatans finis. «L’on remet l’impuissance sexuelle sur le compte de la sorcellerie, ou autre cause risible, alors que c’est purement médical», nous dit l’urologue avec regret.

Avec les avancées médicales, l’impuissance sexuelle est, selon, Ahmed Elmansouri, une affaire réglée. Des avancées médicales qui ont pour pointe, au jour d’aujourd’hui, la prothèse pénienne, qui fait garantie d’une érection. Une prothèse à vie. Une opération de quelques minutes, avec un coût moindre au Maroc. «Cela ne coûte même pas 20% de ce que ça coûte ailleurs», nous dit le docteur sans nous révéler le coût. Une prothèse pénienne en France coûterait en moyenne 2800 euros. Toutefois si le chiffre de 46% est frappant, il reste inférieur à la moyenne mondiale, qui est de 52%. L’impuissance sexuelle ne serait donc pas le propre du Maroc.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !